Maharishi sur le leadership: L’art de donner la direction

Voici la réponse de Maharishi à la question suivante: «Maharishi, vous avez dit qu’un leader résout les problèmes de ses supporter et ne fait pas de commentaire sur leurs erreurs etc. Pouvez-vous en dire un plus sur cela?»

Maharishi: «L’appréciation des bonnes qualités fait un leader. Un homme peut avoir 99 mauvaises qualités et une seule bonne qualité. L’appréciation de cette unique bonne qualité encouragera l’homme à multiplier cette bonne qualité. «Je suis seul, puis-je être multiples», et le monde des bonnes qualités se met en place. L’appréciation d’une bonne qualité par un supérieur est comme favoriser le germe à partir de la graine, et à partir de là, l’arbre des bonnes qualités grandit. Il inspire les supporters de grandir en tout bien. 

Ce devrait être une politique de ne pas mettre en avant les qualités qui ne sont pas bonnes. Nous n’en parlons pas. Où est le temps de s’attarder sur l’indésirable? N’évoquez pas la faiblesse. Mettez en avant les bonnes qualités, les qualités prometteuses. Pour nous, nous voulons grandir dans le bien. Nous ne permettons pas que notre cœur soit submergé dans ce qui n’est pas bien, pas élevant, pas progressif. Nous amenons à notre esprit le bien, le prometteur, l’élevant. Quelque soit la pensée que nous laissons entrer dans notre esprit, celle-ci influence notre cœur et commence à rayonner et à se développer en parole. Si nous pensons bassement, notre cœur rayonne cette basse couleur et l’irradie par la parole. Notre formule est «la sécurité d’abord».

Nous voulons améliorer tous ceux qui nous entourent. Dans notre enthousiasme à améliorer notre environnement, nous ne devons pas nous laisser aller dans le malsain, le mauvais. Notre cœur est si petit; il n’y a pas de place pour le malsain, le mauvais. Nous savons d’où vient le mal. De lui (celui qui agit mal), nous ne considérons pas l’émergence du mal mais de quelque chose étranger à lui. Le stress n’est pas lui. Il vient de l’extérieur. Du stress vient la négativité. Nous ne condamnons pas un homme pour ses échecs, son incompréhension. Nous savons que ce n’est pas lui, mais quelque chose qui s’est indûment associé à lui. La vie, c’est la béatitude, la connaissance et l’intelligence. Il n’y a pas de place pour des sentiments négatifs dans la vie de qui que ce soit. Nous ne condamnons pas un homme pour ses erreurs. Nous considérons que celles-ci ne viennent pas de lui, mais du stress. Lorsque quelque chose de négatif apparaît, nous nous sentons bien pour lui; nous le félicitons de s’en être débarrassé. Nous devons sauver notre esprit et notre cœur de toute pensée négative erronée envers quelqu’un d’autre. 

Si nous l’avons entendu, c’était une erreur de l’entendre. Nous ne pouvions pas nous arrêter d’entendre, nos oreilles étaient ouvertes, mais c’était une erreur de l’entendre. Un homme très sage a dit: «Il parle beaucoup mais je ne dois rien entendre de ce qu’il dit.» Nous ne portons pas la boue à notre cœur. Si quelqu’un fait du mal, c’est son mauvais karma. En l’apportant dans notre esprit, il devient notre karma. C’est pourquoi nous voyons toujours le bien.

Guru Dev avait coutume de raconter l’histoire d’un saint qui était tout le temps si heureux, satisfait et immergé dans la béatitude. Il était célèbre pour n’avoir rien dit de moins que du bien. Un jour, un homme malicieux s’est rendu chez le saint avec tout l’attirail de la dévotion et tout ça, et il lui a demandé de bénir un certain endroit. Il l’emmena sur le chemin le plus désagréable qu’il put trouver et ils passèrent devant un chat qui s’était fait écraser par une voiture. «Oh, quel spectacle horrible», l’homme dit. Et le saint a dit: «Regardez les dents, des dents brillantes comme des perles.» Dans la situation la plus désagréable, il devait y avoir certainement quelque chose de bien.

Nous grandissons vers une perception plus raffinée, nous grandissons vers une vision céleste. Nous prenons toujours quelque chose d’agréable, quelque soit ce que ce sera. Nous savons que nous vivons dans le monde relatif, il y aura toujours quelque chose de beau, quelque chose à apprécier. Nous apportons cette valeur à notre esprit et à notre cœur. Nous n’apportons pas de saleté à notre esprit. Nous nous réjouissons de quelque chose de beau. C’est la vision d’un connaisseur de la réalité. Quelque soit le bien qui est là, c’est ce qui nous est utile. Le mal ne nous vient pas à l’esprit. Sinon, nous serons submergé par tant de mal. En apportant le bien à notre esprit, nous développons le pouvoir du bien. Le mal apporte une influence indésirable. La sécurité d’abord! Ce sont de simples choses, vous savez…

Comment le gouvernement de la paix va-t-il reconstruire l’Amérique?

How will Peace Government rebuild America?

1. Dr. Hagelin: The question, Maharishi, is, firstly: During Maharishi’s address to the Fourth of July press conference in Washington, D.C., Maharishi said that the US Peace Government would “rebuild America in harmony with Natural Law on many levels,” but would start first with the physical level of buildings in cities and towns. My question for Maharishi is: in what other ways will the Peace Government build America? And why is it starting with its buildings? 

