Le Veda et la physiologie humaine

La découverte du Ramayan dans la physiologie humaine

Le dynamisme autoréférent de la conscience pure modèle le monde relatif à son image. Les quarante aspects du Veda et de la littérature védique dictent les mécanismes auto-interactifs de la création, nous permettant d’apprécier dans la réflection, les lois à l’œuvre dont la source silencieuse et intarissable demeure inchangée. 

Un deuxième exemple est Nyāya, la branche de la littérature que Maharishi considère comme incarnant la qualité distinctive et décisive de la conscience, ce qui comprend simultanément les qualités opposées de la conscience. Selon le Dr Nader, Nyāya correspond fonctionnellement dans la physiologie au thalamus, qui relaie les influx sensoriels vers les zones sensorielles primaires du cortex cérébral, ainsi que l’information sur le comportement moteur dans les zones motrices du cortex. Structurellement, il y a 10 chapitres (मण्डल) au Gautamīya Nyāya Sūtras, et 10 zones du thalamus: antérieur, ventraux, dorso-latéraux, dorso-médian et intralaminaires, qui se trouvent de part et d’autre du cerveau. De plus, alors que les Nyāya Sūtras décrivent 16 sujets de raisonnement (प्रमाण, प्रमये, etc.). Le thalamus fonctionne à travers 16 groupes de cellules appelés noyaux. Le Dr Tony Nader souligne que la première des 16 divisions प्रमाण (pramāṇa) correspond au premier groupe nucléique du thalamus appelé pulvinar.

Pramāṇa a quatre subdivisions – प्रत्यक्ष (perception directe), अनुमान (inférence), उपमान (comparaison) et शब्द (témoignage verbal) – qui correspondent respectivement aux quatre subdivisions du pulvinar. La première subdivision relie le colliculus supérieur à des zones du cortex et est responsable de l’intégration visuelle d’ordre supérieur, c’est-à-dire, la perception (प्रत्यक्ष); la seconde connecte le colliculus supérieur et le cortex temporal avec des zones du cortex et du cortex temporal. Ces domaines sont impliqués dans les fonctions telles que la vision, l’ouïe, la mémoire et le langage – ensemble, ils sont à la base des processus d’inférence (अनुमान). La troisième partie du pulvinar relie les zones corticales pariétales à d’autres zones corticales pariétales et est responsable de l’intégration sensorielle polymodale. Cette zone donne une perception d’ordre supérieur sur les influx sensoriels en relation les unes avec les autres, servant la fonction de comparaison (उपमान).

La quatrième relie le cortex temporal au gyrus temporal supérieur et est responsable de la mémoire, du langage et de la parole. C’est la base du témoignage verbal (शब्द). Les quinze catégories suivantes de Nyāya sont également liées aux différents aspects du thalamus, en structure et en fonction.

Le Dr Nader suggère que la correspondance entre les sons védiques et la physiologie humaine a un grand potentiel pour rétablir l’équilibre physiologique. Il explique que la lecture des sons de la littérature védique dans leur ordre approprié, même phonétiquement, sans aucun sens de la signification, crée une résonance avec les mêmes structures anatomiques auxquelles ils correspondent, vivifiant une séquence spécifique d’activité neuronale et physiologique. En rétablissant la séquence correcte du déroulement de la loi naturelle dans la physiologie, toutes imperfections (stress, blocages ou toute autre anomalie structurale ou fonctionnelle) peuvent être éliminées. Le résultat, selon le Dr Nader, est que la physiologie fonctionne de plus en plus en accord avec son originale et parfaite conception.

Maharishi (1994) ajoute que la lecture de la littérature védique dans l’ordre séquentiel a pour effet de réguler et d’équilibrer le fonctionnement de la physiologie cérébrale; pendant la lecture, le fonctionnement des fibres individuelles du cerveau entre en cohérence avec la valeur holistique du fonctionnement cérébral et, par conséquent, l’esprit commence à fonctionner selon la loi naturelle dans chaque expression. Lorsque l’esprit s’écoule dans une direction évolutive, toutes les pensées, paroles et actions s’écoulent également dans une direction évolutive, dans la direction du développement des états supérieurs de conscience.

Les étudiants de la nouvelle filière doctorale à l’Université Maharishi de Management lisent la littérature védique pendant plusieurs heures par jour et attestent de leur illumination grandissante. Ils ont rapporté des centaines d’expériences d’états de conscience supérieurs. Par exemple, ce qui suit est l’expérience d’un étudiant lisant les Brahma Sūtras, qui représente la qualité holistique de la conscience autoréférente, le plein développement du Soi:

Il y avait encore ce petit corps [je le savais comme le mien,] mais la réalité en même temps était qu’il n’y avait pas de frontières [du tout] qui me contenaient – ce qui était mon Soi continuait pour toujours – et qu’il y avait une connaissance très concrète que j’avais toujours été cela, que j’avait atteint ce que j’étais vraiment, [que je pouvais enfin être vraiment au repos, que j’étais] rentré à la maison. Tout reposait en moi et était soutenu par moi, et je savais donc tout ce qu’il y avait à savoir. J’avais la perception de…[encercler] et abriter tout l’univers, de sorte que je me sentais responsable [de garder tout en vie et de grandir].

L’impression de cette expérience finale était celle d’une liberté et d’une maîtrise totales, d’une félicité sublime, d’un silence animé et d’une simplicité absolue, presque ridicule, le tout à la surface de mon être. Toutes les fibres de mon être semblaient vivifiées avec les réalisations: “Je suis vraiment le Veda, je suis vraiment la totalité.” (Freeman, 1996)

Ma conscience est devenue énorme, mais tout autour de moi semblait comme une partie de moi, comme mes propres mains. Tout est devenu partie intégrante de mon Soi, et mon Soi était [au même moment] dans tout. (Freeman, 1996)

Conclusion

Maharishi souligne que chaque individu est capable d’expérimenter le Veda dans son état le plus simple de conscience. En cela, il indique un concept critique pour les chercheurs védiques: la connaissance et la compréhension complètes du Veda ne viennent pas de l’analyse intellectuelle, mais de l’identification de sa conscience avec le Veda – la dynamique auto-interactive de la conscience pure et autoréférente – et de l’explorer à son propre niveau. Comme le Veda est un phénomène de subjectivité pure, transcendantal aux processus de la pensée, l’intellect est incapable de le comprendre à son propre niveau:

Vous connaissez le Veda en étant le Veda. Vous connaissez le Veda en étant le Veda. La cognition du Veda est sur son propre niveau, et c’est à ce niveau que nous entrons dans les détails de l’éveil. Le Veda est la structure détaillée de l’éveil pur, et là l’intellect ne va pas. (Maharishi Mahesh Yogi, 1991)

Maharishi situe cette compréhension dans deux expressions qu’il cite ensemble, ce qui souligne la relation entre l’identification de sa conscience avec le Veda et la connaissance du Veda:

वेदाहम् वेदोऽहम्
Vedāham Vedo’ham

que Maharishi traduit: «Je connais le Veda, je suis le Veda.»

