La mémoire de la totalité

Conférence de presse mondiale du 23.07.2003

Maharishi: … À propos de la Loi Naturelle, tout le monde sait que la Loi Naturelle totale fonctionne en tout point. Et c’est un domaine tellement beau pour en parler. La Loi Naturelle totale fonctionne à chaque niveau d’évolution. La loi Naturelle totale fonctionne à tous les niveaux de l’évolution. L’exemple le plus simple est le suivant: Un enfant part de chez lui, il va à l’école. À chaque étape, l’école est dans sa conscience. Le but ultime est la force motrice en lui qui l’emmène paisiblement, étape par étape, par étape, par étape, par étape vers cette chose.

C’est donc la mémoire – la littérature védique appelle cela Smṛti. La conscience a la mémoire de tout ce qui était là dans le passé et de tout ce qui va être à l’avenir. La mémoire est là. Une variété infinie se trouve dans la mémoire de n’importe qui à n’importe quel moment. C’est ce que cela signifie: La Loi Naturelle est vivante à chaque point d’évolution de tout, de n’importe quoi. Le point de tout, le point de n’importe quoi est plein de la potentialité de la mémoire totale de ce qui va être, de ce qui va être. Et ce qui va être et ce qui est maintenant, est le résultat de ce qui était avant. La feuille, la branche ou la fleur d’une mangue, ou la feuille, la branche, la fleur d’une pomme, d’une banane, ont la mémoire de ce qu’elles étaient avant et de ce qu’elles seront à la fin.

De la graine à la graine est le champ de l’évolution.

Qu’est-ce que la graine et qu’est-ce que le fruit? La totalité est la graine. La totalité sous sa forme de graine est non-manifestée. Et ceci est le champ de conscience non-manifesté. Et dans l’expression: manifesté. Manifester dans la dimension de l’étendue infinie de la manifestation. Donc, du non-manifesté au manifesté. De la valeur infinie du non-manifesté à la valeur infinie de la manifestation. C’est le domaine entier de la connaissance. Cette transformation est le domaine entier de la technologie et c’est l’application pratique de la connaissance dans la technologie. Ainsi, la science de la conscience, la technologie de la conscience, c’est la valeur totale de l’administration, la valeur totale de la vie de chacun à tout moment.

L’éducation devrait avoir pour but de vivifier cette Réalité Totale à l’intérieur de la personne. Et la Réalité Totale est non-manifestée comme nous venons de le voir. Le non-manifesté est le silence infini. Ainsi, le silence infini, évoluant vers un dynamisme infini, à tous les niveaux, est plein de la mémoire du silence, de ce qu’il était et plein de la mémoire de ce qui va être. Ainsi, la mémoire est la force motrice. Dans la littérature védique, elle est appelée Smṛti. Cette Smṛti formule les lois de la performance. Les lois de la performance sont si équilibrées: elles sont le silence et elles sont le dynamisme. Elles sont silence et dynamisme. Un équilibre très parfait. La paix. Ce Gouvernement de la Paix est le gouvernement de l’univers. Et cette paix, inhérente au dynamisme total, est l’expression de la Loi, de la Loi Naturelle qui fonctionne et qui est la…, qui est inscrite dans les termes de la Constitution de l’Univers. Le Veda est la Constitution de l’Univers. C’est le champ de la conscience unifiée. Silence, silence, …

Voici un lien pour accéder et télécharger le calendrier Purusha 2023:

Lire la Littérature Védique en Sanskrit

La valeur de la lecture de la littérature védique en Sanskrit – Maharishi Mahesh Yogi (Vidéo sous-titrée en Français (VOST) de 16’09 »

Bien que le sujet a déjà été traité, en rajouter une couche ne peut pas faire de mal, au contraire. Pour ceux qui ont commencé la lecture de la littérature védique en sanskrit, certainement que vous avez apprécié les bénéfices qui découlent de cette pratique. Un esprit plus clair, des sentiments plus profonds, une énergie plus stable et surtout une habilité à lire plus vite, comme le flot d’une rivière qui s’écoule sans obstacle. Souvent un sentiment de joie accompagne la lecture, une douce félicité intérieure, comme gage d’une bonne prononciation. 

La valeur de lire ou réciter les textes sanskrits n’est pas une nouvelle idée. Comme nous le savons, les pandits védiques récitent souvent sans faire attention à la signification, purement pour l’effet des sons. De plus, beaucoup de textes décrivent les bénéfices qui s’accumulent de cette lecture. Le Rāmāyaṇ de Vālmīki, par exemple, nous conseille que: 

यः पठेद् रामचरितं सर्वपापैः प्रमुच्यते। 

«Celui qui récite l’histoire de Rām sera libéré de tous les péchés» (1.1.98), 

et en effet de telles expressions abondent partout dans la littérature. Cependant, on peut aussi constater que le bénéfice promis n’apparaît pas ou peut être nettement inférieur à ce qui est indiqué. Maharishi souligne que le déploiement de l’Ātmā, le niveau le plus fondamental de la vie humaine, le Soi, est le fondement des bénéfices de la lecture de la littérature sanskrite, et donc notre première considération est de comment déployer l’Ātmā dans notre vie.

Les Upaniṣads décrivent l’Ātmā comme un quatrième état de conscience humaine, au-delà de la veille, du rêve et du sommeil profond: 

शिवं शान्तमद्वैतं चतुर्थं मन्यन्ते स आत्मा स विज्ञेयः। – śivaṁ śāntam advaitaṁ caturthaṁ manyante sa ātmā sa vigyeyaḥ (Nṛsiṁhottaratāpanīya Upaniṣad 1) 

«Le Paisible, le Joyeux, le Non-Duel est connu pour être le 4e, cela est le Soi qui est à être connu.»

De façon significative, le point de vue traditionnel est que l’Ātmā est disponible à l’expérience humaine, et en effet la Bṛhadāraṇyaka Upaniṣad note que: 

आत्मा वा अरे द्रष्टव्यः श्रोतव्यो मन्तव्यो निदिध्यासितव्यः। – ātmā vāre draṣṭavyaḥ śrotavyaḥ mantavyaḥ nididhyāsitavyaḥ (Bṛhadāranyaka Upaniṣad, 2.4.5) 

«Seule cette Ātmā, seul cet état de la forme la plus simple de la conscience, est digne d’être perçu, entendu, contemplé et réalisé.»

Bien que l’Ātmā soit jugée accessible à la conscience humaine, il est généralement considéré que l’expérience est difficile, demandant souvent plusieurs années de pratique ardue et d’austérité. Cependant, au cours des quarante dernières années, Maharishi a mis à disposition des procédures qui permettent à quiconque d’expérimenter facilement et sans effort l’Ātmā ou la pure conscience. Maharishi souvent la décrit comme la forme la plus simple de notre propre conscience individuelle.

En particulier, son programme de Méditation Transcendantale et de MT-Sidhi a été enseigné avec grand succès partout dans le monde à des millions d’individus de toute nationalité et de milieu socio-culturel. Plus de 600 études scientifiques ont été publiées sur les bénéfices de la technique de Méditation Transcendantale (voir Orme-Johnson Farrow, 1977; Chalmers, et. al. 1989; Wallace, et. al., 1990). 

En outre, les individus rapportent des expériences claires de la pure conscience qui correspondent aux descriptions trouvées dans les Upaniṣads. Par exemple, l’expérience suivante décrit à la fois l’expérience dans la méditation et l’effet qui en résulte sur l’activité:

L’infinitude sans limites, la béatitude, le bonheur, le silence total. Dans l’activité, une puissante totalité silencieuse repose à la surface de tout. Une belle douceur relie et fusionne tout ce que je vois. (Maharishi Mahesh Yogi, 1976, p. 77)

Un autre exemple:

La méditation était remplie de lumière et de béatitude; j’ai fait l’expérience de la conscience pure comme un continuum illimité et synchrone – une connectivité infinie – et dans cet état, j’étais tout ce qui est. Je sentais que l’univers entier était mon Soi. J’étais sur le chemin royal de l’existence où l’on ne fait rien et accomplit tout. (p. 82)

De telles expériences sont devenues, au cours des dernières années, monnaie courante pour de nombreuses personnes, même au début de leur pratique de la technique de la Méditation Transcendantale.

Maharishi a souligné à maintes reprises que la valeur d’expérimenter la pure conscience réside dans le déploiement des états supérieurs de conscience; il a élaboré en détail la nature et les caractéristiques des états supérieurs, lesquels sont fondés sur la capacité à maintenir spontanément la pure conscience illimitée et infinie dans tous les états habituels de veille, rêve et sommeil profond. Et il a souligné que le développement des états supérieurs de conscience n’est pas juste pour les reclus qui méditent dans leurs grottes himalayennes, mais pour tout individu sans considération de style de vie.

Le point de Maharishi de combiner la lecture du Sanskrit avec le programme de Méditation Transcendantale est que l’expérience régulière de la pure conscience crée un fondement dynamique, lequel permet à la récitation de prendre place à partir d’un profond et puissant niveau, et de cette façon, le processus de développement de conscience supérieure, qui se déploie dans le temps à travers la pratique régulière du programme de Méditation Transcendantale, est amélioré et accéléré (Nader, 1995, p. 200).

Maharishi (1994b) décrit cette combinaison comme: «fermez les yeux et méditez. Ouvrez les yeux et lisez la littérature védique.» Les étudiant par exemple, à l’École Maharishi de Fairfield commencent à apprendre le Sanskrit à la maternelle et à l’université, la lecture du Sanskrit continue jusqu’au niveau doctorat.

Une clé pour comprendre ce programme réside dans la description de Maharishi de quels textes constituent le matériel de lecture, car son point n’est pas qu’on devrait lire n’importe quel texte sanskrit mais qu’il y a des textes spécifiques qui permettent à quelqu’un d’éveiller les impulsions les plus fondamentales de la loi naturelle dans la conscience. Afin de pouvoir comprendre ce point, nous devons examiner la description de Maharishi de la nature et de l’origine de la littérature védique.

Maharishi considère que la pure conscience n’est pas seulement la source de l’intelligence et de la créativité individuelle, mais est aussi le domaine le plus fondamental à partir duquel l’univers entier émerge. Il cite souvent la Taittirīya Upaniṣad qui décrit la pure conscience comme Ānanda, ou la pure félicité, laquelle crée et soutien l’univers entier, et à laquelle toutes choses retournent à la fin.

Dans sa Science de l’Être et de l’Art de Vivre, Maharishi décrit cet état comme l’Être, ou l’existence pure:

«Sous-jacent au niveau le plus subtil de tout ce qui existe dans le domaine relatif, se trouve le domaine abstrait et absolu de l’Être pur qui est non manifesté et transcendantal. Ce n’est ni de la matière ni de l’énergie. C’est l’Être pur, l’état d’existence.