2. Maharishi: The home is a physical thing. It has deep influence on the reality of life. 

3. Every state has its own building code. Building codes lack the insight into the reality of life. What level of reality? The reality of life that connects any phase of the individual with the phase of the cosmic structure. 

4. Every individual life has a connection with cosmic life. The sun comes: every individual has some influence of it. Sun goes: every individual has influence of it. Every cosmic phenomenon has its influence in the individual life. 

5. It is necessary to maintain connection between the individual and his cosmic potential. It can only be maintained through coherence between physiology, mind, intellect, ego and cosmic ego. 6. Cosmic potential is nothing far away from the individual potential. It’s there; only, the conscious mind is not open to it. As long as conscious mind is not open to it, it is as good as not there. 

7. The Self has its value in the individual domain, which is space-time boundaries, and its absolute connectedness with the boundless, space-time-boundary-free transcendental field of consciousness. 

8. The whole field of education is for unfolding the cosmic potential of the individual. Having gone through Consciousness-Based Education with the knowledge and experience of Transcendental Consciousness, nothing will remain difficult for the students, nothing will remain unachieved by them.

Comment le gouvernement de la paix va-t-il reconstruire l’Amérique?

1. Dr Hagelin: La question, Maharishi, est, premièrement: Lors de son discours à la conférence de presse du 4 juillet à Washington, D.C., Maharishi a déclaré que le Gouvernement de la Paix américain «reconstruirait l’Amérique en harmonie avec la Loi Naturelle à de nombreux niveaux», mais qu’il commencerait d’abord par le niveau physique des bâtiments dans les villes et les villages. Ma question pour Maharishi est la suivante: de quelles autres manières le Gouvernement de la Paix construira-t-il l’Amérique? Et pourquoi commence-t-il par ses bâtiments?

2. Maharishi: La maison est une chose physique. Elle a une profonde influence sur la réalité de la vie. 

3. Chaque État a son propre code de construction. Les codes de construction ne permettent pas de comprendre la réalité de la vie. Quel niveau de réalité? La réalité de la vie qui relie toute phase de l’individu à la phase de la structure cosmique.

4. Chaque vie individuelle a un lien avec la vie cosmique. Le soleil arrive: chaque individu en a une certaine influence. Le soleil s’en va: chaque individu a une certaine influence sur lui. Chaque phénomène cosmique a son influence sur la vie individuelle. 

5. Il est nécessaire de maintenir le lien entre l’individu et son potentiel cosmique. Il ne peut être maintenu que par la cohérence entre la physiologie, l’esprit, l’intellect, l’ego et l’ego cosmique.

6. Le potentiel cosmique n’est pas très éloigné du potentiel individuel. Il est là; seulement, l’esprit conscient n’est pas ouvert à lui. Tant que l’esprit conscient n’y est pas ouvert, c’est comme s’il n’y était pas. 

7. Le Soi a sa valeur dans le domaine individuel, qui est celui des limites de l’espace-temps, et sa connexion absolue avec le domaine transcendantal de la conscience, illimité et libre de toute limite de l’espace-temps.

8. Tout le domaine de l’éducation vise à développer le potentiel cosmique de l’individu. Ayant suivi l’Éducation Fondée sur la Conscience avec la connaissance et l’expérience de la Conscience Transcendantale, rien ne restera difficile pour les étudiants, rien ne restera inachevé pour eux.

La Vie dans la Plénitude – le Fondement de la Paix

par la rédaction de Global Good News

le 28 novembre 2009

Dans une conférence donnée le 27 février 1978, Maharishi a expliqué que c’est la nature même de la vie de progresser dans la direction de la plénitude. «C’est la nature de la vie de progresser,» a-t-il dit. «C’est la nature de la vie de s’élever à la plénitude; c’est la nature de la vie de demander la plénitude. Toute la nature dynamique de la vie est faite pour la plénitude.»

Il a dit que chaque activité dans la vie est pour la plénitude. Si la plénitude n’est pas réalisée, il y a toujours le désir, l’effort, la lutte, si elle ne peut être obtenue d’une manière paisible.

«La vie doit posséder la plénitude à n’importe quel prix,» a continué Maharishi, «et lorsqu’elle n’est pas disponible d’une manière naturelle, alors il y a une lutte pour l’obtenir.» Il a expliqué que la lutte n’est pas naturelle à la vie, simplement parce qu’il y a un domaine de la vie qui est plénitude éternelle dans son caractère. Et c’est le domaine le plus silencieux de la conscience de l’homme.

«C’est la conscience de béatitude,» a-t-il dit. «C’est un état de plénitude éternelle. Elle doit se développer pour être vécue dans toutes les vagues de la vie quotidienne, alors la vie sera dans la plénitude et alors la vie sera dans la paix.»

Maharishi a poursuivi en disant que la plénitude est synonyme de paix. Il a expliqué que la réalisation de la valeur totale de la vie – la conscience illimitée, la béatitude infinie – est l’élément désirable pour l’expérience dans la vie quotidienne. Si cette expérience de la béatitude et de la conscience illimitée est disponible, la vie sera vécue d’une telle manière que nous pourrons avoir la paix mondiale.