L’idéal de Maharishi de l’étude védique constitue un ajout important dans le domaine de l’éducation, car il promet de développer une connaissance complète dans la conscience de chaque étudiant en explorant le Veda et la littérature védique sur son propre niveau, et en animant les impulsions fondamentales de la loi naturelle de façon permanente dans la conscience des étudiants. La lecture de la littérature védique en conjonction avec la pratique de la technique de Méditation Transcendantale fournit la base de l’éducation védique, car elle stimule le potentiel total de la loi naturelle dans la conscience de chaque étudiant, et rend ainsi disponible la dynamique structurante de la pure conscience. Maharishi décrit ceci comme l’accomplissement suprême de l’éducation qui peut créer un individu parfait et un système éducatif parfait.

La merveille dans ce processus, c’est qu’il n’y a rien à chercher. Tout est déjà là! Le Soi n’est pas un objet et de ce fait, il ne peut pas être localisé mais il peut être expérimenté. Il ne peut pas être décrit mais il peut être vécu. La joie effervescente que l’expérience du Soi procure, est peut-être la meilleure preuve de son ‘existence’. Le souvenir me rappelle que mes meilleures expériences, ont toujours été associées à la pratique en groupe. Il y a une ouverture de la conscience ou plutôt, une absence de nuages qui fait que tout est sublime. Et à mon avis, ce qui maintiendra les groupes de cohérence, c’est bien l’expérience.

L’Apauruṣeya Bhāṣya de Maharishi du Veda

Les Pandits Védiques de Maharishi: sélection des 4 Vedas

Le premier principe de l’analyse de Maharishi est que la totalité de la dynamique de la loi naturelle s’exprime à chaque étape séquentielle du développement. C’est la clé de la description par Maharishi de la séquence des dynamiques de la loi naturelle que l’on trouve dans le Veda, à savoir que chaque stade d’expression du Veda est un nouveau déploiement de la totalité de la loi naturelle contenue sous forme de graines dans le champ unifié de la conscience pure. Le Veda est donc une description séquentielle, exprimée par lui-même, ou un commentaire sur le processus par lequel le champ unifié de toutes les lois de la nature donne naissance à la diversité. Ainsi, Maharishi a remarqué que le sens du Veda est élaboré par la séquence de ses propres expressions. Il a nommé cette découverte l’Apauruṣeya Bhāṣya, l’éternel «commentaire incréé» du Veda. En d’autres termes, le Veda n’est pas écrit par un individu; il s’agit plutôt du «script» de l’auto-interaction du champ unifié, dans lequel chaque expression ultérieure est une articulation plus élaborée de ce qui l’a précédée. Sur la base de ce principe fondamental, Maharishi situe la dynamique complète d’auto-interaction de la conscience pure dans la toute première expression du Veda, AGNIM.

Maharishi a également donné à l’érudition védique moderne la compréhension la plus profonde de tous les textes védiques – l’Apauruṣeya Bhāṣya du Veda, le commentaire auto-exprimé du Veda. Maharishi a découvert de par sa vision pénétrante et éclairée dans la structure du Veda que les expressions védiques sont un déploiement séquentiel de la loi naturelle, dans laquelle les expressions subséquentes sont des commentaires ou des expansions des expressions précédentes. Par exemple, la première lettre du Ṛk Veda, ‘A’, est le continuum éternel du champ unifié et contient donc en elle-même la valeur totale de la connaissance de la loi naturelle. Le premier mot, ‘AGNIM’, s’étend de ‘A’ et déploie la dynamique complète de la création de toutes les impulsions de la loi naturelle dans le champ unifié. La dynamique de la création est ensuite développée plus en détail par la première ligne, qui est complétée par les huit lignes successives du premier sūkta.

Ce qui est particulièrement remarquable dans la perspicacité de Maharishi est que la pleine compréhension de ce commentaire auto-exprimé du Veda comprend non seulement la compréhension des syllabes et des mots des expressions védiques, mais aussi des vides entre les syllabes. Dans le vide entre les deux syllabes, on peut localiser la destruction de la première syllabe, l’état de silence, le mécanisme de transformation se mouvant dans ce silence, puis la création de la seconde syllabe. Ces valeurs du vide sont ensuite exprimées dans les lignes et sūktas suivants. Par exemple, les vides entre les 24 syllabes du premier richā – verset – du premier sūkta sont commentés ou exprimés de manière plus complète dans les 24 pādas des huit richās restants du premier sūkta. Chaque pāda contient huit syllabes, donc il y a 8 x 24 = 192 syllabes dans les huit richās restants du premier sūkta. Les vides entre ces 192 syllabes trouvent leur expression dans les 192 sūktas du premier mandala (191 sūktas exprimés et un sūkta non exprimé, ou avyakta-sūkta, qui est complémentaire à totalité de la loi naturelle contenue dans le premier sūkta).

Les syllabes du deuxième au neuvième richās du premier sūkta trouvent leur expression élaborée dans le deuxième au neuvième mandalas, tandis que les 192 vides entre les sūktas du premier mandala donnent lieu aux 192 sūktas du dixième mandala.

Le Ṛk Veda dans son ensemble est élaboré dans le Sāma, Yajur et Atharva Veda. Sāma Veda élabore la valeur ṛṣi du Ṛk Veda, Yajur Veda élabore la valeur devatā et Atharva Veda la valeur chandas.

Ceci est une brève exposition de l’Apauruṣeya Bhāṣya de Maharishi.

La Constitution de l’Univers, le Veda, est la source d’ordre et d’harmonie de toute la création. Cela nous amène à nous poser la question de savoir: Si l’ordre et l’harmonie sont le fondement de toute chose, comment expliquer le chaos que nous pouvons observer? Est-ce une perception erronée de la réalité ou un phénomène de conscience collective? En d’autres termes, qu’est-ce que la réalité?

Le silence vécu de plus en plus intimement est la façon dont la Connaissance Totale se développe

Silence experienced more and more intimately is how Total Knowledge grows

Global Press Conference 15.06.2005

Dr Hagelin: ‘Thank you very much, Maharishi. The first question has to do with the relationship between the Peace Government, now established by His Majesty Maharaja Nader Raam, and the existing governments of the world. Maharishi announced last week that the structure of the Global Peace Government with its eight ministries will be established on every level of society – global, national, provincial or state, city, family, and individual. I understand that the Peace Government will organize groups of Yogic Flyers for every city. What will be the working relationship between the eight ministries of the Peace Government on, for example a city level, with the corresponding departments or ministries of the present government?’

Maharishi: ‘Fulfilment will be the meeting point of the two ministries – fulfilment of all the activities of every ministry, and fulfilment on the level of no activity. The Peace Government is peace performing on itself. The non-peace government performs on its own level: there is a target, and there is a path to fulfil the target, and there is fulfilment of the target.

‘We can say the existing governments shoot the arrows and this is the play of dynamism. The Peace Government shoots the arrows of silence. Activity in silence will always be supportive to the arrows of dynamism, because when the arrow starts, it starts from silence, and when the arrow ends, it ends into silence. The whole reality of dynamic dynamism is silence at the start and silence at the goal. The activity of the Peace Government, the performance of the Peace Government, is peace, which is the starting point of the dynamic government and the goal of the dynamic government. From the starting point to the goal in the dynamic government takes time, but the Peace Government, starts from peace, ends in peace, and the whole course is through peace.