«Cet état d’existence pure est sous-jacent à tout ce qui existe. Tout est l’expression de cette existence pure, ou Être absolu, qui est la composante essentielle de toute vie relative.» (1963, p. 17)

Maharishi soutient qu’à travers sa propre dynamique auto-interactive, la conscience pure s’exprime elle-même comme les formes et les phénomènes diversifiés de la création. En assumant le rôle de l’univers matériel, elle se meut en elle-même, créant une structure dynamique dans son silence éternel. Cette structure est Śruti, que Maharishi (1995a) décrit comme «la vibration de l’intelligence sous forme de sons, générés par la dynamique autoréférente de la conscience – ces sons spécifiques qui construisent la conscience pure.» (p. 352) Maharishi (1985) décrit Śruti comme une fréquence vibratoire non manifestée, un bourdonnement, qui exprime la dynamique de transformation de la conscience autoréférente en ses structures diversifiées.

Dans l’analyse de Maharishi, cette structure dynamique de la conscience pure est le ‘Veda’; ainsi le Veda à son niveau le plus fondamental n’est pas une collection de livres, mais l’interaction dynamique de la conscience autoréférente en elle-même, constituant tous les sons non-manifestés qui émergent à la suite de cette interaction. La valeur holistique de ce son se retrouve dans l’expression du Ṛk Veda, dont la plus grande signification réside dans ses structures phonétiques et non dans un sens traduit.

Dans cette structure holistique du son se trouvent d’innombrables fréquences, qui sont incorporées dans les textes de la littérature. Ces sons sont la littérature védique à son niveau le plus fondamental, et c’est leur enregistrement phonétique qui se trouve dans les différents textes. D’où, dans l’analyse de Maharishi, la littérature védique comprend ces aspects de la littérature sanscrite qui trouvent leur source dans la dynamique auto-interactive de la conscience pure.

Maharishi identifie quarante aspects de la littérature védique, chacun exprimant une qualité spécifique de la conscience. Il s’agit du Ṛk Veda, Sāma Veda, Yajur Veda, Atharva Veda, les six Vedāṅgas, les six Darśanas, Itihāsa, Smṛti, Purāṇa, un certain nombre de textes ayurvédiques et les Prātiśākhyas.

À l’intérieur de ces branches, Maharishi fait la distinction entre les textes qui incarnent les sons de la dynamique auto-interactive de la conscience et les commentaires et les œuvres ultérieures qui sont souvent inclus. Par exemple, Maharishi tient le Nyāya Sūtras de Gautama comme texte authentique du Nyāya, dont les sons constituent une qualité spécifique de la conscience, mais il n’inclut pas comme littérature védique des ouvrages ultérieurs tels que Nyāyabhāṣya de Vātsyāyana, Daśapadārthaśāstra de Chandramati, etc. Ces textes mettent en lumière les valeurs individuelles, mais ne fournissent pas, dans l’analyse de Maharishi, une vision holistique de la littérature védique (1994, p. 252).

Peut-être l’aspect le plus important de la discussion de Maharishi sur la nature du Veda et de Śruti est son application pratique: la disponibilité de ces sons à la conscience humaine, car il explique qu’un individu qui identifie la conscience (individuelle) avec la conscience pure est capable d’apprécier dans cette forme la plus simple de conscience les fins détails de la structure de la conscience, les sons et les formes non manifestés du Veda et de la littérature védique:

«Elle est générée dans le champ autoréférent de la conscience. À ce niveau, ces valeurs de sons sont là, et n’importe qui peut amener sa conscience à cet état apaisé où l’on est ouvert à soi-même. Et on devrait entendre ces sons, on devrait voir ces sons.» (Maharishi, 1990)

L’expérience de la structure détaillée du Veda, note Maharishi: «Appartient à cette conscience suprêmement pure qui est pleinement consciente de sa propre réalité complète» (1986, p. 497). Selon le point de vue de Maharishi, les grands voyants védiques de l’antiquité reconnaissaient ces sons comme les fluctuations de leur propre conscience autoréférente; ces sons furent par la suite écrits et conservés par les familles védiques de l’Inde.

Récemment, Tony Nader, médecin avec un doctorat en physiologie, travaillant en étroite collaboration avec Maharishi, a trouvé une correspondance remarquable entre les structures et les fonctions de la physiologie humaine et les textes de la littérature védique. Le Dr Nader a pris les qualités de conscience que Maharishi a associées à chaque branche de la littérature védique, et a localisé un aspect de la physiologie humaine avec une fonction similaire, puis a comparé la structure de chacun. Bien qu’il n’y ait pas assez d’espace pour traiter adéquatement ce sujet, quelques exemples fourniront un aperçu de la recherche du Dr Nader.

Maharishi considère Vyākaraṇ comme étant la branche de la littérature védique représentant la qualité d’expansion de la conscience autoréférente. La tendance du Veda à s’élaborer séquentiellement lui-même – à se déployer de la première syllabe du Ṛk Veda aux quarante branches de la littérature védique – est exprimé par Vyākaraṇ. Le Dr Nader localise la similarité entre cette tendance expansive et la fonction de l’hypothalamus.

L’hypothalamus libère des facteurs qui activent l’hypophyse, la neuro-hypophyse et le système nerveux autonome. Ces libérines représentent l’expansion nécessaire pour l’évolution de la réponse endocrine et autonome, ce qui mène à des réponses biochimiques et physiologiques qui amènent le système à un nouvel état d’équilibre (Nader, 1995, p. 85).

Structurellement, l’Aṣṭādhyāyī, le texte principal de Vyākaraṇ, comprend huit adhyāyas de quatre pādas chacun, soit un total de trente deux pādas. De même, l’hypothalamus comprend huit régions – antérieure, postérieure, moyenne et latérale, droite et gauche – avec quatre noyaux chacun, soit totalisant 32 noyaux, correspondant aux 32 pādas de l’Aṣṭādhyāyī. Le Dr Nader a noté une correspondance entre chaque pāda de l’Aṣṭādhyāyī et les fonctions anatomiques spécifiques.

Un deuxième exemple est Nyāya, la branche de la littérature que Maharishi considère comme incarnant la qualité distinctive et décisive de la conscience, ce qui comprend simultanément les qualités opposées de la conscience. Selon le Dr Nader, Nyāya correspond fonctionnellement dans la physiologie au thalamus, qui relaie les influx sensoriels vers les zones sensorielles primaires du cortex cérébral, ainsi que l’information sur le comportement moteur dans les zones motrices du cortex (Nader, p. 122). Structurellement, il y a 10 chapitres (मण्डल) au Gautamīya Nyāya Sūtras, et 10 zones du thalamus: antérieur, ventraux, dorso-latéraux, dorso-médian et intralaminaires, qui se trouvent de part et d’autre du cerveau. De plus, alors que les Nyāya Sūtras décrivent 16 sujets de raisonnement (प्रमाण, प्रमये, etc.). Le thalamus fonctionne à travers 16 groupes de cellules appelés noyaux. Dr Tony Nader souligne que la première des 16 divisions प्रमाण (pramāṇa) correspond au premier groupe nucléique du thalamus appelé pulvinar (p. 127).

Pramāṇa a quatre subdivisions – प्रत्यक्ष (perception directe), अनुमान (inférence), उपमान (comparaison) et शब्द (témoignage verbal) – qui correspondent respectivement aux quatre subdivisions du pulvinar. La première subdivision relie le colliculus supérieur à des zones du cortex et est responsable de l’intégration visuelle d’ordre supérieur, c’est-à-dire, la perception (प्रत्यक्ष); la seconde connecte le colliculus supérieur et le cortex temporal avec des zones du cortex et du cortex temporal. Ces domaines sont impliqués dans les fonctions telles que la vision, l’ouïe, la mémoire et le langage – ensemble, ils sont à la base des processus d’inférence (अनुमान). La troisième partie du pulvinar relie les zones corticales pariétales à d’autres zones corticales pariétales et est responsable de l’intégration sensorielle polymodale. Cette zone donne une perception d’ordre supérieur sur les influx sensoriels en relation les unes avec les autres, servant la fonction de comparaison (उपमान).

La quatrième relie le cortex temporal au gyrus temporal supérieur et est responsable de la mémoire, du langage et de la parole. C’est la base du témoignage verbal (शब्द). Les quinze catégories suivantes de Nyāya sont également liées aux différents aspects du thalamus, en structure et en fonction (p. 127).

Le Dr Nader suggère que la correspondance entre les sons védiques et la physiologie humaine a un grand potentiel pour rétablir l’équilibre physiologique. Il explique que la lecture des sons de la littérature védique dans leur ordre approprié, même phonétiquement, sans aucun sens de la signification, crée une résonance avec les mêmes structures anatomiques auxquelles ils correspondent, vivifiant une séquence spécifique d’activité neuronale et physiologique. En rétablissant la séquence correcte du déroulement de la loi naturelle dans la physiologie, toutes imperfections (stress, blocages ou toute autre anomalie structurale ou fonctionnelle) peuvent être éliminées (Nader, p. 201). Le résultat, selon le Dr Nader, est que la physiologie fonctionne de plus en plus en accord avec son originale et parfaite conception.

Maharishi (1994) ajoute que la lecture de la littérature védique dans l’ordre séquentiel a pour effet de réguler et d’équilibrer le fonctionnement de la physiologie cérébrale (p. 145); pendant la lecture, le fonctionnement des fibres individuelles du cerveau entre en cohérence avec la valeur holistique du fonctionnement cérébral et, par conséquent, l’esprit commence à fonctionner selon la loi naturelle dans chaque expression. Lorsque l’esprit s’écoule dans une direction évolutive, toutes les pensées, paroles et actions s’écoulent également dans une direction évolutive, dans la direction du développement des états supérieurs de conscience.

Les étudiants de la nouvelle filière doctorale à l’Université Maharishi de Management lisent la littérature védique pendant plusieurs heures par jour et attestent de leur illumination grandissante. Ils ont rapporté des centaines d’expériences d’états de conscience supérieurs. Par exemple, ce qui suit est l’expérience d’un étudiant lisant les Brahm Sūtras, qui représente la qualité holistique de la conscience autoréférente, le plein développement du Soi:

Il y avait encore ce petit corps [je le savais comme le mien,] mais la réalité en même temps était qu’il n’y avait pas de frontières [du tout] qui me contenaient – ce qui était mon Soi continuait pour toujours – et qu’il y avait une connaissance très concrète que j’avais toujours été cela, que j’avait atteint ce que j’étais vraiment, [que je pouvais enfin être vraiment au repos, que j’étais] rentré à la maison. Tout reposait en moi et était soutenu par moi, et je savais donc tout ce qu’il y avait à savoir. J’avais la perception de…[encercler] et abriter tout l’univers, de sorte que je me sentais responsable [de garder tout en vie et de grandir].