Cependant, s’il y a un manque de plénitude, il y aura une révolte contre cela, parce c’est la nature même de la vie de progresser dans la direction de la plénitude.

«Lorsque les individus ont appris à vivre cet état de plénitude dans leur vie quotidienne, et lorsque, grâce à cette influence, les sociétés ont grandi dans la valeur de la plénitude, de l’autosuffisance intérieure, alors les nations jouissent de l’invincibilité,» a poursuivi Maharishi. «Lorsque chaque nation est invincible, ou même si quelques nations sont invincibles, la paix mondiale est une expérience commune.

«En raison de sa nature expansive, la vie est toujours joyeuse dans les vagues de joie, et dans les vagues de valeurs de joie croissantes, il ne peut y avoir de manque de paix.

«Pour autant que la réelle nature de la vie soit concernée, la paix n’est pas une chose qu’il faut rechercher. Elle est construite dans le souffle de la vie. La vie naturellement – que ce soit au niveau individuel, au niveau de la société, au niveau de la collectivité, au niveau national, au niveau mondial – la vie est toujours par nature satisfaite, parce qu’elle est constamment grandissante.

«Dans cet état de plénitude constamment grandissante,» a dit Maharishi, «la vie est et doit être vécue dans une intensité toujours plus grande de paix. Mais en l’absence de cette connaissance de la nature de la vie; dans l’état d’ignorance de cette valeur de la vie, la paix devient un projet à réaliser, un but à rechercher.»

«Sinon, si la vie est vécue en accord avec sa nature, si la nature est vécue en accord avec la Loi Naturelle, chaque étape de son existence est de plus en plus plénifiante,» a dit Maharishi, «car  l’évolution signifie toujours plus.»

La recherche de la paix mondiale est née de l’ignorance de la vie. Lorsque la vie était vécue dans l’ignorance, c’était la lutte et le conflit, et la vie était menacée, et tout le monde était effrayé de l’annihilation, «aussi ils ont commencé à parler de paix et la paix est devenue un projet», a dit Maharishi.

«C’était juste l’ignorance de la vie, l’ignorance de la valeur totale de la vie – lorsque seules les valeurs de surface de la vie étaient connues pour être vécues. Lorsque seules les valeurs matérielles étaient devenues prédominantes, alors le fondement de la vie était l’ignorance, et dans cette situation, la paix est devenue l’objectif du désir du monde. “Nous voulons être en paix”.»

Maharishi a dit que nous devons être naturellement en paix, mais la paix n’est pas une chose qui peut être structurée sur le niveau d’une vie insatisfaisante. «La vie insatisfaisante sera toujours vécue pour la plénitude ou mourir pour la plénitude,» a-t-il ajouté. «Ce genre d’ignorance à propos de la nature de la vie peut être complètement effacée, mais par contre, cette nature de la vie doit être donnée à chaque individu de la société.

«Ce doit être une connaissance commune de tout homme, aussi cette connaissance à propos du plein potentiel de la vie et cette technologie du déploiement du plein potentiel de la vie – cette méthodologie de vivre la plénitude dans la vie – doit être rendue disponible à tous les peuple et alors la paix mondiale sera un phénomène naturel et constant.

«Sans la vie dans la plénitude, la paix dans toute nation, dans toute communauté, dans toute famille, la paix chez tout individu restera un rêve,» a conclu Maharishi. «Il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi car, par nature, la vie est abondance, affluence, béatitude, illimitée.»

Le critère de Maharishi d’un dirigeant illuminé

Tiré de la conférence de presse du 30.07.2003

Question: Voici une question Maharishi sur la qualité de dirigeant illuminé. Maharishi a dit que les principes sont d’importance capitale dans le gouvernement, pas les individus. Pourriez-vous clarifier? Avons-nous besoin de principes illuminés de gouvernance ou avons-nous besoin de dirigeants illuminés? Quel est le critère de Maharishi d’un dirigeant illuminé?

Maharishi: Dirigeants illuminés signifie qu’ils ne feront pas d’erreurs à la lumière de la Loi Naturelle, dans leur manière de penser, dans leurs actions, dans leur comportement, dans leurs directives qu’ils feront pour l’administration. Ils auront le conseil de la nature évolutive de la Loi Naturelle. Ce sera leur spécialité. 

Ce n’est pas la compréhension intellectuelle de la Loi Naturelle. C’est le niveau expérimental à la base de toutes les valeurs intellectuelles qui est le domaine de la conscience transcendantale. Il y a la Constitution de l’Univers. Le Veda, la Constitution de l’Univers, est une réalité du domaine transcendantal où toutes les lois sont là et à partir d’où tout est possible de réaliser. Parce que c’est de là que les multitudes de la création diverse sont générées et elles sont administrées de là.

