L’ADN, le Code Génétique et l’Immortalité

Maharishi Nagar, octobre 1988

Ce texte, vous aidera, tout comme moi, à comprendre peut-être un peu mieux le rôle de l’ADN dans le processus de l’évolution. 

Selon les scientifiques traditionnels la molécule d’ADN contient le code génétique qui est fixe et ne peut être modifié. L’ADN est composée de quatre bases qui constituent le code de la vie.

Maharishi: Nous venons d’établir que c’est le vide (gap en anglais) entre les deux particules dans le corps entier, la réalité des Śrotas, qui rend la vie immortelle. C’est parce que l’immortalité est une réalité qui n’est pas de la matière, mais qui est une réalité en soi, et c’est l’intelligence.

Ce qui importe, c’est qu’elle la localise extrêmement bien. Elle la rend si localisée qu’elle perd sa flexibilité. Parce qu’elle est une réalité éternelle, où justifie-t-elle son existence, quand on constate qu’une particule a avalé son éternité, son continuum et son immortalité? Elle entre dans la structure de la particule, et elle entre dans la relation d’une particule avec l’autre. Et elle jouit alors de sa liberté et de son éternel éveil au point central des particules. Nous disons donc que ce ne sont pas ces quatre particules qui sont la source de l’intelligence, mais leur relation les unes avec les autres.

La beauté est que l’ARN, émergeant de l’ADN, le processus fait que les deux particules qui sont ensemble, créent une relation entre elles. Elles étendent la relation, ce qui signifie que la zone relationnelle devient éveillée. De cet éveil naît une impulsion. Maintenant, ce qui se produit dans ce cas est très beau. Nous avons vu que cette particule-ci et cette particule-là, sont contrôlées par le point central où ni la valeur de cette particule-ci ni la valeur de cette particule-là, mais un domaine de toutes les possibilités est éveillé. Au point central de la relation entre les deux particules, il y a toutes les possibilités qui sont éveillées.

Donc que fait l’ADN, elle crée – il est difficile de dire «crée» lorsque nous parlons de deux valeurs, l’intelligence et la matière, et lorsque nous voyons le fonctionnement de l’ADN, qu’elles sont ensemble [l’intelligence et la matière] et puis qu’elle [l’ADN] s’ouvre à elle-même. Dans cette ouverture, ce qui se produit, c’est que le domaine de toutes les possibilités est éveillé. D’où vient ce type particulier d’ARN pour créer ce type particulier de protéine et tout ça, d’où? De l’exigence de ce domaine pleinement éveillé de toutes les possibilités, le point central de la relation, car c’est un domaine de corrélation infinie, partout omniprésent. Il sait donc ce qui se produit pendant le temps d’une éclipse, ou ce qui se produit quand la terre tourne autour de son axe et que maintenant c’est la nuit.

L’ouverture de l’ADN ressent l’exigence de l’univers. L’exigence de l’univers est compatible avec l’exigence du corps, car le corps a aussi à survivre, l’univers a aussi à survivre. Les deux doivent survivre en termes d’alignement mutuel; l’un est aligné avec l’autre – ce domaine de toutes les possibilités, la valeur du point.

Ce que je souligne, c’est que le point central de la relation entre deux particules ou deux ondes – peu importe ce que nous prenons en compte – le point central de la relation est un domaine pleinement éveillé en lui-même. C’est une réalité transcendantale. Elle n’a aucune de ces valeurs de ceci ou de cela ou de cela. C’est donc l’éveil pur, l’éveil pur est là. Ce qui est nécessaire en ressort. Or, ce qui est nécessaire dépend d’un nombre infini de considérations, mais c’est un domaine de toutes les possibilités, car c’est «Ṛtaṁ Bharā Pragyā», un état d’intelligence qui sait tout et qui n’enregistre que la vérité. Il n’est pas induit en erreur, car il est autoréférent. Étant autoréférent, il connait tout. Et cette réalité est localisée dans le fonctionnement de l’ADN.

Ainsi, plutôt que de dire que les particules ont un code génétique, nous disons que la relation entre les particules est le domaine sur lequel les choses sont enregistrées.

Et de cette source inépuisable d’informations – elle est une source inépuisable d’informations non pas en raison de milliers ou de millions de vies passées, mais sur la base de son propre caractère. C’est l’intelligence autoréférente, la conscience autoréférente, elle est complètement hors de toute faiblesse, mais un potentiel de toutes les possibilités, un potentiel de tous les niveaux de silence ainsi que le potentiel de tous les niveaux d’activité.

Et l’émergence de l’ARN associé aux Saṁskāras, ce n’est pas faux non plus, mais la valeur fondamentale est que le point central de leur relation, d’où l’ARN prend son envol, est un domaine de toutes les possibilités, pleinement éveillé en lui-même – la conscience autoréférente. Et dans cette conscience autoréférente, toutes les interactions sont autoréférentes. Toute la multiplicité est autoréférente dans l’état d’unité. Donc l’unité est éternelle, la multiplicité est éternelle et la dynamique est éternelle.