‘These are the arrows of peace. Both governments are essentially the same. Not knowing the total field of knowledge and not knowing the reality of any of this, they seem to be two governments. But basically, they are one government. Either through activity the source of activity meets with the goal of activity, or the source, course, and goal remain awake in their own silent characteristic quality. There is the Peace Government, and there is the government which is not in the characteristic quality of peace. But essentially, dynamism is peace and peace is dynamism. The government of peace is the government of dynamism; the government of dynamism is the government of peace. Essentially, they are the same; essentially, two values are the same.

‘In the Vedic vision, the syllable “A” is the syllable “I” and the syllable “U”. So the same one “A” is in terms of motivating activity “on” and motivating activity “off”. This is the science of language. “U” is a syllable that minimizes activity; “I” is a syllable that maximizes activity. “U” and “I” together are together in “A”, in wholeness – the activity from wholeness to point and the activity from point to wholeness. They appear to be two contradictory activities, but they are the same activity, but still different in their dimensions.

‘From infinity to point is one direction and from point to infinity is the other direction. One direction is collapsing and the other direction is emerging – collapsing from big to small, from infinity to point and emerging from point to infinity, from small to big. Both are the two characteristics of one distance: from here to here, from infinity to point, from point to infinity. In reality, they are the same. That is why, in reality, the Unified Field is one and the diversified field is many. So one is many and, eventually, many and one.

‘The example is a tree. All the diverse values of leaves and branches and flowers and fruits are all nothing other than one sap, that is all. One sap, truthfully, is many leaves and many branches and many flowers and many fruits. One is many, and many are one, that is all.

‘So the two governments appear to be two governments because so far, there has been one government. Now the voice of the knowers came out to express that, “Yes this is a government dealing with diversity.” Now this dealing characteristic quality of action is non-dealing because all the dealing is on all diverse values. Underneath, all variety is the same non-distinct unity.

‘Now is the time for the vision or knowledge of diversity to be appreciated on the level of unity. It is beautiful, unity. No one should think there is competition – no. There is no competition. If the Peace Government is in competition with someone, it would not be a Peace Government. It is a government which rules completely hand in hand with that intelligence which rules each thing separately. Each thing is ruled on its own level. But the ruling value here and the ruling value there and everywhere is the same ruling value. What is it? It is a connection between something with anything, a connection between infinity and a point, between dynamism and silence.

‘In reality, it is the silence that is dynamic. When we say dynamic, we differentiate it from silence. When we see what is dynamic, we find it is silence which is dynamic. So dynamism, or the process of maintaining dynamism, is unity, and it is the process of maintaining unity and dynamism. That is why, when we say unity, all the diversity comes along. Dealing with unity means dealing with all diversity.

‘It is a beautiful picture. Dealing with unity is dealing with diversity. That is why all those who are dealing with diversity are invited to begin to deal with unity also. Otherwise, as long as they are missing dealing with unity, they are damaging their own government. They are then the leftists. They are the left hand of the government, which is always weaker than the right hand.

‘Now, with the Peace Government, every government is going to be stronger. That means with less performance the governments will display more parental role, a more nourishing effect to the population. Less and less of diversification will naturally overcome more and more diversification, which scatters the unity into diversity.

‘It is beautiful and that is why it needed a scientist. It needed a scientist, a super scientist, a supreme scientist of the scientific age to come out with something which is absolutely authenticated knowledge. The Peace Government comes with that performance which is the performance of peace.

‘Where is the code of conduct of the performance of peace? In the Vedic expressions. Veda is the code of performance of peace, because Veda is the reality of the transcendental field. “Richo Akshare Parame Vyoman” – Veda is in the transcendental field. Veda is the sound of the transcendent. The transcendent is no sound; Veda is the field of no sound. It is a sound on its own level, not the relative level and not open to space and time. That is why Veda is an oral tradition, from father to son, from father to son. That is why, when we want to recite the Veda, we call a child of that Vedic tradition to do it.

‘It is a beautiful, pure field of knowledge, which is now going to influence the whole field of the diverse world and the whole field of diversity, and is going to be a unified state of administration, which is self-administration. Who governs in the Peace Government? It is the peace that governs, because peace is the cumulative, unifying character. All problems are in the diversifying nature of activity, but this activity of the Peace Government is unifying. It is based on the unifying value, on the internal value, not on the diversifying reality of action but in the unified field of action.

‘The example is: you pull the string of the kite. The kite is moving throughout the sky. You pull the kite by pulling the string, and the kite goes higher and higher. You pull the arrow back, and the arrow is potentially more and more powerful to go forward. This is the Peace Government. Now as days are going ahead, we are going to establish all the different values of the government everywhere. Everyone will have the string of his own fortune on his own finger. 

‘It is very beautiful, Dr Hagelin. It is such a joy.’

Le silence vécu de plus en plus intimement est la façon dont la Connaissance Totale se développe

Conférence de presse mondiale du 15.06.2005

Dr Hagelin: «Merci beaucoup, Maharishi. La première question concerne la relation entre le Gouvernement de la Paix, maintenant établi par Sa Majesté Maharaja Nader Raam, et les gouvernements existants dans le monde. Maharishi a annoncé la semaine dernière que la structure du Gouvernement Mondial de la Paix avec ses huit ministères sera établie à tous les niveaux de la société – mondial, national, provincial ou étatique, ville, famille et individu. Je comprends que le Gouvernement de la Paix organisera des groupes de Volants Yogiques pour chaque ville. Quelle sera la relation de travail entre les huit ministères du Gouvernement de la Paix au niveau d’une ville, par exemple, avec les départements ou ministères correspondants du gouvernement actuel?»

Maharishi: «La plénitude sera le point de rencontre des deux ministères – la plénitude de toutes les activités de chaque ministère, et la plénitude au niveau d’aucune activité. Le Gouvernement de la Paix est la paix qui se réalise en elle-même. Le gouvernement de non-paix agit à son propre niveau: il y a une cible, un chemin pour atteindre la cible, et il y a la plénitude de la cible.

«Nous pouvons dire que les gouvernements existants tirent les flèches et c’est le jeu du dynamisme. Le Gouvernement de la Paix tire les flèches du silence. L’activité dans le silence sera toujours un soutien pour les flèches du dynamisme, et cela parce que lorsque la flèche commence, elle part du silence, et lorsque la flèche termine, elle finit dans le silence. Toute la réalité du dynamisme est le silence au départ et le silence à l’arrivée. L’activité du Gouvernement de la Paix, l’accomplissement du Gouvernement de la Paix, est la paix, qui est le point de départ du gouvernement dynamique et le but du gouvernement dynamique. Du point de départ au but dans le gouvernement dynamique, il faut du temps, mais le Gouvernement de la Paix, lui, part de la paix, finit dans la paix, et tout le parcours passe par la paix.