Ainsi, c’est la chose la plus importante, le domaine de la Loi Naturelle globale. Le domaine de la Loi Naturelle globale. Le niveau expérimental. Le niveau intellectuel seul ne le fera pas. C’est le niveau expérimental qui rend leur conscience compétente pour penser naturellement en termes de toutes les lois de la nature. Penser naturellement. De la même manière que les parents pensent naturellement au bien-être des enfants. Tout le bien-être. C’est pourquoi nous comparons le rôle parental du chef de famille au chef de l’état. Chef de l’état est un rôle parental. Mais le chef de l’état, sait seulement que si quelqu’un fait le mal, il faut le mettre en prison, le mettre à ceci, le mettre en dehors de la vie – c’est comme cela. C’est de la cruauté. C’est l’incompétence du rôle parental. C’est n’est pas le rôle parental. C’est le rôle ennemi qui n’est pas honorable pour tout chef d’état. Tout chef d’état devrait considérer son peuple qu’il aime comme les chers enfants de sa propre famille. Les chers enfants de sa propre famille. Pour cela, il devrait instituer l’éducation dans cette direction. 

La chose entière a à être ravivée et pour cela, le chef de l’état doit être correctement éduqué. Connaître simplement [pour les chefs de l’état], ce n’est pas suffisant pour qu’ils soient couronnés de succès. Ils se déchargent de leur rôle parental. Ils ne se connaissent pas eux-mêmes. Mais la presse doit leur dire maintenant – apprenez cette chose.

La vertu (Righteousness)

«Il y a un proverbe dans la littérature védique. Le proverbe dit: «Le succès d’un grand n’est certainement pas basé sur les moyens qui l’entourent ou les moyens dont il dispose, mais sur sa vertu.» C’est le soutien de la Loi Naturelle, les bénédictions de la Volonté de Dieu.

Nous avons toutes ces histoires dans presque toutes les religions. Les gens sont allés voir le prophète et il a dit ceci, et il a fait ceci, et cela lui est arrivé et cela lui est arrivé. Toutes ces (choses) que les gens pensent généralement ne pas être possibles, deviennent possibles à partir de son niveau de conscience. Et cela est seulement dû au fait qu’il est en accord avec son Dieu.

Donc, tout ce qui est écrit dans les textes est complètement correct et c’est correct pour tous les temps, seulement les gens doivent être éduqués dans le Veda, la Loi Naturelle Totale, parce que toutes les religions sont les ramifications de la Loi Naturelle. C’est comme l’arbre, l’arbre pousse et toutes les différentes branches, mais ce sont toutes les ramifications de la sève, la sève à l’intérieur, la vie de l’arbre.» – Maharishi Mahesh Yogi, Vlodrop, 1994

«Le succès des actions des grands hommes dépend plus de la pureté de leur coeur que des moyens d’action.» – Maharishi Mahesh Yogi

La Science Védique de Maharishi: L’investigation systématique de la structure de la connaissance pure

Par la rédaction de Global Good News

S’exprimant depuis Seelisberg, en Suisse, le 16 août 1980, Maharishi a expliqué que la Science Védique est l’investigation systématique de la structure de la connaissance pure, le Veda. 

«La connaissance pure est le pouvoir d’organisation infini, le potentiel total de la Loi Naturelle, qui organise le maintien, la croissance et la plénitude de la création.

«La Science Védique, la science de la connaissance, investigue la structure de la connaissance elle-même», dit Maharishi. «Il existe différentes structures de connaissance à différents niveaux: les sens, l’esprit, l’intellect, l’ego et l’ego cosmique. L’état de pleine illumination, dans lequel on réalise que «Tout est mon Soi», est le résultat ultime de cette investigation dans la structure de la connaissance.

«Au niveau de l’ego cosmique, il y a unité entre le sujet, l’objet et la relation entre les deux. La Science Védique développe chez l’étudiant cet état de Conscience d’Unité; c’est pourquoi la Science Védique est la science complète de la vie.

«À tous les niveaux de la connaissance, la connaissance est structurée dans la conscience. Lorsque la conscience est établie au niveau cosmique de la conscience, la Conscience d’Unité, alors tous les niveaux de connaissance sont intégrés dans une structure holistique de la connaissance.» 

La science moderne étudie les lois spécifiques de la nature. La Science Védique délivre la demeure de toutes les Lois de la Nature dans notre conscience, de sorte que nous pouvons fonctionner spontanément en accord avec toutes les Lois de la Nature. De cette manière, la Science Védique développe le potentiel total de l’individu et l’élève au niveau de la vie cosmique, le rendant ainsi capable de tout accomplir.

«Le Veda, la connaissance pure, est les impulsions de la conscience. Dans la connaissance du Veda, la conscience pure elle-même connaît sa propre nature, qui est la totalité des impulsions de la Loi Naturelle», explique Maharishi. «Le Veda ne peut pas être étudié dans les livres, mais seulement au niveau de la conscience pure.»

La Méditation Transcendantale et le Programme de MT-Sidhi cultivent dans la conscience individuelle la capacité de fonctionner à partir de notre propre nature non-manifestée, [le niveau de la conscience pure]. À travers cette technologie de la conscience, toutes les possibilités sont éveillées dans notre conscience et nous pouvons fonctionner de l’intérieur de nous-mêmes comme un individu autosuffisant et universel.

«À mesure que notre conscience devient plus éveillée en elle-même, de plus en plus de valeurs du Veda – la connaissance pure – apparaissent dans la conscience, jusqu’à ce que la conscience devienne finalement le domaine de la connaissance pure elle-même», poursuit Maharishi. 