L’impression de cette expérience finale était celle d’une liberté et d’une maîtrise totales, d’une félicité sublime, d’un silence animé et d’une simplicité absolue, presque ridicule, le tout à la surface de mon être. Toutes les fibres de mon être semblaient vivifiées avec les réalisations: “Je suis vraiment le Veda, je suis vraiment la totalité.” (Freeman, 1996)

Ma conscience est devenue énorme, mais tout autour de moi semblait comme une partie de moi, comme mes propres mains. Tout est devenu partie intégrante de mon Soi, et mon Soi était [au même moment] dans tout. (Freeman, 1996)

Conclusion

Maharishi souligne que chaque individu est capable d’expérimenter le Veda dans son état le plus simple de conscience. En cela, il indique un concept critique pour les chercheurs védiques: la connaissance et la compréhension complètes du Veda ne viennent pas de l’analyse intellectuelle, mais de l’identification de sa conscience avec le Veda – la dynamique auto-interactive de la conscience pure et autoréférente – et de l’explorer à son propre niveau. Comme le Veda est un phénomène de subjectivité pure, transcendantal aux processus de la pensée, l’intellect est incapable de le comprendre à son propre niveau:

Vous connaissez le Veda en étant le Veda. Vous connaissez Veda en étant le Veda. La cognition du Veda est sur son propre niveau, et c’est à ce niveau que nous entrons dans les détails de l’éveil. Le Veda est la structure détaillée de l’éveil pur, et là l’intellect ne va pas. (Maharishi Mahesh Yogi, 1991)

Maharishi situe cette compréhension dans deux expressions qu’il cite ensemble, ce qui souligne la relation entre l’identification de sa conscience avec le Veda et la connaissance du Veda:

वेदाहम् वेदोऽहम्

Vedāham Vedo’ham 

que Maharishi (1991) traduit: «Je connais le Veda, je suis le Veda.»

L’idéal de Maharishi de l’étude védique constitue un ajout important dans le domaine de l’éducation, car il promet de développer une connaissance complète dans la conscience de chaque étudiant en explorant le Veda et la littérature védique sur son propre niveau, et en animant les impulsions fondamentales de la loi naturelle de façon permanente dans la conscience des étudiants. La lecture de la littérature védique en conjonction avec la pratique de la technique de Méditation Transcendantale fournit la base de l’éducation védique, car elle stimule le potentiel total de la loi naturelle dans la conscience de chaque étudiant, et rend ainsi disponible la dynamique structurante de la pure conscience. Maharishi décrit ceci comme l’accomplissement suprême de l’éducation qui peut créer un individu parfait et un système éducatif parfait.

Un autre avantage de la lecture de la littérature védique en sanskrit, est de rétablir l’ordre et l’harmonie, non seulement dans l’esprit mais aussi dans toute la physiologie. Aussi, il n’est pas rare que des réajustements prennent place au niveau physiologique occasionnant des mouvements le long la colonne vertébrale… Par contre, il n’est pas conseillé de faire des efforts ni dans la lecture ni dans la durée. Une trentaine de minutes devrait être un maximum.


La Science Védique de Maharishi

“VEDA: Discovering the Structural Relationship Between Consciousness, Natural Law, Physiology, and the Universe” – USA (titre complet) une conférence du Dr Tony Nader, responsable international de l’Organisation de la Méditation Transcendantale, enregistrée dans la Silicon Valley au Centre culturel indien, le 10 avril 2014 (en anglais)

Le texte ci-dessous, nous offre une analyse qui nous amène à considérer la solution. C’est là tout l’art de l’enseignement de Maharishi. La Science et la Technologie, la Science Védique et le programme de MT et MT-Sidhi sont les moyens d’une compréhension complète et d’un accès libre à la Pure Conscience. Donc, l’expérience de la Conscience Transcendantale est le pré-requis au développement de tous les aspects relatifs de l’existence. Ainsi, le contentement ne peut venir que de l’expérience directe, positive du bonheur intérieur, la Conscience Transcendantale, Ātmānanda, la félicité du Soi pur.

La science védique – l’étude de la conscience – qui a d’abord été exposée par les anciens sages, a été restaurée dans cette génération par Maharishi Mahesh Yogi, le fondateur du programme de Méditation Transcendantale et de l’Université Internationale Maharishi. Maharishi, lui-même membre de la tradition védique, a rétabli les techniques simples qui rendent l’exploration subjective de la conscience possible pour n’importe quel individu, indépendamment de ses origines ou de ses croyances. En dissipant de nombreuses idées fausses longtemps associées à la conscience et à la méditation, Maharishi a savamment sorti la science védique du domaine du mysticisme pour la placer directement sur le terrain scientifique où elle est pleinement accessible aux moyens modernes à la fois de recherche objective et subjective.

L’ancien Veda fournit des formules pour le plein développement de la conscience, et la science moderne fournit les moyens de mesurer et de valider ce développement d’une manière objective. Le Veda et la science sont à la fois fiables pour leur authenticité et leur aspect pratique. La technique de la Méditation Transcendantale, issue de la tradition védique, et sa validation par des expériences scientifiques ont rapproché le Veda et la science, ce qui a fourni un fondement commun pour toutes les nations de culture ancienne et civilisation moderne pour créer une société idéale.

Maharishi a toujours mis l’accent sur l’expérience en tant qu’élément essentiel pour acquérir la connaissance. Cependant, sa définition de l’expérience va bien au-delà des confins limités de la connaissance découlant de l’expérience sensorielle, comme l’ont déjà fait valoir les empiristes. Du point de vue de la Science Védique Maharishi, pour que la connaissance soit complète, elle doit être vérifiée non seulement au niveau des sens, mais à tous les niveaux y compris l’environnement, le corps, l’esprit, l’intellect, les émotions, l’ego et l’être (ego universel). Selon Maharishi, il est encore plus important de développer un état de conscience immuable dans lequel la connaissance ainsi acquise sera authentique et fiable.

À la base de l’enseignement de Maharishi se trouve la Méditation Transcendantale – une technologie pour calmer la nature active de l’esprit afin qu’il puisse s’ouvrir à un domaine résolu, invariant et universel de conscience intérieure de soi. En transcendant les couches subtiles de la pensée et de la perception, l’esprit est capable d’expérimenter la structure fondamentale de la connaissance dans un état de connaissance pure. À ce niveau, le Soi est pleinement éveillé en lui-même. Il est conscient, mais n’a plus rien d’autre à connaître que sa propre existence. Il devient simultanément le connaisseur (sujet) et le connu (objet). Par le processus de connaissance, il devient conscient de lui-même. Il se connaît lui-même comme la source de tout. La source de la connaissance et tout ce qui se trouve dans son champ d’application est connu – non pas individuellement – mais dans un unique état d’intégrité collective. Dans le Muṇḍaka Upaniṣad il est dit: 

कस्मिन्नु भगवो विज्ञाते सर्वमिदं विज्ञातं भवतीति।
kasminnu bhagavo vigyāte sarvam idaṁ vigyātaṁ bhavatīti – Muṇḍaka Upaniṣad 1.1.3
Connais ce par quoi tout autre chose est connue.»

Maharishi décrit l’expérience et la compréhension de ce niveau de la réalité comme le fondement de sa science védique.

Cet état de conscience est complètement autosuffisant. Comment il émerge de son propre accomplissement autoréférent, qui se perpétue éternellement à la base de toute création, c’est cela la science védique. Comment cela se produit, comment la création se manifeste – comment la conscience devient matière et comment la matière dans la nature se comporte avec le plus grand ordre, en suivant absolument les lois de la nature – c’est cela la science védique. La science védique est cet état de connaissance, et elle inclut les procédures pour acquérir cette connaissance de l’ultime unité autoréférente, qui sous-tend toute la création et s’exprime elle-même dans les innombrables manières divergentes.

La Méditation Transcendantale, qui a été enseignée dans le monde entier depuis plus de cinquante ans, offre un moyen systématique d’expérimenter le Soi à la source de la pensée. Comme l’explique Maharishi, il s’agit là d’une étape essentielle pour établir son caractère scientifique.

La procédure que nous avons adoptée pour expérimenter ce domaine est une procédure très naturelle. L’impulsion de l’esprit, l’activité de l’esprit, se calme automatiquement; et cet état de conscience illimitée est produit. Le stress est relâché et le corps et l’esprit acquièrent une vigilance au repos. Cette expérience est acquise de manière systématique et naturelle et est donc reproductible.

La simplicité et l’universalité de la technique de Méditation Transcendantale ont conduit à une méthodologie systématique, scientifique qui est ouverte à l’évaluation intersubjective. Cela répond à un autre critère pour la science, comme l’a fait remarquer Maharishi.

La procédure systématique d’acquisition de la connaissance par le biais d’expériences répétables garantit que la connaissance est universellement fiable. Ce que nous observons et expérimentons, nous pouvons l’appeler connaissance; mais pour être certains de la vérité, nous voulons que les autres vérifient nos observations et expériences. S’ils parviennent aux mêmes conclusions, nous sommes convaincus que la connaissance que nous avons acquise est universellement vraie.

Avec le temps, selon Maharishi, l’exposition régulière de l’esprit à son état stable fait que la réalité subjective de la conscience autoréférente s’infuse dans la réalité objective de la perception sensorielle. Maharishi se réfère à cet état intégré de ‘connaissance totale’ comme la conscience d’unité. Elle est décrite dans la littérature védique comme Brāhmī Chetanā, la conscience de la totalité. Tout est autonome. La réalité des objets est perçue en fonction de la réalité du sujet. Des différences subsistent, mais elles sont secondaires par rapport à l’harmonie sous-jacente qui les unit. Maharishi décrit l’expérience en termes de croissance de la connaissance.

C’est un point de comparaison magnifique et crucial. Le moyen subjectif d’acquérir la connaissance à ce niveau de conscience qui ne change jamais – au septième niveau de conscience* – ouvre à la cognition directe la valeur infinie qui réside dans tout objet. Avec cette valeur infinie et illimitée de l’ouverture de l’objet à la conscience, la connaissance est complète. Il n’y a plus rien à connaître. La connaissance sera autosuffisante à ce niveau, et plénifiante.

Alors que la connaissance objective et subjective de l’état de conscience de veille doit se conformer au modèle standard de la logique déductive et de l’observation prévue, selon Maharishi, la connaissance de la conscience d’unité est complètement évidente et ne dépend de rien de logique avant elle.

C’est le domaine de la connaissance pure, la connaissance suprême, qui est sa propre vérification. C’est le sommet suprême de la connaissance en étant scientifique, où la connaissance est sa propre plénitude, sa propre preuve, sa propre validité. La connaissance suprême est cette connaissance qui n’a pas à se traduire en action et en accomplissement pour apporter la plénitude. Elle s’auto-réalise. Elle n’a pas besoin d’autres preuves. Cette expérience est le niveau suprême de la valeur scientifique de la connaissance de l’intelligence créatrice.

La connaissance dans cet état est complète et satisfaisante. L’intuition, qui en état de veille était parfois peu fiable, est maintenant distincte, infaillible et libre de tout doute. L’aspect superficiel de la connaissance par la compréhension intellectuelle est renforcé par la vraie nature de la connaissance dans un état de connaissance. La connaissance alors, a sa culmination non pas comme une fin en soi, mais dans le but supérieur pour lequel elle a toujours été destinée – la vie dans la plénitude.