«Ce sont les flèches de la paix. Les deux gouvernements sont essentiellement les mêmes. Sans connaître le domaine total de la connaissance et sans connaître la réalité de tout cela, ils semblent être deux gouvernements. Mais au fond, ils sont un seul gouvernement. Soit, par l’activité, la source de l’activité rencontre le but de l’activité, soit la source, le cours et le but restent éveillés dans leur propre qualité caractéristique silencieuse. Il y a le gouvernement de la paix, et il y a le gouvernement qui n’est pas dans la qualité caractéristique de la paix. Mais essentiellement, le dynamisme est la paix et la paix est le dynamisme. Le gouvernement de la paix est le gouvernement du dynamisme; le gouvernement du dynamisme est le gouvernement de la paix. Essentiellement, ils sont les mêmes; essentiellement, deux valeurs sont les mêmes.

«Dans la vision védique, la syllabe ‘A’ est la syllabe ‘I’ et la syllabe ‘U’. Donc le même ‘A’ est en termes d’activité motivante “marche” et d’activité motivante “arrêt”. C’est la science du langage. “U” est une syllabe qui minimise l’activité ; “I” est une syllabe qui maximise l’activité. “U” et “I” sont ensemble dans “A”, dans la totalité – l’activité de la totalité vers le point et l’activité du point vers la totalité. Elles semblent être deux activités contradictoires, mais elles sont la même activité, tout en étant différentes dans leurs dimensions.

«De l’infini au point est une direction et du point à l’infini est l’autre direction. Une direction s’effondre et l’autre direction émerge – s’effondrant du grand au petit, de l’infini au point et émergeant du point à l’infini, du petit au grand. Les deux sont les deux caractéristiques d’une même distance: d’ici à ici, de l’infini au point, du point à l’infini. En réalité, elles sont identiques. C’est pourquoi, en réalité, le Champ Unifié est un et le domaine diversifié est multiple. Donc, un est multiple et, éventuellement, multiple et un.

«L’exemple est un arbre. Toutes les valeurs diverses des feuilles, des branches, des fleurs et des fruits ne sont rien d’autre qu’une seule sève, c’est tout. Une seule sève, en vérité, c’est beaucoup de feuilles, beaucoup de branches, beaucoup de fleurs et beaucoup de fruits. Un est multiple, et les multiples sont un, c’est tout.

«Les deux gouvernements semblent donc être deux gouvernements, car jusqu’à présent, il n’y avait qu’un seul gouvernement. Maintenant, la voix des connaisseurs est intervenue pour exprimer que, “Oui, c’est un gouvernement qui traite de la diversité”. Maintenant, cette qualité caractéristique qui traite de l’action est ne traite rien parce que tout le traitement est sur toutes les valeurs diverses. En dessous, toute la variété est la même unité non distincte.

«Le moment est venu d’apprécier la vision ou la connaissance de la diversité au niveau de l’unité. C’est beau, l’unité. Personne ne doit penser qu’il y a une compétition – non. Il n’y a pas de compétition. Si le Gouvernement de la Paix est en compétition avec quelqu’un, ce ne sera pas un Gouvernement de la Paix. C’est un gouvernement qui gouverne en parfaite harmonie avec l’intelligence qui gouverne chaque chose séparément. Chaque chose est gouvernée à son propre niveau. Mais la valeur dominante ici et la valeur dominante là et partout est la même valeur dominante. Qu’est-ce que c’est? C’est une connexion entre quelque chose et n’importe quoi, une connexion entre l’infini et un point, entre le dynamisme et le silence.

«En réalité, c’est le silence qui est dynamique. Quand nous disons dynamique, nous le différencions du silence. Lorsque nous voyons ce qui est dynamique, nous constatons que c’est le silence qui est dynamique. Ainsi, le dynamisme, ou le processus de maintien du dynamisme, est l’unité, et c’est le processus de maintien de l’unité et du dynamisme. C’est pourquoi, lorsque nous parlons d’unité, toute la diversité vient avec. S’occuper de l’unité, c’est s’occuper de toute la diversité.

«C’est une belle image. Traiter avec l’unité, c’est traiter avec la diversité. C’est pourquoi tous ceux qui traitent avec la diversité sont invités à commencer à traiter avec l’unité également. Sinon, tant qu’ils ne s’occupent pas de l’unité, ils nuisent à leur propre gouvernement. Ils sont alors les gauchistes. Ils sont la main gauche du gouvernement, qui est toujours plus faible que la main droite.

«Maintenant, avec le Gouvernement de la Paix, chaque gouvernement sera plus fort. Cela veut dire qu’avec moins d’accomplissement, les gouvernements auront un rôle plus parental, un effet plus nourrissant pour la population. Une diversification de moins en moins importante va naturellement surmonter une diversification de plus en plus importante, qui disperse l’unité dans la diversité.

«C’est beau et c’est pourquoi il fallait un scientifique. Il fallait un scientifique, un super scientifique, un scientifique suprême de l’ère scientifique pour produire quelque chose qui soit une connaissance absolument authentique. Le Gouvernement de la Paix vient avec cette accomplissement qui est l’accomplissement de la paix.

«Où se trouve le code de conduite de l’accomplissement de la paix? Dans les expressions védiques. Le Veda est le code de l’accomplissement de la paix, car le Veda est la réalité du domaine transcendantal. “Richo Akshare Parame Vyoman” – le Veda est dans le domaine transcendantal. Le Veda est le son du transcendant. Le transcendant n’est pas un son; le Veda est le domaine du non son. C’est un son à son propre niveau, pas au niveau relatif et pas ouvert à l’espace et au temps. C’est pourquoi le Veda est une tradition orale, de père en fils, de père en fils. C’est pourquoi, lorsque nous voulons réciter le Veda, nous appelons un enfant de cette tradition védique pour le faire.

«C’est un beau et pur domaine de connaissance, qui va maintenant influencer tout le domaine du monde divers et tout le domaine de la diversité, et qui va devenir un état unifié d’administration, c’est-à-dire d’auto-administration. Qui gouverne dans le Gouvernement de la Paix? C’est la paix qui gouverne, car la paix est le caractère cumulatif et unificateur. Tous les problèmes sont dans la nature diversifiante de l’activité, mais cette activité du Gouvernement de la Paix est unifiante. Elle est basée sur la valeur unifiante, sur la valeur interne, non pas sur la réalité diversifiante de l’action mais dans le domaine unifié de l’action.

«L’exemple est le suivant: vous tirez sur la corde du cerf-volant. Le cerf-volant se déplace dans le ciel. Vous tirez le cerf-volant en tirant sur la corde, et le cerf-volant va de plus en plus haut. Vous tirez la flèche, et la flèche est potentiellement de plus en plus puissante pour aller de l’avant. C’est le Gouvernement de la Paix. À mesure que les jours passent, nous allons établir toutes les différentes valeurs du gouvernement partout. Chacun aura la corde de sa propre fortune à son propre doigt. 

«C’est très beau, Dr Hagelin. C’est une telle joie.»