«La connaissance pure est le fondement de toute création – chaque fibre de la création est imprégnée de la connaissance pure, le Veda. Dans le processus de transcendance, on fait l’expérience du domaine de la connaissance pure, qui est l’illimité, l’unité, l’ordre parfait, le domaine de toutes les possibilités, la demeure des Lois de la Nature, la plénitude de la vie.

«Yo jagar tam richah kamayante (Rk Veda, 5.44.14) – Celui qui est éveillé, les hymnes védiques le cherchent», dit Maharishi, citant Rk Veda. «Les hymnes védiques, ou expressions de la Loi Naturelle, sont connus dans cet état de conscience qui est pleinement éveillé en lui-même. C’est la connaissance du plein potentiel de la Loi Naturelle par elle-même à son propre niveau. 

«Quand la valeur intérieure de la vie est perdue pour la conscience, la vie devient pleine de problèmes parce qu’elle n’est nourrie à partir de sa source intérieure. Maintenant est le moment quand la valeur intérieure de la vie s’épanouit à travers la connaissance de la Science Védique. Chaque individu jouira de la maîtrise de la Loi Naturelle, et chaque société jouira de l’harmonie, du bonheur et d’un progrès sans restriction.»

Pour la version en anglais: https://excellenceinaction.globalgoodnews.com/2008/08-nov/nov5.html

La connaissance de la singularité et de la multiplicité – l’étendue totale de la connaissance

Par la rédaction de Global Good News, 20 octobre 2008

Lors de l’inauguration de l’Université Védique Maharishi aux États-Unis le 12 janvier 1985, à Washington DC, Maharishi a expliqué:

«Lorsque la conscience est complètement autoréférente, elle se connaît elle-même. Dans cet état unifié, nous trouvons trois valeurs – le connaisseur, le connu et le processus de connaissance. Quand ils sont simultanément trois et un, il y a une contraction infinie pour rester un et une expansion pour devenir trois. 

«Il y a une pulsation ou un dynamisme infini de l’infini convergeant en un point et un point s’étendant à l’infini. Ce dynamisme infini de la nature autoréférente de la conscience pure crée ce bourdonnement ou cette vibration qui est le Veda.»

Le 11 janvier, il a dit que la conscience pure, étant autoréférente, se connaît elle-même. Elle est donc son propre connaisseur, processus de connaissance, et connu – soit Ṛṣi, Devatā et Chandas [dans le langage védique].

«La conscience pure est une, complètement ouverte à elle-même; et elle est trois, parce qu’elle est l’observateur, l’observé et l’observation. Elle est un et trois, le point et l’infini, en même temps. 

«La conscience, connaissant à la fois sa valeur de point et l’infini en même temps, doit être ici, là et partout. Cela donne un dynamisme infini,» explique Maharishi. 

«La connaissance de un et de trois ou la singularité et la multiplicité, est l’étendue totale de la connaissance. Cela donne une connaissance précise d’un point et de sa relation avec n’importe quel autre point où que ce soit et partout. Cette relation d’un point avec l’infini est le fondement de la connaissance du passé, du présent et du futur.

«En connaissant un point, il est possible de calculer précisément les caractéristiques de tous les points futurs. Le Programme de MT-Sidhi est un moyen de développer subjectivement la connaissance de l’astrologue védique ou Jyotish-Vidya, cette totalité de la connaissance qui révélera le passé, le présent et le futur – de n’importe quel aspect, n’importe où, à tout moment. 

«La recherche à l’Université Védique Maharishi se fera dans le domaine de la conscience; elle ne dépendra pas d’un grand nombre de livres de bibliothèque. Les livres de la littérature védique ancienne et de la littérature moderne de physique, de chimie et de mathématiques serviront à vérifier l’expérience du Programme de Méditation Transcendantale et de MT-Sidhi.

«La littérature védique est l’enregistrement du fonctionnement des impulsions de la nature. Ces impulsions sont de trois en un: Ṛṣi, Devatā et Chandas. En sachant comment Ṛṣi, Devatā ou Chandas fonctionne aujourd’hui, nous pouvons prédire comment il fonctionnera demain. S’il y aura une déviation du chemin naturel de l’évolution, s’il y aura un déséquilibre, il pourra alors être amendé par l’Ayur-Veda Maharishi. 

«Le niveau non-manifesté de l’un et trois ensemble est le fondement de la loi. Manu, le premier législateur [dans l’ancienne tradition védique], indique qu’à partir de ce domaine de la vie éternel, toute l’humanité peut recevoir la connaissance de la loi, la lumière de la vie pour guider tout comportement.

«Nous inaugurons la même possession de la loi naturelle qui a été exposée par Manu, Platon et tous les sages du passé qui ont établi des sièges de connaissance. Une université est un lieu de création de la connaissance, pour guider l’étudiant à localiser ce tout puissant siège de la connaissance en lui. 

«Puisque l’état de conscience de soi est un et trois en même temps, il doit y avoir un échange, une impulsion,» poursuit Maharishi. «Cette résonance dans le non-manifesté est clairement entendue – ceci est Śruti, [‘Ce qui est entendu’], le Veda. 

«L’impulsion du Veda s’apprécie elle-même, elle est entendue par elle-même. Le rythme avec lequel elle est entendu est Chandas, son observateur est Ṛṣi, et ce qui relie l’observateur et l’observé est Devatā.