Ainsi, dans ce drame éternel de la réalité unique, le phénomène de l’ADN est promulgué. L’ADN met en œuvre le drame de l’intelligence autoréférente, qui est une dynamique auto-interactive éternelle de pure intelligence ou du Soi. Il ne s’agit donc pas des particules, mais de la relation entre les particules. Ainsi, lorsque les particules se séparent, le point central change de valeur.

Maharishi sur la Santé

Discours inaugural de Maharishi au Parlement de la Paix Mondiale sur la santé, tenu au Brahmasthan de l’Inde, 09.02.2006

«La science et la technologie du Veda est la science et la technologie de la création. C’est la science et la technologie de la santé et de tout ce qui est là – santé, richesse et sagesse – tout le domaine de la vie. C’est donc à partir de là que nous prenons l’éducation à la santé. Sans cela, l’éducation à la santé est une moquerie. Ce n’est qu’un gaspillage de la vie. Le potentiel humain est là, la physiologie humaine peut être formée à être si raffinée, si raffinée qu’elle peut vivre pratiquement l’infinité illimitée, l’immortalité – la vivre comme une vague de la vie quotidienne.

«Comme une vague de cet océan, une vague vit sur l’océan. Une fois qu’elle est apaisée, elle se souvient de tout l’océan; elle est l’océan. Ensuite, la vague dit: «Je suis l’océan» – c’est tout à fait normal. L’individu dit: «Je suis Brahm» – c’est tout à fait normal. «Je suis l’Ātmā», «Je suis Brahm». «Je suis Cela.»

«J’ai pris plaisir à inaugurer le programme de santé dans le cadre de ce Parlement de la Paix Mondiale au centre de l’Inde, le pays du Veda. C’est très bien. Et nous devons toute cette connaissance – d’où vient toute cette connaissance? De la – nous disons – de la grâce de Guru Dev. Depuis l’éternité, elle a été transmise de maître à disciple, de maître à disciple, de maître à disciple. Donc, si quelqu’un dit des choses justes, alors il ne dit rien de nouveau; il est juste un haut-parleur de l’ancienne voix de l’éternité, de l’immortalité, à son propre niveau.

«C’est très bien que nous ayons la connaissance complète du niveau Védique, la connaissance complète de la vie. Nous avons la connaissance complète de l’immortalité. Nous avons non seulement la connaissance, mais aussi la technologie pour faire de cette connaissance une réalité vivante dans notre vie – et pas seulement dans notre vie individuelle, mais dans notre vie collective. Nous nous efforçons aujourd’hui d’élever la qualité de la vie collective à ce niveau d’immortalité.» – Maharishi Mahesh Yogi (un extrait)

Le goût de l’Immortalité

अविद्यया मृत्युं तीर्त्वा विद्ययाऽमृतमश्नुते ।
avidyayā mṛtyuṃ tīrtvā vidyayā amṛtam aśnute – Īśā Upaniṣad 11
«À travers Avidyā, l’ignorance, vous allez au delà de la mortalité, au delà de la mort, au delà du changement; à travers Vidyā, la connaissance, vous goûtez l’Immortalité.»

«Le Soi est toujours le Soi: il n’est jamais le non-Soi; mais d’une certaine manière il est devenu identifié avec le corps et avec le domaine objectif entier de la vie. Ainsi le ‘Je’ est venu à être confondu avec ‘le mien’; et quand le ‘Je’ s’éveille pleinement à sa propre identité originelle, alors c’est le goût de l’Immortalité. 

La pratique est jute pour ceci – s’éveiller à notre propre réalité immortelle. Et la pratique signifie que nous allons au delà de ce avec lequel nous avons été identifiés tout le temps – nous transcendons cela, et transcendons, et transcendons, et transcendons… . Avec le temps le goût de la Conscience Transcendantale commence à être un petit peu plus durable, plus durable, plus durable et graduellement la longue identification avec les limites du corps et des environs commencent à se dissoudre. 

Ces expressions commencent à fondre. Ainsi cette pratique ou ‘Sadhana’, est juste pour transcender le changement. À travers le changement vous transcendez le changement. C’est pourquoi il est dit: «à travers l’ignorance vous traversez au delà du domaine de l’ignorance» – à travers l’ignorance. Parce que l’Illumination est la réalité; l’ignorance est un mirage. 

Vous avez les lunettes sur le nez, mais vous cherchez – où est le Soi, où est le Soi? Ainsi, la quête entière est une sorte de fraude, qui est juste ‘avidya’. La réalité est l’Éternité, l’Immortalité; aussi vous goûtez à l’Immortalité en vertu d’être l’Immortalité. 

Mais pour être immortel, vous avez premièrement à traverser au delà des limites du changement. À travers le changement vous transcendez le changement; à travers la connaissance, cet éveil, vous goûtez à l’Immortalité.» – Maharishi Mahesh Yogi