Si la création est administrée par un Créateur, faut-il comprendre la création pour avoir accès au Créateur? La science moderne nous permet d’appréhender les mécanismes de la création mais est-ce que la Science Védique Maharishi nous donner accès au Créateur?


*Maharishi a décrit l’évolution de la vie humaine en sept états de conscience. Les trois premiers sont la veille, le sommeil et le rêve. Le quatrième état est la Conscience Transcendantale, l’expérience du Soi intérieur. Le cinquième état est la Conscience Cosmique, dans laquelle l’expérience de la Conscience Transcendantale est inclusive avec la veille, le sommeil et le rêve. Le sixième état est la Conscience de Dieu, qui se caractérise par un raffinement extrême des facultés physiques de perception et la croissance d’un amour et d’une dévotion sans bornes. Le septième état est la Conscience d’Unité. C’est l’état suprême du développement humain où chaque objet est perçu comme une extension de son propre Soi. Le sujet et l’objet sont pleinement unis comme une réalité inséparable.

La connaissance complète se déploie par l’analyse et la synthèse

Le Dr Nader répond à vos questions sur le bonheur, la conscience et Maharishi (en anglais) https://www.drtonynader.com/one-unbounded-ocean-of-consciousness

Le flot de la conscience est aussi le flot de la connaissance. Je suis Cela un peu plus chaque jour. Que ce parce-t-il? C’est très simple! L’attention est sur les valeurs de surface, progressivement avec la Méditation Transcendantale, elle va se tourner vers l’intérieur et faire l’expérience du Soi. Cette expérience, comme une source de jouvence, va commencer à imprégner l’esprit de cette béatitude transcendantale, ce qui aura pour effet naturel de favoriser se retour vers la Soi sans aucun effort. C’est comme cela que Cela reconquière sa propre manifestation. 

Les deux systèmes de la connaissance, l’analyse et la synthèse, sont nécessaires pour acquérir la connaissance complète et son pouvoir d’organisation.

Il est très important que la connaissance soit acquise par les deux approches – l’analyse et la synthèse – sinon la compréhension de la connaissance totale ne sera pas pratique.

La science est le chemin systématique d’acquérir la connaissance. La science demande que pour que la connaissance soit fiable, les deux directions de l’approche (l’analyse et la synthèse) doivent être correctement couvertes. La raison est que lorsqu’un étudiant va de sa maison à son école, il voit le chemin avec un type de fond, mais quand il revient de l’école, pour aller à la maison, il marche sur le même chemin mais expérimente un fond complètement différent. Une connaissance complète du chemin dans les deux sens est indispensable afin que le chemin ne soit pas perdu à aucun moment.

Le thème védique de l’éducation chérit cet aspect de l’acquisition de la connaissance dans le mot निवर्तध्वम् Nivartadhwam, qui signifie ‘retour’.

Du point à l’infini et de l’infini au point, c’est le chemin pour gagner la connaissance complète.

Le thème védique de gagner la connaissance est du: Soi → au → Veda → à → l’univers → et → retour → de → l’univers → au → Veda → au → Soi

De → la connaissance du Soi – l’Ātmā → à → la connaissance du Veda → à → la connaissance de l’univers → retour निवर्तध्वम् Nivartadhwam 

De → la connaissance de l’univers → à → la connaissance du Veda → à → la connaissance du Soi – l’Ātmā → Cette Ātmā (le Soi individuel) est Brahm (le Soi cosmique) अयम् आत्मा ब्रह्म Ayam Ātmā Brahm

Le chemin de la connaissance commence à partir du Soi (l’Ātmā) et se termine dans le Soi (Brahm). Le Soi est la source et le but de la connaissance.

La Saṁhitā de Rishi, Devatā, Chandas
Le Veda est structuré en boucles autoréférentes. Chaque aspect de la connaissance est connecté au Soi. La recherche de la connaissance totale commence à partir du Soi et trouve sa plénitude en revenant au Soi, en trouvant que tout est l’expression du Soi – tout est l’expression de mon propre Soi.

Le chemin de l’évolution procède en deux étapes – en avant et en arrière. C’est le chemin de l’évolution de la connaissance – aller en avant et revenir en arrière. C’est la Science Védique de Maharishi; cette Science Védique: le chemin de la connaissance du Veda, le chemin du pouvoir d’organisation infini de la connaissance pure, le Veda.

La recherche de la connaissance totale commence à partir du Soi (l’Ātmā) et se poursuit jusqu’aux expressions d’Ātmā – le Veda, et Vishwa (l’univers) – et de la connaissance de l’univers à la connaissance de la totalité, Brahm (le Soi) qui est l’état unifié (l’unité) de la connaissance de l’univers, la connaissance du Veda et la connaissance du Soi – l’épanouissement de la connaissance totale dans le Soi – le but de toute connaissance (Brahm) trouvée dans le Soi, où le chemin de gagner la connaissance a commencé.

Le Veda est structuré dans la conscience autoréférente; l’univers est structuré dans le Veda, donc l’univers est aussi structuré dans la conscience autoréférente; il est donc évident que la conscience autoréférente est la source, le cours et le but de la connaissance – le Soi est la source, le cours et le but de toute connaissance; et ce Soi qui a réalisé qu’il est lui-même la source, le cours et le but de toute connaissance est comme la totalité de la connaissance – l’Ātmā totalement épanouit – Brahm. Cette réalisation est Ahaṁ Brahmāsmi, ‘Je suis la totalité’ – l’état de pleine illumination.

Le thème de donner la connaissance à l’Université Védique Maharishi accomplit cette croissance ordonnée de la connaissance complète en chaque étudiant et amène chaque étudiant au but de l’éducation – l’illumination dans la vie pratique – la vie quotidienne en pleine accord avec la loi naturelle.

Le diplômé de l’Université Védique Maharishi trouve tous les courants diversifiés de la connaissance dans l’état autoréférent de sa propre conscience. Il est autosuffisant pour la connaissance totale et son pouvoir d’organisation infini. Il a terminé l’éducation universitaire; il a accompli le but et la signification du mot université – il a trouvé l’univers dans le Veda, il a trouvé sa propre physiologie dans le Veda, et il a trouvé le Veda dans sa propre conscience autoréférente. Il entre dans la société en tant que gardien autosuffisant de la connaissance pure et de son pouvoir d’organisation infini avec la capacité dynamique de réaliser quoi que ce soit.

La conscience de l’étudiant, s’écoulant dans le thème parfait de l’évolution de la nature, évolue naturellement vers la capacité spontanée de fonctionner à partir du niveau de l’Intelligence Cosmique. Il gère spontanément chaque aspect individuel de sa vie quotidienne sur le fondement de l’Intelligence Cosmique pleinement éveillée dans sa conscience. L’intelligence de chaque fibre de son cerveau est complètement cohérente avec le fonctionnement total de son cerveau. Le fonctionnement intégré et cohérent de la physiologie de son cerveau est comme le fonctionnement ordonné de la physiologie cosmique de l’univers entier – chaque valeur isolée est toujours en parfaite cohérence avec l’ensemble.

Lorsqu’on comprend que le monde relatif est juste l’expression de la conscience pure, le Soi, alors un grand changement de paradigme s’opère. Comme une invitation à explorer ce lien connectant les deux aspects de l’existence que sont la conscience pure et son expression, l’intention nait d’en savoir plus sur l’expression de: «Chercher Dieu et son royaume, le royaume des cieux est en vous».

Rendre l’éducation universitaire significative

Le yoga dans la physiologie (en anglais)

Maharishi dit que nous ne sommes plus des chercheurs. Ce qui veut dire que nous avons trouvé ce que nous cherchions. Mais pour connaître la brillance du soleil de midi, cela demande du temps et de la pratique. C’est la pratique qui rend parfait… Quelque soit notre domaine d’activité, nous avons besoin de pratique pour nous perfectionner. Dans le domaine du Yoga, il en va de même. Notre système nerveux est conçu de telle sorte que l’aspect subjectif et objectif de l’existence trouvent leur fondement commun dans un mouvement alternant le silence et le dynamisme. D’où l’expression du verset de la Bhagavad-Gītā: «En vérité, il n’est rien en ce monde d’aussi purifiant que la connaissance. Celui qui a atteint la perfection dans le Yoga, trouve de lui-même, avec le temps, ceci en lui-même.» chapitre IV, verset 38

Comme il n’y a pas d’université dans le monde qui offre l’étude de la conscience et la recherche sur la conscience, l’éducation universitaire est partout, sans fondement, et une éducation sans fondement ne peut produire que des individus désintégrés, stressés et frustrés, et une société remplie de problèmes et de souffrance. C’est la triste image de l’éducation dans le monde tout au long de l’histoire.

La connaissance intégrée, basée sur la connaissance complète de la conscience telle qu’elle est disponible à l’Université Védique Maharishi, est le seul moyen d’améliorer la qualité de vie dans chaque pays, et de rendre l’éducation universitaire significative.

L’une des nombreuses caractéristiques uniques de l’Université Védique Maharishi est qu’elle déploie d’abord le plein génie créateur de l’étudiant, et quand il est mature dans les états supérieurs de conscience, de lui donner une formation professionnelle afin qu’il ne fasse pas d’erreurs dans sa vie privée ou professionnelle.

Dans le monde d’aujourd’hui, l’éducation universitaire est seulement «axée sur l’emploi», elle n’est pas «axée sur la vie»; c’est pourquoi l’éducation supérieure ne sert pas le grand but du développement des niveaux de conscience supérieurs. C’est la raison pour laquelle il n’y a pas d’illumination dans la société. Tous les problèmes d’un pays sont des problèmes d’éducation – une éducation inadéquate et incomplète.

Pour tout succès dans le domaine illimité de l’action, une connaissance complète de la conscience est nécessaire. Cette exigence d’une connaissance pratique et complète pour une pensée et une action juste et spontanée est uniquement* satisfaite à l’Université Védique Maharishi.

*Uniquement se réfère au ‘fruit de toute connaissance’, ce qui signifie vivre le résultat d’une connaissance complète et pratique – une vie libre d’erreur – toute pensée et action toujours pleinement soutenue par la loi naturelle.

Programme d’études – Réaliser le but de l’éducation

Le programme d’études, du jardin d’enfants au doctorat à l’Université Védique Maharishi, est conçu pour répondre à l’exigence de la connaissance pratique et complète pour chaque étudiant.

La connaissance complète est disponible dans le domaine de l’intelligence pure, de la conscience pure, du pur éveil* – la Conscience Transcendantale.

La Méditation Transcendantale est la technologie de la conscience pour développer la conscience pure, l’intelligence pure – le fondement de la connaissance complète; c’est pourquoi la Méditation Transcendantale de Maharishi fait partie intégrante du programme d’études de l’Université Védique Maharishi.