«Il y a une connexion entre Ṛṣi, Devatā et Chandas parce qu’ils sont trois, et il y a perte de connexion entre eux parce qu’ils sont un. L’émergence et la perte de connexion se produisent si fréquemment que cette vibration ou ce bourdonnement est une réalité éternelle – c’est le Veda. 

«À partir de cette impulsion fondamentale, la nature se multiplie, crée l’univers tout entier et le gouverne. Le but de l’Université Védique est de déployer ce domaine fonctionnant déjà de toutes les possibilités en chacun de nous.»

Maharishi a ensuite expliqué que le Karma Mimamsa, l’analyse de l’action, [un aspect de la littérature védique], couvre non seulement la valeur manifestée de l’action, mais aussi le domaine non-manifesté de l’action où les trois sont en un. Toute action émerge de la singularité de la conscience pure, qui est en elle-même la trinité de Ṛṣi, Devatā et Chandas. 

«La singularité est le siège du Yoga [un autre aspect de la littérature védique]; les trois sont le domaine du Karma Mimamsa; et l’unité de l’un et trois dans le Soi est le Vedanta. Toutes les différentes théories de la connaissance trouvent leur origine dans cet état où l’un est trois – la Saṁhitā [l’unité, l’unicité, la totalité] du Veda. Tous les différents aspects de la littérature védique sont les versions élaborées de cette totalité de la connaissance à l’intérieur de soi-même.»

Pour la version en anglais: https://excellenceinaction.globalgoodnews.com/2008/08-oct/oct11.html

Animer le niveau transcendantal de la parole

par la rédaction de Global Good News, 30 septembre 2008

Présenté dans son livre «Maharishi parle au éducateurs: la maîtrise sur la loi naturelle», cette conférence a été donnée aux leaders dans le domaine de l’éducation à Hyderabad, dans l’Andhra Pradesh, en Inde, le 22 juillet 1978.

Maharishi a commencé par citer un verset de la littérature védique: «La société de l’homme parle turiya – la parole de turiya est la parole transcendantale, la source de toute parole.»

«Dans la Technique de Méditation Transcendantale, la pensée devient de plus en plus fine,» dit Maharishi. «Les excitations de la conscience s’apaisent dans l’état de Samadhi, Turiya, la Conscience Transcendantale.

«La parole transcendantale est la perfection de la parole humaine: c’est la parole intégrée, dans laquelle la source de la parole est contenue dans les expressions de la parole.

«La source infiniment silencieuse de la parole résonne en elle-même comme la parole védique, l’expression éternelle de la loi naturelle, l’impulsion de la conscience, à la base de toute création.

«La parole transcendantale est la langue des Sidhas. Un Sidha est celui qui pense à partir de la forme la plus simple de conscience, le domaine de toutes les possibilités, et qui accomplit ainsi tout par simple intention.»

Grâce à la Méditation Transcendantale et au Programme de Méditation Transcendantale Sidhi de Maharishi, chaque individu peut devenir un Sidha, capable de fonctionner spontanément en accord avec la loi naturelle.

«Pour que Turiya devienne une réalité vivante, il suffit de laisser les excitations de l’esprit s’apaiser dans l’état de Samadhi, puis de créer des impulsions dans cet état de conscience stable. Immédiatement la valeur totale de l’impulsion devient la nature de la conscience.

«Le système nerveux humain est capable de promouvoir ce niveau de conscience qui est à la fois actif et silencieux,» dit Maharishi. «De ce niveau tout-puissant de la pensée et de la parole, le potentiel d’action est infini.

La nature de Turiya est la créativité infinie et la béatitude, Ananda. Ce niveau de Conscience Transcendantale, le niveau fondamental de la loi naturelle, est la conscience de béatitude.

«Toute la création manifestée émerge de cette valeur non-manifestée, que la littérature védique décrit comme Ananda,» poursuit Maharishi. «La conscience humaine a la capacité de se réaliser elle-même comme la source de toute création – Brahm, la Totalité.

«La vie active doit être soutenue par le fondement de l’action – le silence,» a dit Maharishi. «Ceci est exprimé dans la Bhagavad-Gita par ‘Yogasthah kuru karmani’ (Bhagavad Gita, 2.48), «Établi dans le silence, accomplis l’action». Quand l’action est fondée sur Turiya, la Conscience Transcendantale, elle est soutenue par le domaine de toutes les possibilités et est toujours couronnée de succès.

«Le secret de la créativité révélé par la Bhagavad-Gita est ‘Prakritim swam avashtabhya visrijami punah punah’, «Ayant recours à ma propre Nature, établie dans mon Soi, je crée encore et encore» (Bhagavad-Gita, 9.8). La créativité s’épanouit dans toute sa valeur grâce au mouvement intérieur de la conscience.

«Quand la conscience est ouverte au niveau de Turiya, aussi connu sous le nom d’Ak-kshara – l’état d’existence non manifesté et éternel, la conscience transcendantale – la demeure de toutes les lois de la nature, alors on est établi dans l’unité de la vie. L’idéal de l’unité est l’état de conscience complètement intégré, qui est à la fois infiniment silencieux et infiniment dynamique,» dit Maharishi.

