Citation du Jour

«La formule pour produire un maximum de résultats consiste à ignorer les obstacles et les influences négatives qui offrent une résistance à l’exécution de l’action. Celui qui agit doit s’engager dans l’action et la poursuivre jusqu’à ce que les résultats souhaités soient atteints. Lorsque le niveau de conscience est élevé par le processus de méditation, l’action réalisée à ce niveau supérieur d’énergie vitale et d’intelligence aura une influence prépondérante sur le karma du passé et produira des résultats maximaux.» – Maharishi Mahesh Yogi, La Science de l’Être et l’Art de vivre, chapitre ‘L’art de l’action’

“The formula for producing maximum results is to disregard the obstacles and negative influences which offer resistance to the performance of action. The doer should engage in action and continue until the desired results are achieved. When the standard of consciousness is raised through the process of meditation, the action performed at that higher level of life energy and intelligence will have an overriding influence on karma from the past and will produce maximum results.” – Maharishi Mahesh Yogi, Science of Being and Art of Living, Chapter ‘The art of action’

Le Fondement de la Création

Dans cette vidéo de mai 1975, Maharishi Mahesh Yogi parle du pouvoir et des effets de la Méditation Transcendantale sur l’esprit, les pensées, les désirs, le stress et la vie en général (en anglais)

Si on comprend le Veda comme étant la source de toutes les fréquences possibles qui font le monde manifesté, ce qui inclut la physiologie humaine, on comprend également très vite que toute fréquence que nous chérissons, bonne ou mauvaise, va obligatoirement nous affecter sur un plan ou un autre de notre être. De ce fait, on comprendra l’importance de privilégier l’expérience de la source (l’aspect holistique) par rapport à l’expression de celle-ci (l’aspect spécifique). 

Dans sa Science de l’Être et de l’Art de Vivre, Maharishi décrit cet état comme étant l’Être, ou l’existence pure: 

«Sous la couche la plus subtile de tout ce qui existe dans le domaine relatif se trouve le champ abstrait et absolu de l’Être pur, qui est non-manifesté et transcendantal. Il n’est ni matière ni énergie. C’est l’Être pur, l’état d’existence pure. Cet état d’existence pure sous-tend tout ce qui existe. Tout est l’expression de cette existence pure ou Être absolu qui est le composant essentiel de toute vie relative.» (1963, p. 27) 

Maharishi maintient que par sa propre dynamique auto-interactive, la conscience pure s’exprime elle-même à travers les formes et les phénomènes diversifiés de la création. En assumant le rôle de l’univers matériel, elle se meut à l’intérieur d’elle-même, créant une structure dynamique dans son silence éternel. Cette structure est Śruti¹, que Maharishi décrit comme «la vibration de l’intelligence sous forme de sons générés par la dynamique autoréférente de la conscience – ces sons spécifiques qui construisent la conscience pure.» Maharishi décrit Śruti comme une fréquence vibratoire non-manifestée, un bourdonnement, qui exprime la dynamique de transformation de la conscience autoréférence en ses structures diversifiées.

Dans l’analyse de Maharishi, cette structure dynamique de la conscience pure est le ‘Veda’; ainsi, le Veda à son niveau le plus fondamental n’est pas une collection de livres, mais l’interaction dynamique de la conscience autoréférente en elle-même, constituant tous les sons non-manifestés qui émergent à la suite de cette interaction. La valeur holistique de ce son se retrouve dans les expressions du Ṛk Veda, dont la plus grande signification réside dans ses structures phonétiques et non dans une signification traduite.

Dans cette structure holistique du son se trouvent d’innombrables fréquences, qui sont révélées dans les textes de la littérature. Ces sons sont la littérature védique à son niveau le plus fondamental, et c’est leur enregistrement phonétique qui se trouve dans les différents textes. Par conséquent, dans l’analyse de Maharishi, la littérature védique comprend ces aspects de la littérature sanscrite qui trouvent leur source dans la dynamique auto-interactive de la conscience pure.

Y a-t-il quelque chose d’autre à ajouter à la révélation de ce secret du fondement de la création? En quelques lignes, tout est dit! Et lorsque l’on pense, qu’il suffirait simplement d’ajouter la Méditation Transcendantale dans nos institutions éducatives pour créer du jour au lendemain, une société digne de ce nom, la question se pose de savoir à qui profite le chaos?


¹ Śruti, c’est ce qui est entendu. La Saṁhitā de Ṛṣi, Devatā et Chandas, ou le vide et le mot, c’est le souffle de la Saṁhitā, le souffle de l’immortalité, c’est le flux de Śruti, tous les différents sons n’ont qu’une seule opération – inspiration et expiration. Voici le potentiel de la possibilité infinie, le souffle de Purusha.