Le Karma de la Méditation nous Libère de tout l’Effet Contraignant du Karma

Le karma, qu’est-ce qu’on a pu en parler! Il est vrai que c’est bien pratique lorsque nous ne savons pas, de dire: «C’est le karma ou c’est son karma.» Même si finalement c’est vrai, il est préférable de s’étendre un peu afin d’amener la lumière et dissiper l’obscurité en apportant la solution sur le rôle du karma. Le texte qui suit peut y aider…

Maharishi: Une fois élevé à la vie éternelle (la Conscience Cosmique), tout le domaine du karma est arrivé à la perfection. Tout ce pour quoi le karma était destiné – karma signifie action – l’action était destinée à notre évolution. Le désir était là – le désir donne lieu à l’action – et le désir n’était là que pour notre évolution, pour être plus, pour apprécier plus, pour devenir parfait. Lorsque cette perfection est atteinte, alors plus aucun désir n’est possible. Plus aucun désir n’est possible, est une chose, et aucune des impressions d’expériences ne sont possibles. Les impressions sont comme de faibles impressions, comme une ligne sur l’eau.

Même lorsqu’un homme réalisé voit la fleur, la fleur est perçue. Quand la fleur est perçue, elle passe à travers la rétine des yeux. On ne peut donc pas dire que l’impression est nulle. L’impression est là, mais l’impression n’est pas celle d’une ligne sur la pierre qui est difficile à effacer. Elle est comme une impression sur l’eau. Elle est perçue, tracée et effacée simultanément.

C’est l’étendue du karma. Si le karma est accompli par l’esprit qui n’est pas éternellement satisfait, alors ce karma sèmera une graine pour le karma futur. Lorsque le karma sème une graine pour le karma futur, cela signifie lorsque l’action laisse une impression de sa valeur, alors cette impression est la graine pour l’action future. L’action présente est la graine de l’action future. C’est l’influence contraignante de l’action.

Chaque action que nous faisons nous lie, nous oblige à faire cette action ou une action en rapport, encore et encore. Mais lorsque l’esprit s’élève à cette hauteur d’expérience de béatitude où les impressions du karma ne laisseront pas d’impression permanente, elles ne laisseront qu’une ligne sur l’eau, une très faible impression, alors on dit que l’homme s’est élevé au-dessus de l’influence du karma – s’est élevé au dessus de l’influence contraignante de l’action. L’action et le fruit de l’action seront là, mais cela ne pourra pas nous lier au cycle de l’action, de l’impression et du désir, et cela ne nous liera pas au cycle de la naissance et de la mort. Et cela nous soulagera des plus grandes misères de la vie et aussi des petites misères de la vie.

C’est ainsi que le karma de la méditation nous libère de tout l’effet contraignant du karma. La méditation est aussi un karma, la méditation est aussi une action. Mais lorsque toutes les actions commencent à nous lier, nous brisons la chaine de cette contrainte par une certaine action. Lorsqu’une épine est dans le doigt, nous avons besoin d’une autre épine pour l’enlever. L’action de la méditation est une action qui nous libère de toute souffrance et de toute servitude. Toutes les actions autres que la méditation sont telles qu’elles nous lient à toute souffrance et à toute misère dans la vie. – 1959

Il est important de noter ici que c’est l’expérience de la béatitude de l’Être qui est la solution. Que le texte ne préconise pas oisiveté puisque le silence de la méditation et l’activité constituent l’approche de Maharishi d’une vie intégrée et du développement des états supérieurs de conscience.

Réflexion sur les approches que nous offre la Science Védique de Maharishi

Le phénomène et la Réalité 

Nous sommes tous confrontés au fait d’être exposés au monde phénoménal. Son nom lui vient de sa nature toujours changeante et souvent éphémère. De plus, il n’est que l’expression de la conscience pure autoréférente, c’est à dire qu’il ne peut pas exister sans la conscience. 

La Réalité, Maharishi nous dit, c’est l’ordre. L’ordre signifie le flot ininterrompu de la conscience. Ce n’est pas le concept de l’ordre, qui est en fait trop limité pour exprimer l’ordre mais réellement la conscience elle-même dans son état autoréférent, qui n’est autre que la Constitution de l’Univers, en d’autres termes le Veda.

La question est de savoir comment le phénomène se surimpose à la Réalité? Pour répondre à cette question, il faut simplement se demander, qu’est-ce qui se surimpose? La réponse est… le Karma, c’est à dire un certain dynamisme plus ou moins en accord avec la Loi Naturelle, plus ou moins en accord avec la Réalité.

Comme le dit Maharishi: «On ne peut transcender que ce que l’on connait.» Il faut reconnaître le phénomène pour réaliser la Réalité. Prenons l’exemple d’un homme arrivé à une certaine notoriété. Si personne ne lui dit qu’il y a autre chose de plus glorieux, rien ne le poussera à changer. Il a besoin de reconnaître où il en est, pour passer à autre chose. Sans cette prise de conscience, il demeurera là où il en est, pensant qu’il est au summum de l’existence, alors qu’il ne vit qu’un phénomène. 

C’est pour cette raison, qu’il est important d’être de plus en plus autoréférent, c’est à dire de ne pas dépendre des incitations extérieures qui nous maintiennent dans un conditionnement et nous privent de notre plein potentiel de conscience et son pouvoir infini d’organisation, qui s’expriment essentiellement par plus d’intelligence, de créativité, de félicité, etc.

Il est clair désormais que l’expérience de la conscience autoréférente est la source de tout ordre et harmonie mais également:

Chaque Yagya apporte une vague d’ordre et d’harmonie.

Chaque Assemblée pour la Paix Mondiale apporte une vague d’ordre et d’harmonie.

Chaque nouvelle maison construite selon le Sthapatya Veda Maharishi apporte une vague d’ordre et d’harmonie.

Chaque purification physiologique apporte une vague d’ordre et d’harmonie.

Il y a tant d’approches glorifiantes à la Science Védique de Maharishi que paradoxalement seule la conscience autoréférente peut en apprécier toute l’étendue parce que tout à lieu dans la conscience.