À travers la Méditation Transcendantale et le Programme de Méditation Transcendantale Sidhi, toute pensée, parole et action deviennent des impulsions d’Ananda. Par nature, tout le monde veut se réjouir parce que la nature de la vie est béatitude. «Pendant la pratique de la Méditation Transcendantale, la conscience s’ouvre à sa propre nature, qui est la conscience de béatitude,» dit Maharishi.

Maharishi a révélé que la Méditation Transcendantale «est fondée sur la nature de la vie, qui est de grandir, d’aller vers plus et plus. Pendant la pratique de la Méditation Transcendantale, l’esprit atteint l’état de conscience infinie, illimitée, le domaine de toutes les possibilités, qui apporte la plénitude à la nature de la vie.

«La connaissance de toutes les possibilités dans le domaine de la conscience est la connaissance de cette génération. Cette connaissance, qui est la sagesse éternelle du Veda, a maintenant été développée par la science moderne, et c’est le point de rencontre du Veda et de la science, de l’Est et de l’Ouest, dans un souffle de vie.»

Pour la version en anglais: https://excellenceinaction.globalgoodnews.com/2008/08-sept/sept12.html

La Science Védique de Maharishi: La science de la nature dans sa globalité

Par la rédaction de Global Good News, 16 septembre 2008

Dans cet exposé donné à Seelisberg, en Suisse, en septembre 1980, et publié dans son livre ‘Maharishi Speaks to Educators: Mastery Over Natural Law’ (Maharishi parle aux éducateurs: la maîtrise de la loi naturelle), Maharishi explique que le Veda, «le langage de la nature», qui décrit la structure, l’étendue et les possibilités de la conscience humaine, nous permet de vérifier la fiabilité de nos expériences dans la forme la plus simple de la conscience.

Cette conférence s’inscrit dans la continuité de la conférence de Maharishi intitulée ‘Enlivening the simplest form of awareness to gain mastery of the creative process’ (Éveiller la forme la plus simple de la conscience afin de gagner la maîtrise du processus créatif), présentée par ‘Excellence dans l’Action’ le 12 août 2008.

«Lorsque l’état silencieux de la conscience fonctionne en lui-même, il connaît ses propres structures. Ces expressions de la loi naturelle dans le non-manifesté sont la parole de la Nature, le langage de la connaissance pure, le Veda,» dit Maharishi.

La science védique est la science de la nature dans sa globalité. La science moderne examine les valeurs isolées de la loi naturelle, tandis que la science védique éveille dans la forme la plus simple de la conscience le potentiel total de la loi naturelle. L’étude de la science védique est dans le domaine de la conscience.

«L’histoire du Veda n’est racontée par personne,» dit Maharishi. «C’est la parole éternelle de la nature à la base de toute la création. ‘Nitya apaurusheyo Vedah’ signifie le Veda éternel, non créé.

«La structure de la connaissance pure, le Veda, n’est pas ancienne, ce n’est pas une chose du passé. Étant éternel, le Veda est aussi moderne qu’il est ancien.

«Chaque structure de la connaissance a une valeur à son propre niveau de conscience. La structure de la connaissance pure est disponible dans sa totalité au niveau du Soi cosmique. À ce niveau, on perçoit toutes les structures de la connaissance comme soi-même.

«Le Veda est une réalité éternelle de la vie, qui peut être connue par n’importe qui, à tout moment. Quand le Veda est ouvert à la conscience humaine, la loi naturelle est pleinement éveillée dans la conscience mondiale, et le pouvoir d’organisation de la Nature montre son plein potentiel, apportant le succès à toute entreprise de chacun sur terre.»

Maharishi a ensuite expliqué qu’au fur et à mesure que la conscience s’affine grâce à la Méditation Transcendantale et au Programme de Méditation Transcendantale Siddhi de Maharishi, «le fonctionnement de la Nature est clairement perçu. Ces niveaux de perception plus fins découvrent les différents niveaux de transformation de la conscience en différentes formes de création. Lorsque ces niveaux de conscience plus fins se connaissent eux-mêmes très clairement, ils connaissent leurs propres valeurs comme différentes expressions spécifiques de la loi naturelle, qui sont contenues dans leur totalité dans la forme la plus simple de la conscience.

«Les écrits védiques vérifient ces expériences, mais la conscience seule déploie sa propre valeur de l’intérieur.

«Ces écrits védiques authentiques sont de deux sortes: le langage védique lui-même, qui est une réalité éternelle à la base de la création et de la parole de la nature dans la transcendance, et le langage humain qui exprime au plus proche le caractère complet et exact du langage de la nature.

«Ce langage humain est le sanskrit, qui signifie «parole purifiée» – cette parole qui purifie la parole humaine pour qu’elle devienne la parole de la Nature.

«Les expressions védiques sont les expressions éternelles, absolues et non-changeantes des mécanismes de la nature. Ces expressions sont traduites pour leur valeur maximale dans la langue sanskrite, dont le souffle est dérivé de la grammaire védique. La langue védique n’est pas créée, tandis que la langue sanskrite est une création humaine.

«Le Veda existe dans l’Ātmā, le Soi. C’est la réverbération du Soi non-manifesté, qui s’élève à travers les niveaux de l’intellect et de l’esprit, puis jaillit dans la parole.»