Je suis le Soi, je suis le corps, je suis le Veda, je suis l’univers, je suis la totalité

I am the Self, I am the body, I am the Veda, I am the universe, I am totality

1. Dr. Hagelin: Maharishi mentioned Vedic health care. The question is: at the basis of Vedic medicine is the discovery by His Majesty Raja Raam that Vedic sounds create both the cosmic body and the human body, creating, for example, both the sun and the solar system and the corresponding solar structure within the human brain. What is the significance of this cosmic and human correlation, and how is this information used to treat disease?

2. Maharishi: The nature of life is not only individual; it’s not only cosmic. The knowledge of Ātmā connects the individual with its cosmic potential. 

3. Ahaṁ Ātmā, I am the Self; Ahaṁ Śarīraṁ, I am the body; Ahaṁ Veda, I am Veda, and then Ahaṁ Viśvam: I am the universe. And when I am all these things, then I am totality.

4. We are opening schools everywhere to tell everyone that everyone is a huge, enormous field of lively possibility. 

5. One doesn’t have to be satisfied with small things. Take your awareness to cosmic intelligence, and from there, cosmic creativity will uphold your thoughts, desires, your speech, and your behavior, all your concerns. 

6. Build the school buildings, and very soon we should be able to bless the whole world.

Je suis le Soi, je suis le corps, je suis le Veda, je suis l’univers, je suis la totalité

1. Dr. Hagelin: Maharishi a mentionné les soins de santé védiques. La question est la suivante: à la base de la médecine védique se trouve la découverte par Sa Majesté Raja Raam que les sons védiques créent à la fois le corps cosmique et le corps humain, créant, par exemple, à la fois le soleil et le système solaire et la structure solaire correspondante dans le cerveau humain. Quelle est la signification de cette corrélation cosmique et humaine, et comment cette information est-elle utilisée pour traiter les maladies?

2. Maharishi: La nature de la vie n’est pas seulement individuelle, elle n’est pas seulement cosmique. La connaissance de l’Ātmā relie l’individu à son potentiel cosmique. 

3. Ahaṁ Ātmā, je suis le Soi; Ahaṁ Śarīraṁ, je suis le corps; Ahaṁ Veda, je suis Veda, et ensuite Ahaṁ Viśvam: Je suis l’univers. Et quand je suis toutes ces choses, alors je suis la totalité.

4. Nous ouvrons des écoles partout pour dire à tout le monde que chacun est un immense, un énorme domaine de possibilités vivantes. 

5. Il ne faut pas se contenter de petites choses. Amenez votre conscience à l’intelligence cosmique, et à partir de là, la créativité cosmique soutiendra vos pensées, vos désirs, votre discours et votre comportement, toutes vos préoccupations. 

6. Construisez les bâtiments scolaires, et très bientôt nous pourrons bénir le monde entier.

Le Veda est la racine de toutes les lois

Un nouvel aphorisme qui en dit plus long qu’il n’en a l’air. La demeure de toutes les lois de la nature que nous contactons et animons au travers du programme de Méditation Transcendantale et de MT-Sidhi, incluant le Vol Yoguique, se révèle être un domaine de toutes possibilités. Mais entre le silence de la pure conscience et l’expression de son dynamisme réside le Veda, qui est la structure éternelle de cette pure conscience ou l’Ātmā…

वेदोऽखिलो धर्ममूलम्‌।
vedo akhilo dharma mūlam – Manu Smṛti 2.6
Le Veda est la racine de toutes les lois.

Le Veda est fait des lois éternelles. Le Veda est l’expression de la totalité de toutes les lois.

Le Veda est l’ordre* total; le Veda est la somme totale de l’ordre; le Veda est la demeure de l’ordre absolu; le Veda est structuré dans les fondements de l’ordre. Le Veda est la structure de la Constitution éternelle de l’Univers, la structure de l’ordre éternelle. – Connaissance Védique pour Chacun, Introduction de l’Université Védique Maharishi, 1994, page 207

* Cette structure de l’ordre éternel et absolu est mise en lumière dans l’Apauruṣeya Bhāśya de Maharishi du Ṛk Veda. 

Le Veda est le gardien de tous les Dharmas, de tout devoir, de toute action. L’action est fondée sur la connaissance. Si le connaissance n’est pas correcte, alors l’action ne le sera pas. Si la connaissance est correcte et totale, alors l’action sera correcte et complète, et toutes les possibilités seront là. – Conférence de presse mondiale, 30 mars 2005

On découvre que l’accès à la pure conscience, donc au domaine de toutes possibilités ne signifie pas la cognition du Veda qui nécessite un système nerveux très pur. Ce double jeu, est très intéressant car il sous-entend la possibilité d’être efficace dans le relatif sans pour autant avoir l’expérience des mécanismes qui le créent, le maintiennent et le dissolvent.

L’intérêt de lire la Littérature Védique en Sanskrit

The value of reading Vedic Literature in Sanskrit

1. Dr. Hagelin: There’s one more question on the subject of Maharishi’s Vedic educational approach from a student at Maharishi University of Management, David Pohlman. He asks: Maharishi, what is the special value of reading Vedic literature in Sanskrit for students in your Consciousness-Based system of education? English translations, however imperfect, being comprehensible, engage the intellect and heart and seem to offer educational and inspirational value. So I guess the question is: What is the value of reading Vedic literature in Sanskrit?

2. Every Sanskrit word is lively on all levels: surface level, deeper level, deepest level, and transcendental level. Every Vedic expression is the expression of Totality. And this Totality is available in one word “A”. 

3. So Vedic is the language where “A” is inevitably pronounced while pronouncing any word. You take any alphabet, you take any consonant, anything, “A” is there. And “A” is the total field of knowledge. So whatever you say, Totality flows. This is Vedic word.

4. Speciality of Vedic word, Vedic sound is, it is a flow of Totality, it is a flow of infinity. Veda cannot be translated. It can be experienced – our own consciousness can completely identify with the transcendental field. And it is that level which is permeating on all levels of expression – subtle and gross and very gross and the huge, enormous galactic universe.

5. Vedic sounds is the expression of holistic value of knowledge. Vedic sound means it has a flow of Totality. … “A” is there whenever we say any vowel or consonant.

6. Every Vedic sound has some of “A” in it. … So the sound of the Veda, whatever differentiated values on the surface, but it always reverberates in some value of Totality, Total Knowledge, some Ātmā. Whatever we say, it is a flow of Ātmā. … So the recitation of the Vedic words means we are stirring up in our own awareness some feature, some quality of Totality. This is Vedic language. This is Vedic culture…

7. Vedic Text cannot be translated because in translations, you can translate only isolated values. Translation is in space-time boundaries, the surface of it. The next level – another surface level. Next level – another surface level. In the translation you cannot do it. That is why Veda is not known through reading the books. This is a difference. Veda is known by being Totality. And this is fully awake Ātmā, fully awake consciousness. Regular practice of Transcendental Meditation makes that level more and more acquainted to our awareness. And then some day Totality of it becomes lively in our awareness. Then our awareness, our consciousness is the consciousness of Totality. Then ‘Aham Brahm’ – I am Totality. I am Totality is not an intellectual concept – it is a reality. 