La connaissance complète, éveillée dans la conscience de l’étudiant, aboutit à toute pensée et action spontanément en accord avec la loi naturelle.

Le programme d’études de l’Université Védique Maharishi, développant la connaissance complète dans la conscience de l’étudiant, jouit de la perfection dans deux approches simultanées; (1) expérimentale, et (2) intellectuelle.

*Le pur éveil signifie que la conscience d’une personne est pleinement éveillée sans l’ombre de l’ennui. Le pur éveil est toute connaissance, l’ouverture complète dans toutes les directions – la Conscience Transcendantale – la conscience autoréférente – le niveau unifié de toutes les lois de la nature.

L’approche expérimentale:

L’approche expérimentale, l’approche pratique, qui fournit l’expérience du pouvoir d’organisation de la connaissance pure dans l’état de pure éveil, d’intelligence pure, de conscience pure, est disponible dans la conscience autoréférente, comme démontré dans la structure du Ṛk Veda, et dans la dynamique structurante du Ṛk Veda, la littérature védique*.

L’approche pratique procède par la recherche dans la conscience et ouvre la conscience de l’étudiant aux fines structures de la conscience et à leurs mécanismes de transformation, qui constituent le processus de l’évolution.

L’étudiant développe le plein potentiel de la loi naturelle dans sa conscience à travers l’étude de la Science Védique de Maharishi, qui est l’étude intégrée de tous les quarante aspects de la littérature védique; et à travers la pratique quotidienne de l’expérience des fins mécanismes de transformation dans la structure de conscience, grâce au programme Méditation Transcendantale et de TM-Sidhi, il développe sa capacité à tout connaître, à tout faire spontanément juste et réalise tout par le soutien de la loi naturelle.

L’ensemble du domaine de la connaissance et son pouvoir d’organisation infini appartient à chaque étudiant sérieux de l’Université Védique Maharishi.

  • La littérature védique: Ṛk Veda, Sāma Veda, Yajur-Veda, Atharva Veda; Śikṣā, Kalp, Vyākaraṇ, Nirukt, Chandas, Jyotiṣ; Nyāya, Vaiśeṣik, Sāṁkhya, Yoga, Karma Mīmāṁsā, Vedānt; Gandharva Veda, Dhanur-Veda, Sthāpatya Veda, Hārīta Saṁhitā, Bhel Saṁhitā, Kāśyap Saṁhitā; Carak Saṁhitā, Suśrut Saṁhitā, Vāgbhaṭṭ Saṁhitā, Mādhav Nidān Saṁhitā, Śārṅgadhar Saṁhitā, Bhāva-Prakāś Saṁhitā; Upaniṣad, Āraṇyak, Brāhmaṇa, Itihās, Smṛti, Pūrāṇ; et les six Prātishākhyas.

Approche intellectuelle:

L’approche intellectuelle, l’approche théorique, satisfait l’intellect en fournissant une compréhension complète de la réalité ultime – les mécanismes de transformation de la conscience autoréférente en sa nature d’objet-référence – les mécanismes de transformation de l’unité en diversité démontrés par le déploiement absolu, séquentiel et ordonné du Veda dans la nature de l’état unifié autoréférent de conscience – le déploiement ordonné de la structure de la conscience autoréférente évoluant dans la structure séquentiellement progressive du son holistique du Veda (Śruti), et se développant par la suite, en particules (sons, fréquences, syllabes) de la parole, qui dans la continuité du processus de développement, deviennent des particules matérielles, assumant le rôle de la physiologie et de l’univers matériel toujours en expansion.

Toute la littérature védique déploie la dynamique structurante du Veda. La littérature védique montre la dynamique structurante de la conscience, qui promeut la structure évolutive séquentielle du Veda, d’abord en Śruti, le son (la fréquence), et continuant le processus d’évolution, le son (les fréquences du son) produit la forme.

Maharishi a systématisé le Veda et la littérature védique et les a présentés dans une structure scientifique simple et intégrée, où tout est connecté avec tout le reste, et où tout fonctionne en parfaite harmonie avec tout le reste.

Cette valeur pleinement compréhensible de la connaissance totale offre à chacun le «fruit de toute connaissance» – une vie sans erreur.

Ce «fruit de toute connaissance» se développe à partir: (1) de l’expérience directe de la conscience autoréférente, la conscience pure – la conscience transcendantale – et des mécanismes de sa transformation, et (2) de la complète compréhension intellectuelle et sans le moindre doute de la dynamique de la conscience, par l’étude de l’authentique littérature védique traditionnelle, comme Maharishi l’a organisé dans sa Science et Technologie Védique.

Yoga signifie unifier toutes les impulsions diversifiées de la conscience. Dans cette unité réside l’autorité du potentiel total de la loi naturelle et en elle, est l’autorité de l’univers.

L’éducation intégrée apportée par l’Université Védique Maharishi développe une personnalité intégrée chez l’étudiant, par laquelle il devient intégré à l’univers. Dans cet état tous ses désirs sont automatiquement comblés, parce que les moyens de réaliser n’importe quel désir, sont disponibles en lui-même.

Définition de l’Université Védique Maharishi

Dr Susan Dillbeck – L’Éducation Védique – L’Éducation Fondée sur la Conscience (en anglais)

Évaluer un système d’éducation tel que l’Éducation Fondée sur la Conscience sans s’investir dans son étude et sa pratique, relève de l’imagination. C’est pour cette raison, que ceux qui savent de quoi ils parlent, doivent en faire la promotion encore et encore. Une société ne peut porter le label de «civilisation» que lorsque les citoyens qui la composent, vivent dans l’ordre et l’harmonie. C’est ce que favorise l’Éducation Fondée sur la Conscience.

Maharishi signifie Mahā-Ṛishi ou Mahā-Ṛṣi

Mahā signifie ‘Grand’ et Ṛishi signifie ‘Voyant’ ou ‘Celui qui voit’.

Le ‘Ṛishi’ voit la vérité; un ‘Maharishi’ éveille la vérité dans la vie de chacun.

Le Ṛishi voit la vérité, le Veda, la réalité intérieure de la vie de chacun; Maharishi montre la vérité, le Veda, à l’intérieur de chacun, et éveille le Veda, la structure de la pure connaissance et son pouvoir d’organisation infini – le potentiel total de la loi naturelle – à l’intérieur de chacun.

Le Ṛishi est un voyant. Maharishi est un professeur. Maharishi éveille la connaissance et l’expérience du Veda, le potentiel total de la loi naturelle, à l’intérieur de la physiologie de chacun.

Le Ṛishi cognise le Veda; Maharishi, the grand voyant, applique le Veda au détails pratiques de la vie quotidienne.

Maharishi est le gardien de l’intelligence suprême; la Conscience Maharishi est la source de la connaissance pure, le Veda, et son pouvoir d’organisation infini.

Védique signifie appartenant au Veda.

Le Veda signifie la connaissance, la connaissance pure, la connaissance complète.

Le Veda est défini comme Mantra et Brāhmaṇa.

मन्त्रब्राह्मणयोर्वेदनामधेयम् ।
mantra brāhmanayor veda nāmadheyaṃ
Āpastamba Śrautasūtram 24.1.31

Les Mantras sont les structures de la pure connaissance, les sons du Veda; les Brāhmaṇas sont les dynamiques internes de la structure de la pure connaissance, le pouvoir d’organisation des Mantras, l’intelligence qui structure les Mantras – les dynamiques structurantes des Mantras.

Parce que les Mantras et les Brāhmaṇas constituent ensemble le Veda, le mot ‘védique’ est significatif pour les deux aspects – Mantra et Brāhmaṇa.

Mantra et Brāhmaṇa représentant ensemble la structure et la fonction du Veda – la structure et la fonction de la loi naturelle, la structure et la fonction du pouvoir d’organisation de la loi naturelle – incarnent le système ou la loi qui organise l’ordre et promeut les processus de création et d’évolution.

C’est ainsi que la connaissance pure, le Veda, est en soi le potentiel du pouvoir d’organisation*; c’est la structure du pouvoir organisation. Le Veda est la structure de la connaissance pure avec le pouvoir d’organisation infini.

[*Comme la connaissance a le pouvoir d’organisation, la connaissance pure, le Veda, a un pouvoir d’organisation infini (Théorie de l’Information)]

Le Veda est la structure et la fonction de la connaissance pure. Il englobe tout le domaine de la science et de la technologie; il est à la fois théorie et pratique; il est la structure de la connaissance totale – la Saṃhitā de Ṛṣi, Devatā, Chandas – l’unité de l’observateur, du processus d’observation et de l’objet d’observation.

Par conséquent, ‘védique’ inclut tout le chemin de la connaissance, du connaisseur au connu – tout le domaine de la subjectivité, de l’objectivité et de leur relation; tout le domaine de la vie, non-manifesté et manifesté; tout le domaine de ‘l’être’ et du ‘devenir’; toute l’étendue de la connaissance depuis sa source jusqu’à son but – la source, le cours et le but éternels de toute connaissance.

Le mot ‘védique’ englobe tout le domaine illimité de l’espace et du temps, du point à l’infini. 

Université signifie l’unité diversifié; d’abord unifié, puis diversifié; d’abord la connaissance unifiée, puis la connaissance diversifiée.

D’abord la ‘connaissance unifiée’, puis la ‘connaissance diversifiée’: c’est la séquence appropriée pour transmettre la connaissance. C’est en fait le thème védique le plus ancien de la transmission de la connaissance, qui est maintenant pleinement utilisé à l’Université Védique Maharishi.

Ce thème éternel de la connaissance védique est exprimé comme: la Saṃhitā de Ṛṣi, Devatā, Chandas. La connaissance unifiée (la Saṃhitā) → la connaissance diversifiée (Ṛṣi, Devatā, Chandas).

D’abord la ‘connaissance unifiée’, puis la ‘connaissance diversifiée’ – d’abord la connaissance du TOUT, puis la connaissance des Parties.

La connaissance du Tout est la connaissance de la conscience, parce que la conscience est l’élément le plus fondamental dans la création.

Le nom ‘Université’ est seulement justifié s’il fournit la structure holistique de la connaissance, la connaissance de la conscience – la réalité non-manifestée et fondamentale de la vie, le potentiel total du pouvoir d’organisation de la loi naturelle – et alors d’apporter la connaissance des parties – la connaissance des expressions de la conscience dans tout l’univers manifesté et divers.

Le Ṛk Veda déclare catégoriquement que la demeure dynamique de toutes les lois de la nature est disponible dans ce domaine holistique de la conscience. Il dit que dans cette valeur holistique de la conscience, dans cet état de conscience autoréférente, tous les administrateurs de l’univers – les lois de la nature (les Devas) – résident.