Maharishi conclut en disant que dans le langage védique, le son et la signification sont les mêmes. «La langue védique ne peut pas être traduite car si nous changeons le son, la signification change aussi. Il est cependant possible d’ouvrir sa conscience au Veda afin que cette conscience devienne ce potentiel dynamique de la loi naturelle.»

Pour la version en anglais: https://excellenceinaction.globalgoodnews.com/2008/08-sept/sept4.html

Le système idéal de gagner la connaissance

Par la rédaction de Global Good News, 21 août 2008

Cette conférence* a été donnée par Maharishi en juillet 1972 au Humboldt State College, en Californie, aux États-Unis. 

Maharishi commença par expliquer que le Veda est l’expression des mécanismes de la création et de l’évolution. Chaque son ou nom védique contient en lui toutes les impulsions qui structurent les qualités de l’objet ou de la forme à laquelle il fait référence. 

«Le but entier du Veda est contenu dans un hymne védique,» dit Maharishi. «Ṛicho Ak-kṣhare parame vyoman (Ṛk Veda 1.164.39): Les hymnes du Veda sont structurés dans la valeur non manifestée, éternelle et non changeante de la vie.» 

«Sur ce niveau fondamental de la vie, qui sous-tend et imprègne toute la création, toutes les lois de la nature responsables de l’univers entier fonctionnent. En ouvrant notre conscience à ce fondement transcendantal de la vie, nous gagnons la connaissance de toutes les lois de la nature – les impulsions d’Intelligence Créatrice – exprimées dans les hymnes védiques.

«Celui qui connaît la conscience, la demeure de toutes les lois de la nature, possède la demeure de toute connaissance dans sa conscience. La priorité de la sagesse védique est d’établir la conscience de chacun sur ce niveau non changeant de l’Être, la conscience pure. À partir de ce niveau, les hymnes du Veda sont disponibles pour apporter la connaissance totale de la création,» dit Maharishi. 

Les hymnes védiques ne sont pas l’œuvre de l’homme, ils sont l’expression de la nature elle-même, mettant en lumière les mécanismes de la création et de l’évolution. «Parce que les cognitions védiques sont le langage de la nature, il existe une connexion parfaite entre les impulsions védiques et les processus d’évolution qui régissent chaque niveau de la création,» dit Maharishi.

Maharishi a expliqué que dans le système d’éducation védique, l’étudiant apprend à réciter les hymnes du Veda, structurant ainsi dans sa conscience les expressions de la création entière. À mesure que l’étudiant grandit et que sa conscience se développe, la signification complète de chaque couche d’expressions védiques se déploie progressivement en lui, jusqu’à ce qu’il possède la totalité de la connaissance dans sa conscience. 

Grâce à la pratique régulière de la Méditation Transcendantale et du Programme de Méditation Transcendantale Sidhi, la conscience devient de plus en plus pure, et les significations profondes de la vie se développent chez l’étudiant. À mesure que sa perception devient de plus en plus profonde et raffinée, les mêmes hymnes révèlent des valeurs de plus en plus profondes de signification.

«Dans la valeur superficielle des expressions védiques se trouve la signification des valeurs plus profondes de l’objet,» poursuit Maharishi. «La valeur la plus profonde de chaque objet est la valeur transcendantale, non manifestée, absolue. Lorsque l’état de conscience le plus élevé, la Conscience d’Unité, est atteint, on perçoit la valeur absolue à l’intérieur de toute chose dans la création. 

«Les hymnes védiques, une fois mémorisés, donnent à un homme un trésor de connaissances qu’il peut ouvrir pour valider son expérience à tous les niveaux de la vie – relatif et absolu. De cette façon, la vision absolue acquise dans la Conscience d’Unité devient une réalité vivante de la vie quotidienne.»

Les étapes du progrès dans la vie sont dans le développement de la conscience et donc de vivre de plus en plus la valeur de la vie, de sorte qu’à l’âge de vingt-cinq ans l’étudiant devrait être un citoyen pleinement développé. Le but entier de l’étude de n’importe quel domaine de la connaissance est de faire d’un homme une demeure de toute connaissance. 

Maharishi a dit que tous les domaines d’apprentissage sont ouverts à la spécialisation lorsque la totalité de la connaissance a été structurée dans la conscience.

«Comme les lois de la création et les lois de l’évolution sont toujours les mêmes – peu importe où et quand – la connaissance des mécanismes de la création et de l’évolution sera toujours la même. Par conséquent, les expressions du Veda peuvent être connues comme un langage éternel. 

«Une fois que la connaissance est structurée dans la conscience de l’étudiant, ses applications deviennent très automatiques et spontanées: à mesure que la conscience grandit, des significations plus profondes apparaissent et sont appréciées dans l’expérience pratique.» 

Avec ce système éducatif idéal, à l’âge de vingt-cinq ans, l’étudiant dispose de la totalité de la connaissance structurée dans sa conscience et entre dans les aspects pratiques du monde comme un citoyen responsable et pleinement développé, dont les actions seront justes et efficaces, accomplissant leur but à tout moment et avec la capacité à réaliser spontanément ses désirs. 

Les principaux points de cet exposé sont également présentés dans le livre de Maharishi, Maharishi Speaks to Educators: Mastery over Natural Law.

Pour la version en anglais: https://excellenceinaction.globalgoodnews.com/2008/08-aug/aug10.html