8. There is a great meaning in the words, but because it is that most delicate level of physiology which requires so much purity. Purity of eating, purity of breathing, purity of everything. Purity also comes in construction of the house, and in the auspicious times to go out, or inauspicious time to meet the friends and quarrel with them and all that. … All these are fulfilled in that life which is only for that. That is the Vedic way of life. …

9. The translation does not do justice to that eternal voice of Totality which is the reality of the Transcendental Consciousness.

10. Ṛcho Ak-ṣare parame vyoman … The Veda is the reality of the unmanifest field. And in the unmanifest field, all the memories are there. And when the memories wake up, they are heard; their activity is heard. So it becomes Śruti.

11. It’s a very beautiful field of blessing to mankind. … We want to culture these Vedic people, and then they will be able to enliven real Vedic chanting. 

12. What happens with the Vedic chanting? Harmony comes to be established in the field of disharmony. … If there is a drought, then the Vedic pandits recite and rains will come. …Experience of the Ātmā, which is predominant in the Vedic way of life will sustain harmony in the whole world consciousness. 

13. The transcendental reality is that which is present everywhere: omniscient, and omnipotent, everything is influenced by that, just like the sap in a tree. …

14. We can train the people to that supreme awakening where totality is a living reality. Purity, purity, purity, purity.

L’intérêt de lire la Littérature Védique en Sanskrit

1. Dr Hagelin: Il y a encore une question sur le sujet de l’approche Éducative Védique de Maharishi, posée par un étudiant de l’Université Maharishi de Management, David Pohlman. Il demande: Maharishi, quelle est la valeur particulière de la lecture de la Littérature Védique en Sanskrit pour les étudiants de votre système d’éducation fondée sur la conscience? Les traductions anglaises, aussi imparfaites soient-elles, sont compréhensibles, font appel à l’intellect et au cœur et semblent offrir une valeur éducative et une source d’inspiration. Je suppose donc que la question est la suivante: quelle est la valeur de la lecture de la Littérature Védique en Sanskrit?

2. Chaque mot Sanskrit est animé à tous les niveaux: au niveau de surface, au niveau profond, au niveau le plus profond et au niveau transcendantal. Chaque expression védique est l’expression de la Totalité. Et cette Totalité est disponible en un seul mot “A”.

3. Ainsi, Védique est la langage dans laquelle “A” est inévitablement prononcé en prononçant n’importe quel mot. Vous prenez n’importe quel alphabet, n’importe quelle consonne, n’importe quoi, “A” est là. Et “A” est le domaine total de la connaissance. Donc, quoi que vous disiez, la Totalité coule. C’est un mot Védique.

4. La spécialité du mot Védique, du son Védique est, c’est un flot de la Totalité, c’est un flot de l’infini. Le Veda ne peut pas être traduit. Il peut être expérimenté – notre propre conscience peut s’identifier complètement au domaine transcendantal. Et c’est ce niveau qui imprègne tous les niveaux d’expression – subtil et grossier et très grossier et l’immense, l’énorme univers galactique.

5. Les sons Védiques sont l’expression de la valeur holistique de la connaissance. Le son Védique signifie qu’il a un flot de Totalité. … “A” est présent chaque fois que nous prononçons une voyelle ou une consonne.

6. Chaque son Védique contient un peu de “A”. … Ainsi le son du Veda, quelles que soient les valeurs différenciées à la surface, mais il se réverbère toujours dans une certaine valeur de la Totalité, de la Connaissance totale, de l’Ātmā. Quoi que nous disions, c’est un flot de l’Ātmā. … Ainsi, la récitation des mots Védiques signifie que nous éveillons en notre propre conscience une certaine caractéristique, une certaine qualité de la Totalité. C’est le langage Védique. C’est la culture Védique…

7. Le Texte Védique ne peut pas être traduit car dans les traductions, on ne peut traduire que des valeurs isolées. La traduction se situe dans les limites de l’espace-temps, la surface de celui-ci. Le niveau suivant – un autre niveau de surface. Le niveau suivant – un autre niveau de surface. Dans la traduction, vous ne pouvez pas le faire. C’est pourquoi le Veda n’est pas connu à travers la lecture des livres. C’est une différence. Le Veda est connu en étant la Totalité. Et c’est l’Ātmā pleinement éveillée, une conscience pleinement éveillée. La pratique régulière de la Méditation Transcendantale rend ce niveau de plus en plus familier à notre conscience. Et puis un jour, la Totalité devient animée dans notre conscience. Alors notre conscience, notre conscience est la conscience de la Totalité. Alors ‘Aham Brahm’ – Je suis la Totalité. Je suis la Totalité n’est pas un concept intellectuel – c’est une réalité.

8. Il y a une grande signification dans ces mots, mais parce que c’est ce niveau le plus délicat de la physiologie qui exige tant de pureté. Pureté de l’alimentation, pureté de la respiration, pureté de tout. La pureté vient aussi dans la construction de la maison, et dans les moments favorables pour sortir, ou les moments défavorables pour rencontrer les amis et se disputer avec eux et tout ça. … Tout cela est réalisé dans cette vie qui n’est que pour cela. C’est le mode de vie Védique. …

9. La traduction ne rend pas justice à cette voix éternelle de la Totalité qui est la réalité de la Conscience Transcendantale.

10. Ṛcho Ak-ṣare parame vyoman … Le Veda est la réalité du domaine non-manifesté. Et dans le domaine non-manifesté, tous les mémoires sont là. Et lorsque les mémoires se réveillent, elles sont entendus; leur activité est entendue. Cela devient donc Śruti.

11. C’est un très beau domaine de bénédiction pour l’humanité. … Nous voulons cultiver ces peuples Védiques, et alors ils pourront éveiller de véritables chants Védiques. 

12. Que se passe-t-il avec les chants védiques? L’harmonie s’établit dans le domaine de la dysharmonie. … S’il y a une sécheresse, alors les Pandits Védiques récitent et les pluies arrivent. … L’expérience de l’Ātmā, qui est prédominant dans le mode de vie Védique, soutiendra l’harmonie dans la conscience du monde entier.

13. La réalité transcendantale est celle qui est présente partout: omnisciente, et omnipotente, tout est influencé par cela, tout comme la sève d’un arbre. …

14. Nous pouvons former les gens à cet éveil suprême où la totalité est une réalité vivante. Pureté, pureté, pureté, pureté.

La compréhension suprême de la création et de l’évolution

La perspicacité dans les parallèles entre la structure de la physiologie et la structure du Veda révèle l’ordre absolu qui prévaux dans tout l’univers. Le niveau autoréférent et non-manifesté de l’intelligence assume sa qualité d’objet référence et manifestée et administre la multiplicité infiniment diverse de toutes les valeurs objectives de ses propres expressions – l’univers entier. Ceci est possible parce que toutes les valeurs objectives manifestées maintiennent éternellement leur connexion avec leur source unifiée – le niveau non-manifesté de l’intelligence. L’ordre et l’évolution dans la création sont éternels et ne peuvent jamais être perturbés parce qu’il n’y a aucun second élément à la pure intelligence – elle est tout ce qui est.