Celui qui ne connaît pas ce domaine de la conscience transcendantale autoréférente, les expressions de la pure connaissance, les Ṛchās, les hymnes du Veda, accomplissent peu pour lui. (Ṛk Veda 1.164.39)

Cela signifie que sans la compréhension intellectuelle de la conscience et sans l’expérience de la conscience, les expressions du domaine de la conscience sont dénuées de sens, sans fondement et infructueux. Toutes les universités dans le monde l’ont démontré.

Sans d’abord apporter la valeur holistique de la connaissance – la connaissance et l’expérience de la conscience – l’éducation universitaire est sans fondement.

Le Ṛk Veda dit: Celui qui pense et agit à partir de ce domaine holistique de la conscience, la conscience autoréférente, est naturellement servi par le pouvoir d’organisation infini de la pure connaissance – la valeur holistique de la conscience:

ब्रह्मा भवति सारथिः।
brahma bhavati sarathih. (Ṛk Veda 1.158.6)

  La conscience est sa propre technologie. Si quelqu’un n’a pas sondé le domaine de sa propre conscience, il ne s’est pas ouvert lui-même à l’ingénierie de la création. Ceci signifie que l’étude de la conscience et la recherche dans la conscience est l’aspect le plus vital d’une université qui réalise la vraie signification du mot ‘Université’.

Donc, le nom ‘Université’ est significatif seulement s’il offre la complète connaissance théorique et pratique de la conscience.

L’Université Védique Maharishi réalise la complète signification de son nom: Université, Védique et Maharishi.

L’Université Védique Maharishi signifie l’Université du Veda, l’université de la pure connaissance et de son pouvoir d’organisation infini, l’université de la connaissance pure et appliquée, l’Université de la Science et de la Technologie Védique de Maharishi.

Comme la connaissance est structurée dans la conscience, l’Université Védique Maharishi, l’université de la pure connaissance et de son pouvoir d’organisation infini, l’Université de la Science et de la Technologie Védique de Maharishi, est l’Université de la Conscience.

Comme la conscience est l’élément le plus fondamental dans la création, et comme toute matière et toute chose dans l’univers est l’expression de la conscience, l’Université Védique Maharishi, l’Université de la Conscience, est l’université de toute la connaissance de toute chose dans l’univers. L’Université Védique Maharishi est l’université de la connaissance pure et appliquée  de toute chose dans l’univers.

L’Université Védique Maharishi est l’université de la connaissance pure et appliquée, la connaissance pure et appliquée du Veda, qui a été correctement organisée par Sa Sainteté Maharishi Mahesh Yogi comme la Science et la Technologie Védique pour que chacun jouisse du ‘fruit de toute connaissance’.

Le ‘fruit de toute connaissance’ est la capacité de vivre une vie libre d’erreur dans les états supérieurs de conscience, la vie quotidienne en plein accord avec toutes les lois de la nature, avec la capacité spontanée à faire tout juste et à tout réaliser.

Le ‘fruit de toute connaissance’ pour tout étudiant, l’illumination pour tout étudiant, la plénitude pour tout étudiant est l’offre de l’Université Védique Maharishi.

‘Toute connaissance dans un cerveau’ est l’offre de l’Université Védique Maharishi, alors que ‘toute connaissance dans un campus’ est l’offre de toute autre université dans le monde.

La plénitude de la quête pour la connaissance est l’offre de l’Université Védique Maharishi; les autres universités dans le monde ont la capacité d’accroître constamment la soif pour la connaissance sans jamais la satisfaire.

Dans tout autre université, à mesure que l’étudiant progresse d’une classe à une autre chaque année, il sait qu’il va gagner une nouvelle connaissance, mais en fin de compte, il devient conscient qu’un plus grand domaine de connaissance s’étend devant lui. Ainsi, chaque année, l’étudiant croît plus en ignorance qu’en connaissance. C’est le bourbier de l’éducation universitaire dans le monde; c’est pourquoi il y a ce malaise et cette frustration chez la jeunesse de tout pays, et que le gouvernement et les gens sont insatisfaits de l’éducation dans leurs pays.

L’Université Védique Maharishi est la plénitude permanente et suprême de l’éducation dans le monde. Sa spécialité est en offrant à chaque étudiant l’étendue entière de la connaissance pure et appliquée à travers un système habile d’enseignement qui fait que l’étudiant développe la capacité à penser et à agir spontanément à partir du domaine de l’illumination à l’intérieur de lui-même, sans l’ombre de l’ignorance dans sa conscience.

Ce système suprême d’éducation, appliqué dans le contexte de l’éducation fondée sur la science d’aujourd’hui, pour développer le ‘fruit de toute connaissance’ – les états supérieurs de conscience et l’illumination chez tout étudiant – est la plénitude de la quête séculaire des éducateurs sages et expérimentés du monde afin de développer un système parfait d’éducation qui pourra créer un homme parfait et une société parfaite.

L’étude de la conscience, à travers la littérature védique comme organisée dans la Science Védique de Maharishi et la recherche sur la conscience à travers la Méditation Transcendantale de Maharishi, est la clé de cette réalisation suprême dans le domaine de l’éducation pour le futur entier de l’humanité.

Comme la connaissance est structurée dans la conscience, la conscience est la réalité fondamentale de toute connaissance.

Voici une invitation très alléchante, n’est-ce pas? La beauté de la chose, c’est que tout le monde est déjà équipé de l’élément clé, qui est la conscience. L’Éducation Védique – L’Éducation Fondée sur la Conscience – est ouverte à tout le monde sans exception. Voilà le miracle!

La Science Védique Maharishi – Questions fréquemment posées

Comment fonctionne la MT?

À quoi peut bien servir de répondre aux questions? Être en mesure de répondre aux questions est un moyen d’actualiser ce que nous avons appris d’une manière naturelle. Le but n’est pas de faire «du par cœur» mais de communiquer ou de restituer la connaissance acquise afin que d’autres puissent à leur tour en profiter. Il est même dit que la connaissance qui n’est pas partagée finit par être perdue… 

Pouvez-vous expliquer ce que signifie le Champ Unifié?

Les développements de la science moderne, en particulier de la physique quantique, ont ouvert de nouvelles perspectives pour une compréhension unifiée de la nature. Historiquement, l’analyse de la structure microscopique de la matière a commencé par l’idée que toutes les substances sont composées de minuscules particules, comme les atomes et leurs constituants subatomiques. Toutefois, avec le développement de la théorie quantique, les physiciens ont rapidement dû conclure que l’image classique des particules était tout à fait inadéquate pour la description de ces constituants de la matière, et ont réalisé que les différentes particules élémentaires devaient être conçues comme des excitations résonnantes spécifiques de champs quantiques fondamentaux. Avant le développement des théories du Champs Unifié, les scientifiques avaient découvert une variété de champs quantiques distincts, tels que les quatre champs de force (des interactions électromagnétique, faible, forte et gravitationnelle) ainsi que les différents champs de matière. Au cours des dernières décennies, on s’est rendu compte qu’avec la progression vers des échelles de distance plus fines, une unification croissante des lois de la nature a lieu, de sorte que des champs quantiques auparavant séparés s’avèrent n’être que des composantes différentes de champs quantiques unifiés sous-jacents.

Ce processus d’unification aboutit à une unification complète au niveau de l’échelle de Planck (l0-33 cm), où tous les différents champs de force et de matière sont unifiés en un seul Champ Unifié de la Loi Naturelle – le champ transcendantal holistique qui sous-tend toute création manifestée.

La «Technologie Maharishi du Champ Unifié», qu’est-ce que c’est? 

La Technologie Maharishi du Champ Unifié unit la connaissance de la Loi Naturelle découverte par l’approche objective de la science moderne avec l’expérience directe de la Loi Naturelle fournie par l’approche subjective de la Science Védique Maharishi. Elle intègre la connaissance du Champ Unifié mise en lumière par la physique quantique avec l’expérience subjective du Champ Unifié acquise par la Méditation Transcendantale. Cette approche intégrée de la connaissance anime le Champ Unifié dans la conscience de l’individu, amenant la pensée et l’action spontanément en accord avec la Loi Naturelle, de sorte que l’individu bénéficie du soutien total de toutes les Lois de la Nature dans tous les aspects de la vie.

Que signifie «Loi Naturelle»? 

La Loi Naturelle est l’intelligence et le pouvoir d’organisation infini qui maintient et guide silencieusement l’évolution de tout dans l’univers. L’activité de chaque grain de la création et de chaque niveau de la nature – de la plus petite particule subatomique aux vastes galaxies – est régie par la Loi Naturelle avec une efficacité parfaite, de sorte que tout dans l’univers fonctionne avec une précision parfaite et est en parfaite coordination avec tout le reste.

Pouvez-vous expliquer ce que signifie «La Science Védique Maharishi: La science complète de la conscience»? 

La Science Védique Maharishi offre la connaissance et l’expérience du potentiel total de la Loi Naturelle – l’intelligence de la nature qui régit l’univers entier dans un ordre et une harmonie parfaits. La physique moderne a découvert un seul Champ Unifié de la Loi Naturelle à la base de toute la diversité de l’univers. La Science Védique Maharishi met en évidence que ce champ fondamental de la Loi Naturelle est le champ de la pure conscience. Ce champ peut être expérimenté directement dans l’état le plus simple de la conscience de chacun grâce aux Technologies de la Conscience de Maharishi. 

La connaissance complète de la conscience est disponible dans le Veda et la littérature védique. Maharishi a complètement restauré la littérature védique, vieille de plusieurs milliers d’années, pour lui donner toute sa signification théorique et pratique, et l’a organisée sous la forme d’une science complète de la conscience, la Science et Technologie Védique de Maharishi. Grâce à la Science et à la Technologie Védiques de Maharishi, le niveau le plus fondamental et le plus puissant de la Loi Naturelle est appliqué au profit de l’humanité.

Pouvez-vous expliquer «le Veda et la littérature védique»? 

«Chaque aspect de la littérature védique exprime une qualité de conscience spécifique. La lecture de chaque aspect de la littérature védique au fur et à mesure qu’elle s’écoule et progresse dans un ordre séquentiel parfait a pour effet de réguler et d’équilibrer le fonctionnement de la physiologie du cerveau et de former la conscience, l’esprit, à s’écouler toujours en parfaite conformité avec la direction évolutive de la Loi Naturelle.» – Maharishi

Maintenant, tout le monde admettra qu’il y a différentes connaissances et différents niveaux de connaissance. On pourrait dire que son étendue va du profane au sacré. De ce fait, on n’abordera pas une connaissance légère de la même manière qu’une connaissance profonde. Pour cette dernière, des conditions de réceptivité sont nécessaires à sa diffusion. D’où l’importance, d’être au bon endroit, au bon moment…

Mieux comprendre le travail des Pandits Védiques Maharishi

Les 40 Aspects du Veda – récitation des Pandits Védiques Maharishi

Une fois de plus, je reviens sur la valeur du son avec la création en Inde, de ce grand groupe de Pandits Védiques Maharishi dont la fonction principale est d’exprimer le Veda au niveau le plus fin de leur conscience. C’est là, que le phénomène de corrélation infinie trouve toute son importance…

Maharishi nous a expliqué comment les récitations védiques par de grands groupes de Pandits Védiques Maharishi est la voie la plus efficace pour créer la cohérence dans la conscience mondiale. Il est donc important de comprendre les mécanismes sous-jacents des récitations védiques pour créer la paix mais également pour en apprécier toute la grandeur, la profondeur et la beauté. 