Tout grain de la création est lui-même l’infinité. La valeur de point la plus petite est elle-même infinie, illimitée.

अणोरनीयान् महतो महीयान्
aṇoranīyān mahato mahīyān – Katha Upaniṣad 1.2.20
«(Le Soi est) Plus petit que le plus petit et plus grand que le plus grand.»

Ṛtam-Bharā Pragyā

Lorsque la conscience est établie de façon permanente dans la Conscience Pure, seule la vérité naîtra dans la conscience de chacun. Cet état de conscience est appelé Ṛtam-bharā pragyā, «cette intelligence qui ne connaît que la vérité».

Pendant la pratique de la technique de Méditation Transcendantale, lorsque la conscience passe du niveau de pensée grossier à des niveaux de pensée plus fins puis au Transcendant, l’expérience de Ṛtam-bharā pragyā peut se produire au niveau de pensée le plus fin, très proche du Transcendant. Dans cette expérience, on ressent «Je sais tout». Au fur et à mesure que la pratique progresse, l’expérience de Ṛtam-bharā pragyā s’établit de manière permanente..

Lorsque la conscience est établie au niveau de Ṛtam-bharā pragyā, il est possible de produire des impulsions spécifiques, ou des sons, afin de produire toute influence souhaitée sur un objet. Ce niveau de conscience contrôle tout le domaine de l’objectivité. En développant cette capacité à produire des effets dans la création selon son désir, on acquiert la maîtrise de la Nature.

L’avantage de développer ce niveau de Ṛtam-bharā pragyā est que, par la simple pensée, on peut connaître l’objet que l’on veut connaître et on peut l’influencer afin d’en tirer le maximum de valeur.

La forme de tout objet est contenue dans le nom. Le nom contient toutes les impulsions qui sont présentes dans la forme. Cette correspondance entre le nom et la forme se trouve dans les mots du Veda.

Le Veda est la connaissance des vérités de la nature, y compris toutes les valeurs relatives et la valeur absolue. Le Veda est connu par le niveau de conscience qui n’accepte que la vérité – «Ṛtam-bharā pragyā».

‘Ṛtam-bharā pragyā’ (partie 1) – Kumbha Mela, 1966

Maharishi: «…Quand nous parlons de ‘lueur’, nous parlons en termes de ‘voir’, de vision. Bien sûr, le niveau du sentiment n’est pas éliminé. Mais le fait de voir domine plus cette expérience. Jamais, nous n’attendons dans l’impatience de ‘luire’, jamais. Autrement, ça ne luira pas. Et dans cet état subtil de l’esprit… parce que l’esprit est aussi très puissant, si vous pensez à quelque chose, immédiatement ça viendra. Mais nous ne voulons pas penser à quoi que ce soit avant que nous soyons établis dans la perception du domaine céleste de la vie.

Étant profondément établis dans l’expérience du céleste, alors bien sûr, nous pouvons souhaiter de voir quelque chose ici ou là. Et alors juste par notre pensée cette chose apparaîtra soudainement dans sa réalité, dans quelque soit la forme. Cet état de l’intellect est appelé ‘Ṛtam-bharā’.

‘Ṛtam-bharā pragyā’ (partie 2) – Kumbha Mela, 1966

Maharishi: «Il y a eu ce point un jour d’exprimer plus clairement ce qu’est Ṛtam-bharā pragyā. Ṛtam signifie Satyam. Satyam signifie la ‘vérité’. Bharā (…) qui accepte seulement la vérité. Cet état de l’intellect qui accepte seulement la vérité, ou qui révèle seulement la vérité. Dans cet état seulement la vérité est révélée. Ce Ṛtam-bharā pragyā est cet état de l’intellect, qui conçoit ou perçoit les choses comme elle sont. Dans cet état d’expérience céleste, si Krishna vient, alors il est le réel Krishna. Si Shiva vient, il est le réel Shiva. Si la Mère Divine vient, elle est la réelle Mère Divine. Il n’y a aucune hallucination mentale, il n’y a rien d’autre que la réelle forme dans cette perception. Jusqu’à ce que la chose se produise, nous ne voulons pas désirer voir quoi que ce soit. Autrement, bien avant que cet état soit gagné, vous pourriez désirer et quelque chose se produit mais il n’y aura pas la garantie de sa vérité. Quelque chose peut être juste, quelque chose peut être faux. Aussi nous ne pensons pas à voir quoi que ce soit avant que la vision céleste devienne claire. Et une fois qu’elle est claire, tout peut être perçu dans cet état. Nous désirons quelque chose et elle est là dans sa vraie nature. Là, il n’y aura pas d’erreur.»

‘Ṛtam-bharā pragyā’ (partie 3) – Kumbha Mela, 1966

Maharishi: «Cet état le plus fin de l’esprit est appelé ‘intellect’. Plus grossier que ça est aussi dit être l’intellect, (mais) c’est décisif. Ce (niveau Ṛtam) est l’état très fin de l’esprit. La pensée se matérialisera dans cet état très rapidement. Il y a deux aspects à la matérialisation d’une pensée. Un est la plénitude de la pensée, l’autre est la perception matérielle de la pensée. Les deux se produiront. Mais aussi longtemps que Ṛtam-bharā pragyā n’a pas été complètement développé, les perceptions peuvent être erronées. Il n’y aura pas 100% de garantie de sa vérité. Aussi, nous lui permettons de se développer. Avec la régularité de la pratique elle se développe automatiquement. Ce sont les domaines où nous ne forçons pas. En forçant nous pouvons être induit en erreur et ne pas nous développer systématiquement.»

Maharishi sur le thème de la religion

Conférence de presse du 04.04.2003

Est-ce que l’ajout de la Méditation Transcendantale rendra toute religion de nouveau efficace ou est-ce que plus de connaissance est nécessaire?

Maharishi: Rien n’est nécessaire. La connaissance est éveillée seulement sur le fondement de l’expérience. L’expérience, c’est connaître par l’Être. C’est 100% connaître. Aussi, il n’y a pas de besoin. 

L’expérience n’est pas gagnée à travers les livres. Le Veda n’est pas connu à travers les livres. Non. Vous faites l’expérience et alors vous savez que ce que vous êtes en train de lire est la bonne chose, est une bonne chose. Sans l’expérience vous serez toujours à chercher: «Qu’est-ce que c’est, qu’est-ce que c’est, où est cet Omniprésent, cet Omniscient?» C’est l’expérience qui est la Connaissance Totale. L’expérience, c’est connaître par l’Être, c’est l’expérience. Cela signifie que la Connaissance Totale est assimilée à l’expérience. La Connaissance Totale, l’Ātmā, est un mot qui a tout le Veda en lui, qui est l’ensemble du Veda qui a tout l’univers à l’intérieur de lui. Mettez l’accent sur l’expérience, pas la lecture. Non, non, non. En lisant, vous ne pouvez pas comprendre. En étant, vous êtes là. Vous êtes là. En étant, vous êtes là. Lire est pour ceux qui veulent s’amuser dans un domaine connu. Le domaine est l’expérience et vous dites: «Oh, oui, ceci est aussi ça, ceci est aussi ça, ceci est aussi ça.» La Connaissance Totale n’est pas sur le niveau de la lecture. Non. Elle est seulement sur le niveau de l’Être, de l’expérience. Et l’expérience est si simple, l’expérience est si simple parce que vous n’avez pas à courir après quoi que ce soit.