Nous avons tous une certaine expérience de la valeur des sons. Que ce soit à travers des paroles agréables ou désagréables, de musiques plaisantes ou déplaisantes, nous savons tous qu’une influence peut être créée par les sons. 

Pour ce qui est du domaine védique, Maharishi dit que: «La vie s’exprime elle-même à travers les mots. Les chants védiques sont les mots de la conscience. La conscience vibre. Les sons védiques – les mantras védiques comme nous les appelons, pour les distinguer des autres sons, les sons ordinaires – sont les mantras du domaine transcendantal. Ce sont les réverbérations de la conscience autoréférente. Et la totalité de l’univers physique est l’expression de ces sons, ces vibrations. Ce n’est pas une question de croyance; c’est ainsi.»

Nous comprenons bien que l’univers physique étant fait de vibrations, au même titre que les Techniques de Vibrations Védique Maharishi peuvent corriger un problème de santé, les Yagyas Maharishi par un grand groupe de Pandits Védiques Maharishi, auront un effet semblable de purification et de rétablissement pour la loi naturelle totale.

Maharishi ajoute: «Lorsque vous étudiez les sons des mantras et que vous étudiez les vides (gaps en anglais) entre les sons, alors vous comprenez que la réverbération de ces sons – est, nous pouvons dire, la parole du Soi. C’est l’Ātmā qui se réverbère.» 

Il insiste en disant: «Ainsi, les réverbérations védiques du Soi – sont toujours à la base de l’impulsion évolutive de l’activité. Évolutive! C’est pourquoi, elles sont toujours apaisantes. Parce qu’elles sont les génératrices de l’évolution, les génératrices de l’évolution.»

Maharishi nous donne là un indice précieux. Les réverbérations védiques du Soi … sont toujours apaisantes. Parce qu’elles sont les génératrices de l’évolution. Ceci nous montre bien que l’évolution doit être associé à un état d’apaisement et non d’entropie. 

Il le précise d’ailleurs par ce qui suit: «Dans le cas de chacun, de la source de la pensée à l’intérieur de nous-même, l’émergence d’une pensée – l’esprit, la conscience – il germe une pensée. Cette pensée est l’intelligence créatrice du domaine transcendantal – l’intelligence créatrice du champ unifié de la loi naturelle, pour parler en termes des sciences physiques. Il y a le niveau transcendantal mais ce niveau est autoréférent. En étant autoréférent, il se réverbère à l’intérieur de lui-même. Et «se réverbérant à l’intérieur de lui-même» signifie: le silence se réverbérant. Ce silence réverbérant est le son de la pure connaissance. Parce qu’à partir de là, la connaissance s’exprime elle-même, dans les différents niveaux de l’évolution.»

En lisant cela, certainement que la phrase: «La connaissance est structurée dans la conscience», doit résonner dans vos esprit. C’est merveilleux car cela nous permet de comprendre pourquoi après une assemblée pour la paix, souvent des situations se débloquent et trouvent leurs solutions. Ce contact avec le pur domaine de la connaissance fait que tous les niveaux de l’évolution s’en trouvent nourris. La clé des 200% de la vie réside à ce niveau.

Maharishi poursuit: «Le son védique a cette propriété, cette qualité caractéristique d’une impulsion fondamentale où le silence se réverbère, le silence se réverbère. Ceux qui pratique la Méditation Transcendantale, en fin de compte, arrivent à l’expérience de ce niveau où le silence est expérimenté en terme de vibrations. Et très intimement, cette subtile expérience est l’expérience des sons védiques. 

«Ainsi, les sons védiques sont les sons de la nature, à partir d’où l’unité du silence se réverbère dans la diversité. Les sons védiques: ils sont très, très beaux. Très beaux, merveilleux. «Merveilleux», cela veut dire que la totalité de la loi naturelle se réverbère dans ces sons.»

Le message de Maharishi est clair: «C’est pourquoi, la totalité de notre programme vise à mettre en place et de maintenir la vie de ces Pandits Védiques Maharishi d’une manière agréable, afin que ce qu’ils récitent – les récitations védiques – puissent avoir l’authenticité du silence se réverbérant. L’Ātmā se réverbérant en elle-même. C’est la base de l’évolution dans l’action. La base de l’évolution est le silence – le silence dans l’action, le silence dans l’action.

«Ceci est, pourrions-nous dire, le point principal de notre thème de rétablir la conscience mondiale en se débarrassant du stress: par les récitations védiques. Les récitations védiques devraient signifier le rétablissement de la valeur sans dessus dessous, dérangée du champ fondamental des réverbérations.

«C’est un très grand cadeau que Dieu nous fait: le Veda! Les hymnes védiques ne sont pas des sons humainement conçus, humainement créés. Non! Ils sont divinement observés, divinement hérités sur le niveau du Soi – qui est la nature de l’Ātmā se réverbérant, la nature de l’intelligence autoréférente se réverbérant.

« Et cela, nous voulons l’utiliser comme un outil pour amener l’ordre dans l’état désordonné de la conscience mondiale. De très beaux principes à l’intérieur des principes, des principes à l’intérieur des principes.

«C’est pourquoi, nous sommes optimistes avec ces récitations védiques… Et alors, il y a les accomplissements védiques, les accomplissements védiques. Il y a: le Ṛk Veda, le Sāma Veda, le Yajur Veda, l’Athava Veda, le Kṛṣṇa Yajur Veda, le Śukla Yajur Veda. Les variétés différentes de ces sons et leurs différentes combinaisons créent différents effets. Tout est enregistré, tout est enregistré! Cela a été déformé dû au manque d’attention appropriée.»

Lorsque l’on pense à toutes ces familles de Pandits Védiques Maharishi, qui génération après génération, ont maintenu les sons védiques, les vibrations de la création, véritablement les mécanismes pour rétablir l’ordre et l’harmonie, on est tout simplement pris d’admiration face à la beauté de la création. 

On comprend aisément Maharishi lorsqu’il dit: «Aussi, nous voulons maintenant en prendre soins et aussitôt que nous serons capable de maintenir un bon groupe de Pandits Védiques Maharishi pour leur propre subsistance, leur propre entretien, nous aurons la paix mondiale. Absolument! La connaissance est là! Les procédures sont simples. Parce qu’elles appartiennent à tous, elles appartiennent à tous. Le Soi appartient à tout le monde, qu’on soit brésilien, ou chinois, ou russe, ou américain, ou quoi que ce soit. Le Soi appartient à tous.

«Et le langage du Soi est le langage védique. Après lui, vient la langue maternelle, la langue maternelle. Elle est la plus proche de la nature, la plus proche de la nature.

«Ainsi notre offre est bien fondée, bien fondée dans la nature même de la vie. Simplement bien fondée. Et avec toutes les évidences rassemblées au cours de toutes ces années passées dans le monde – les recherches scientifiques et tout le reste – c’est complètement à notre portée de créer une très belle conscience mondiale, une très belle conscience mondiale.»

Il est très encourageant de découvrir que la perfection est présente en chacun de nous et que tout le travail consiste à l’éveiller. La compréhension intellectuelle aussi bien que l’expérience sont toutes deux importantes. L’intellect a à réaliser que la perfection est réellement à l’intérieur de nous, et cela ouvre la porte à l’expérience, d’être plus vraie, plus réelle et plus plausible.

En comprenant que nous sommes le Veda, que le Veda est réellement le fondement de notre conscience, de notre esprit, et même de notre physiologie, certainement que nous nous sentirons plein de gratitude envers la Sainte Tradition des Maîtres Védiques et toutes ces familles de Pandits Védiques Maharishi qui inlassablement maintiennent le Veda et les autres branches de la littérature védique.

Gagner la connaissance, nous permet d’enlever le doute, d’enlever les limites qui nous contraignaient. C’est comme le dit Maharishi: «Ouvrir la porte. Alors lorsque les sons védiques viennent, ils trouvent une structure beaucoup plus raffinée et ouverte dans le corps, dans lequel se réverbérer. 

«Lorsque vous écoutez le Veda, les sons védiques trouvent dans votre physiologie leurs contre-parties correspondantes, et ces parties vibrent littéralement. Lorsqu’elles vibrent, elles se débarrassent de quelques poussières et dépôts qui étaient là, et éveillent la physiologie dans cette qualité de pure raffinement.

«Cela est nécessaire pour la capacité d’expérimenter et de vivre la loi naturelle totale, la pure conscience et les états supérieurs de conscience. Ce sont les plus délicats, les plus raffinés niveaux de perfection qui exigent les plus délicats et raffinés niveaux d’anatomie et de physiologie.»

Que dire après cela… n’importe quel nouveau méditant peut aujourd’hui accomplir et réaliser bien plus que les pionniers du début du mouvement de Méditation Transcendantale. Un cadeau inestimable offert aux générations futures qui désormais possèdent le clé d’un bonheur sans restriction pour une vie de plénitude.

La Totalité en Mouvement

Éliminer le stress et stabiliser la conscience illimitée (en anglais)

La Totalité du non-manifesté se meut à l’intérieur de elle-même, dans la progression séquentielle que nous connaissons être comme la structure du Ṛk Veda: Ak-ni-mi-le, etc. Ceci est la nature miraculeuse de l’état de témoignage de Puruṣa. Cet état séquentiel n’est rien de moins que la plénitude. Il y a la plénitude à toute étape, et la prochaine étape est (aussi) la plénitude. C’est le comportement de la plénitude en elle-même, pourtant progressive, mais à chaque étape portant la plénitude de l’étape précédente.

Ceci est le mouvement miraculeux de la Totalité. Puruṣa silencieux est éternellement silencieux, au milieu du dynamisme.

Nous sommes très chanceux d’être dans cet état où toute chose vient de là. Cette infinité d’éveil émergeant de ce champ non-manifesté d’intelligence. Dans ce jeu de l’éveil à l’intérieur de lui-même nous avons le silence de Puruṣa et le dynamisme de sa propre nature: Prakṛti.

Le dynamisme est la nature même de Puruṣa. Le silence est la nature même de Puruṣa.

Il y a l’installation commandant tout. L’infinie expansion ordonnée de l’univers galactique est là, à ce niveau de silence de Puruṣa, le silence avec sa référence au dynamisme. Le silence dans son état autoréférent est le niveau le plus profond de notre évolution. À l’intérieur du corps est le dynamisme de l’univers et à l’intérieur du dynamisme est le silence de l’univers. Ce dynamisme auto interactif est la source, le but et le cours de l’univers.

Nous pouvons approcher le problème de l’économie mondiale sous le même angle. Avec la pratique des technologies Maharishi de la conscience par des millions de personnes à travers le monde, l’Effet Maharishi Étendu – qui est un phénomène de corrélation infinie* – est assuré, permettant à l’Intelligence Créatrice de trouver son expression aussi bien au niveau individuel que collectif sur l’ensemble de la planète. Par ce mécanisme, une nouvelle ère de bonheur et de prospérité est maintenant réalisable. Ce mécanisme du développement de l’Intelligence Créatrice définit ce qui est vraiment la ‘Nouvelle Économie’, c’est à dire une croissance qui n’est plus confinée à une région spécifique dans le monde mais universelle dans son approche – une économie fondée sur la conscience capable d’éliminer la pauvreté et de créer l’abondance pour toute nation par la créativité illimitée du pouvoir d’organisation infini de la loi naturelle. 

L’économie fondée sur la conscience livre la source de la richesse – qui est aussi le cours et le but de la richesse; c’est le système d’une économie infatigable qui maintiendra la liberté et la souveraineté de toute nation.

Quelle est la différence entre l’Économie Védique Maharishi et l’économie à laquelle nous somme confrontés tous les jours?

Dans l’Économie Védique Maharishi, l’esprit humain n’est pas limité. Nous vivons dans un univers d’abondance. Cette théorie a beaucoup en commun avec ‘la théorie de l’abondance’ laquelle dit qu’il n’y a aucune réelle pénurie et qu’il y a plus qu’assez de toute chose pour que cela tourne rond. Nous pouvons concevoir que toute chose que nous avons besoin est contenu à l’intérieur de l’esprit humain et que l’éducation est là pour ouvrir les cœurs et les esprits des gens – fournir la richesse nutritive et enlever les obstacles. Toute l’approche consiste non pas à amasser des théories dans un esprit dans un court espace de temps mais combien de génie peut-on ouvrir.

Si au niveau fondamental tout est unifié et infiniment corrélé, il n’en est pas de même en surface où tout est perçu comme étant séparé et même conflictuel. Comment dans ce cas réconcilier ces deux extrêmes de la vie?


*Explication du terme: corrélation infinie

Ce niveau qui est le niveau de la loi naturelle, c’est ce que nous utilisons pour créer une influence cosmique à partir de l’individu. La corrélation infinie est un niveau superfluide. Tout ce qui est ici est partout, parce que c’est une réalité transcendantale de l’intelligence. C’est ce niveau de l’intelligence qui nous révèle que le plus petit que le plus petit est plus grand que le plus grand, Aṇoraṇīyān Mahato-mahīyān, ceci est la corrélation infinie.

La corrélation infinie, la graine de la corrélation infinie dans le cerveau humain se trouve dans l’espace vide (gap) entre les Devatās. Vishnu, Shiva, au milieu, est le champ de corrélation infinie, qui est ici, là et partout. Donc, à partir de là, l’intelligence pleinement éveillée de Vishnu est en parfaite harmonie avec l’intelligence pleinement éveillée de Shiva.

Cela signifie que nous voyons que le corps entier, qui est fait du silence et du dynamisme, est le domaine de la corrélation infinie. Parce que l’univers dans son ensemble est au-dessus de lui, à droite de lui, à gauche de lui, en dessous de lui … et l’univers est pénétré par un champ unifié, qui est le champ de la corrélation infinie.

Chaque individu est pénétré par ce champ de corrélation infinie, à cause des espaces vides. Une énorme quantité d’espaces vides à travers tous les espaces vides. Où sont les espaces vides dans le corps? Le corps entier n’est rien d’autre que des espaces vides, et ensuite, des caractéristiques de chaque individu.

La lecture de la littérature védique en sanskrit

Les Pandits de Maharishi – La voie Shanti des 4 Vedas

Avec la science, on découvre que l’apparence est trompeuse, c’est à dire que l’aspect objectif de l’existence n’est pas vraiment le plus intéressant dans la mesure où il n’est que le fruit d’un long processus de manifestation. Appréhender l’objet sans référence à ce processus, est simplement nier, non seulement les dernières avancées de la science moderne, mais en plus les révélations de la Science Védique de Maharishi qui mettent en lumière tout le processus du point jusqu’à l’infini…

L’offre unique de l’Université Maharishi de Management dans le domaine de l’éducation est une approche holistique de la connaissance qui cherche à développer le plein potentiel intérieur de l’étudiant tout en satisfaisant les exigences académiques traditionnelles de l’enseignement supérieur.

Notre potentiel intérieur se déploie naturellement par le développement de la conscience. Plusieurs technologies de la conscience, y compris la Méditation Transcendantale, ont été bien documentées pour leurs nombreux avantages tant pour l’individu que pour la société.

Une nouvelle technologie de la conscience – la lecture de la littérature védique – qui, tout en étant encore dans sa phase exploration, est très prometteuse comme sujet de recherche continue. La littérature védique est un compte rendu écrit du Veda, le domaine de la connaissance. Le Veda, selon Maharishi, représente les impulsions de la conscience, le niveau de la vie le plus fondamental, qui ont été connues par les anciens ‘riṣis’ et finalement transcrites dans un vaste corpus de littérature. Ces impulsions de la conscience sont des vibrations qui ont d’abord été entendues sous forme de sons. Maharishi affirme que l’essence du Veda est contenue dans la mécanique structurante qui constitue ces sons. Lire la littérature védique et réciter les textes à haute voix serait donc un moyen d’explorer subjectivement les bases fondamentales du Veda au niveau de sa propre conscience intérieure. C’est le but de la proposition de recherche scientifique décrite dans cet article – étudier la littérature védique basée sur les vibrations de la conscience plutôt que sur le sens du texte.

L’ébauche de la proposition comprend une discussion sur l’évolution de la science moderne et une vue comparative de la Science Védique de Maharishi, dont la combinaison représente un nouveau paradigme pour l’avancement de la connaissance scientifique. La recherche sur la conscience est discutée de plusieurs points de vue et inclut également une connexion avec la physiologie. La structure du Veda et de la littérature védique est longuement discutée avec des exemples du texte inclus. Enfin, les détails de la recherche proposée sont présentés d’une manière systématique qui décrit l’intention générale de l’étude. 

La science moderne

La science est un moyen systématique d’acquérir des connaissances valides. Sa validité découle de la méthode scientifique d’observation, d’hypothèse et d’expérimentation, dont l’efficacité découle elle, de la logique et de la cohérence sur lesquelles elle repose. Si l’hypothèse peut être confirmée par des expériences répétées, une théorie scientifique peut être dérivée. C’est la puissance prédictive de la théorie qui est primordiale pour la science puisque c’est elle qui crée le cadre intellectuel qui génère des prédictions vérifiables. Cependant, même s’il existe un accord intersubjectif sur la validité de la théorie, il faut toujours garder ouverte la possibilité de nouvelles preuves qui pourraient entrer en conflit avec des notions précédemment acceptées et même les invalider. 

Il a été généralement admis que la méthode scientifique doit être strictement objective afin d’éliminer la variabilité et les biais. Par conséquent, les moyens subjectifs de gagner la connaissance – sentiment, intuition et jugement – ont été exclus du modèle standard afin d’assurer la fiabilité et une large base de consensus intersubjectif. 

L’absence de subjectivité a fait avancer la science dans le strict respect d’un modèle rigide basé uniquement sur l’observation sensorielle. Alors que cela satisfaisait les empiristes classiques, une nouvelle génération de philosophes de la science en est venue à considérer la soi-disant «vision reçue» non seulement comme limitée dans sa portée, mais aussi comme une remise en question de la fiabilité même sur laquelle elle était basée. 

La preuve observable ne peut jamais être entièrement neutre tant qu’il y a un fossé entre le sujet et l’objet – le connaisseur et le connu. De même, l’observation des phénomènes n’est pas nécessairement la même pour tous les observateurs. La même image tombant sur la rétine d’un groupe de personnes peut être interprétée de différentes manières, ce qui conduit à d’innombrables explications pour la même observation. 

L’interprétation et la communication des données sont également soumises aux moyens de communication – à savoir la langue et le vocabulaire – qui sont disponibles et compris par l’observateur. Même des nuances subtiles dans l’expression peuvent véhiculer des significations différentes et peut-être involontaires. On pourrait alors penser que, dans une certaine mesure, la force d’une théorie réside dans le langage et le pouvoir explicatif de l’argument qui la soutient. Aujourd’hui, l’empirisme orthodoxe a cédé la place à une compréhension plus progressiste qui reconnaît le rôle de la subjectivité dans la science. L’observation est un phénomène intelligent. Il faut faire preuve d’esprit critique pour interpréter des données objectives. Les facteurs subjectifs tels que l’intuition, la créativité et le jugement sont des variables qui ne peuvent (et ne devraient pas) être éliminées de ce processus. En fait, de nombreuses contributions importantes à la science, y compris celles de Newton et d’Einstein, ont commencé comme un aperçu intuitif des lois de la nature et de leur fonctionnement. L’ouverture d’esprit et la volonté d’envisager de nouvelles idées et approches n’est pas nécessairement en conflit avec un modèle scientifique qui suit les critères acceptés pour des connaissances valides. 

L’histoire de la science moderne est l’histoire de la connaissance fragmentée. En limitant son approche à l’observation sensorielle, la science moderne est capable de ne révéler que des connaissances partielles et est donc fondamentalement incomplète. Dans son application, les connaissances partielles dérivées de domaines d’expérimentation isolés sont déconnectées et sujettes à des effets secondaires qui pourraient être dommageables pour la vie. Même en tenant compte des nombreux progrès de la science, il ne serait pas prudent d’ignorer les effets négatifs de la fragmentation des connaissances. Les soins de santé, la physique nucléaire et la haute technologie ont confronté la société à des défis majeurs en raison des conséquences involontaires d’un savoir privé de sa totalité.

La valeur de lire ou réciter les textes sanskrits n’est pas une nouvelle idée. Comme nous le savons, les Pandits Védiques récitent souvent sans faire attention à la signification, purement pour l’effet des sons. De plus, beaucoup de textes décrivent les bénéfices qui s’accumulent de cette lecture. Le Rāmāyaṇ de Vālmīki, par exemple, nous conseille que: 

यःपठेद्रामचरितंसर्वपापैःप्रमुच्यते।
yaḥ pathed rāmacaritaṁ sarvapāpaiḥ pramucyate (1.1.98)
«Celui qui récite l’histoire de Rām sera libéré de tous les péchés»

Et en effet de telles expressions abondent partout dans la littérature. Cependant, on peut aussi constater que le bénéfice promis n’apparaît pas ou peut être nettement inférieur à ce qui est indiqué. Maharishi souligne que l’expérience de l’Ātmā, le niveau le plus fondamental de la vie humaine, le Soi, est le fondement des bénéfices de la lecture de la littérature védique, et donc notre première considération est de trouver le moyen d’actualiser l’Ātmā dans notre vie.