La connaissance dit que Dieu a donné Sa Loi à l’homme à travers les textes religieux pour que l’homme la suive. Si c’est le cas et toute religion le dit, alors y-a-t-il besoin pour l’homme de faire ses propres lois?

Maharishi: Absolument pas! Lorsque l’homme fait la loi, c’est pour ça que l’homme crée un désordre dans quelque soit le pays. Aujourd’hui, il y a plus de 200 pays, chaque pays est dirigé par des lois faites par l’homme, et les lois faites par l’homme signifient qu’elles ont les défauts et les faiblesses humaines en elles. C’est pourquoi aucun gouvernement n’est capable d’être orienté prévention et libre de problème. Quand l’homme fait ses propres lois, il crée un désordre de lui-même. Mais il peut le faire.

C’est pourquoi nous avons créé un gouvernement exemplaire, un Pays Mondial de la Paix, dont la constitution est le Champ Unifié autoréférent fondé sur la conscience. Ce qui signifie le Veda. L’ensemble du Veda, la Littérature Védique qui est tout ce qui concerne le Soi, est la Constitution de l’Univers. Il n’est pas créé pas l’homme, il n’est pas créé par l’homme. Lorsque c’est créé par l’homme, alors c’est créé par l’intelligence pleine de limites, des limites, les limites de l’espace-temps, les limites de l’espace-temps. Ils créent un désordre des choses.

Ce qui est libre du désordre, de la pagaille, est le domaine transcendantal, la Lumière de Dieu, la Lumière autoréférente de Dieu. C’est la lumière directrice pour tout le monde, individuellement et collectivement, individuellement et collectivement. C’est pourquoi il y a le concept d’un état plus évolué de conscience, la Conscience d’Unité. Nous avons créé un Pays Mondial de la Paix avec la Constitution de l’Univers comme sa constitution qui est le Soi, le domaine auto-maintenu de l’intelligence, auto-maintenu, auto-évoluant, auto-manifeste. C’est la lumière directrice et c’est le but de toutes les lumières directrices. Aussi l’ensemble du but total de la vie est si facile pour tout le monde.

C’est beaucoup plus difficile de vivre une vie de problèmes que de vivre une vie sans problème. La vie sans problème est la vie de la Conscience d’Unité, qui est l’état le plus simple de la vie, l’état le plus simple de la vie. L’état compliqué de la vie, l’état le plus compliqué de la vie est la vie dans l’ignorance, l’état de sommeil profond. Moins que cela est l’état de rêve, moins que cela est l’état de veille. C’est pourquoi transcender l’état de veille, c’est le quatrième état de conscience. Là, vous avez la réalité de la vie. Et alors amener cette lumière pour être vécue dans tous les états de veille, de rêve et de sommeil, et alors vous avez la Conscience d’Unité.

Donc, nous avons crée pour le monde de tout futur, une administration exemplaire, un service administratif exemplaire, un thème administratif exemplaire. Nous l’appelons Paix Mondiale, un thème de perfection pour l’administration orientée prévention et libre de problème. Et cela créera la Conscience d’Unité, et la Conscience d’Unité sera ce niveau d’administration où tout sera dans la Lumière de Dieu. Dans la Lumière de Dieu signifie: l’harmonie, le bonheur, l’affluence, le grand, tout ce qui est agréable. Aucunes limitations, toutes les possibilités dans la vie. C’est ce que nous avons généré dans le monde et à mesure que le temps passe, plus de groupes vivrons comme cela, et ils rayonneront le bonheur, qui est la Lumière de Dieu, dans la conscience toute entière.

Ainsi, au milieu de toutes ces choses erronées dans le monde, quelque chose de très vraiment joyeux a été établie et ceci est la grâce de Guru Dev, notre tradition des Maîtres Védiques qui sont éveillés dans le thème de l’administration orientée prévention, l’administration orientée prévention et libre de problème. Ce sont des mots, ils sont très difficiles à être compris par ces gens qui sont pleins des constitutions faites par l’homme. Ils écoutent et: «Ah, votre idée est très bonne, votre idée est très bonne», mais ce n’est pas pour eux quelque chose à suivre. Tout cela, peut prendre une ou deux générations de gouvernement, jusqu’à ce qu’un gouvernement correct aura été établi, où la prévention sera la lumière directrice. La Conscience d’Unité. Ça sera à travers l’éducation correcte. L’éducation et la santé correcte. La santé est si dilapidée aujourd’hui, la santé est si dilapidée en ces jours.

Maharishi sur la Santé

Discours inaugural de Maharishi au Parlement de la Paix Mondiale sur la santé, tenu au Brahmasthan de l’Inde, 09.02.2006

«La science et la technologie du Veda est la science et la technologie de la création. C’est la science et la technologie de la santé et de tout ce qui est là – santé, richesse et sagesse – tout le domaine de la vie. C’est donc à partir de là que nous prenons l’éducation à la santé. Sans cela, l’éducation à la santé est une moquerie. Ce n’est qu’un gaspillage de la vie. Le potentiel humain est là, la physiologie humaine peut être formée à être si raffinée, si raffinée qu’elle peut vivre pratiquement l’infinité illimitée, l’immortalité – la vivre comme une vague de la vie quotidienne.

«Comme une vague de cet océan, une vague vit sur l’océan. Une fois qu’elle est apaisée, elle se souvient de tout l’océan; elle est l’océan. Ensuite, la vague dit: «Je suis l’océan» – c’est tout à fait normal. L’individu dit: «Je suis Brahm» – c’est tout à fait normal. «Je suis l’Ātmā», «Je suis Brahm». «Je suis Cela.»

«J’ai pris plaisir à inaugurer le programme de santé dans le cadre de ce Parlement de la Paix Mondiale au centre de l’Inde, le pays du Veda. C’est très bien. Et nous devons toute cette connaissance – d’où vient toute cette connaissance? De la – nous disons – de la grâce de Guru Dev. Depuis l’éternité, elle a été transmise de maître à disciple, de maître à disciple, de maître à disciple. Donc, si quelqu’un dit des choses justes, alors il ne dit rien de nouveau; il est juste un haut-parleur de l’ancienne voix de l’éternité, de l’immortalité, à son propre niveau.

«C’est très bien que nous ayons la connaissance complète du niveau Védique, la connaissance complète de la vie. Nous avons la connaissance complète de l’immortalité. Nous avons non seulement la connaissance, mais aussi la technologie pour faire de cette connaissance une réalité vivante dans notre vie – et pas seulement dans notre vie individuelle, mais dans notre vie collective. Nous nous efforçons aujourd’hui d’élever la qualité de la vie collective à ce niveau d’immortalité.» – Maharishi Mahesh Yogi (un extrait)