Maharishi sur la Santé

Discours inaugural de Maharishi au Parlement de la Paix Mondiale sur la santé, tenu au Brahmasthan de l’Inde, 09.02.2006

«La science et la technologie du Veda est la science et la technologie de la création. C’est la science et la technologie de la santé et de tout ce qui est là – santé, richesse et sagesse – tout le domaine de la vie. C’est donc à partir de là que nous prenons l’éducation à la santé. Sans cela, l’éducation à la santé est une moquerie. Ce n’est qu’un gaspillage de la vie. Le potentiel humain est là, la physiologie humaine peut être formée à être si raffinée, si raffinée qu’elle peut vivre pratiquement l’infinité illimitée, l’immortalité – la vivre comme une vague de la vie quotidienne.

«Comme une vague de cet océan, une vague vit sur l’océan. Une fois qu’elle est apaisée, elle se souvient de tout l’océan; elle est l’océan. Ensuite, la vague dit: «Je suis l’océan» – c’est tout à fait normal. L’individu dit: «Je suis Brahm» – c’est tout à fait normal. «Je suis l’Ātmā», «Je suis Brahm». «Je suis Cela.»

«J’ai pris plaisir à inaugurer le programme de santé dans le cadre de ce Parlement de la Paix Mondiale au centre de l’Inde, le pays du Veda. C’est très bien. Et nous devons toute cette connaissance – d’où vient toute cette connaissance? De la – nous disons – de la grâce de Guru Dev. Depuis l’éternité, elle a été transmise de maître à disciple, de maître à disciple, de maître à disciple. Donc, si quelqu’un dit des choses justes, alors il ne dit rien de nouveau; il est juste un haut-parleur de l’ancienne voix de l’éternité, de l’immortalité, à son propre niveau.

«C’est très bien que nous ayons la connaissance complète du niveau Védique, la connaissance complète de la vie. Nous avons la connaissance complète de l’immortalité. Nous avons non seulement la connaissance, mais aussi la technologie pour faire de cette connaissance une réalité vivante dans notre vie – et pas seulement dans notre vie individuelle, mais dans notre vie collective. Nous nous efforçons aujourd’hui d’élever la qualité de la vie collective à ce niveau d’immortalité.» – Maharishi Mahesh Yogi (un extrait)

Le choix nous appartient

Nous avons en nous les principes d’organisation de la santé; mais ils sont souvent dans un état confus et relayé au second plan par le barrage constant des choses à faire, des motifs de se coucher tard, de manger en cours de route et toutes sortes de choses non naturelles que nous sommes attirés de faire. La question qui se pose est la suivante: Comment animer les mécanismes d’homéostasie et d’auto réparation du corps dans le cadre d’une routine quotidienne, qui prend aussi en compte les exigences de la vie?

Les sept signes de bonne santé:

J’ai une bon appétit

J’ai les yeux qui brillent

Je me tiens et m’assoies droit 

Ma foulée est énergique

Ma voix est vivante et vibrante 

Ma peau est claire et brillante 

Mon poids est juste ce qui convient pour mon physique

L’Ayur-Veda Maharishi, comme nous le savons a en haute estime, un bon style de vie. Elle décrit quatre types de style de vie: hita-ayu, ahita-ayu, sukha-ayu et dukha-ayu: Hita-ayu est une vie menée à faire notre bien-être et celui des autres. Ahita-ayu se réfère aux actions qui ne sont pas pour notre bien-être ou celui des autres. Sukha-ayu se réfère à ces actions saines et joyeuses faites pour le bien de notre physiologie, alors que dukha-ayu mène une vie qui nuit à la physiologie. Choisir de mener une vie hita-ayu et sukha-ayu, c’est emplir nos jours de récompense de bien des façons. 

Comment mener un style de vie hita-sukha? 

Il faut comprendre que toutes ces choses sont importantes; mais une transition graduelle dans la direction de l’Ayur-Veda Maharishi est plus importante que de se forcer. L’une des choses que Maharishi a toujours enseignée est que nous ne forçons jamais. Nous savons que tout marche. Le programme d’intégration neuro-musculaire, la marmathérapie, le programme d’intégration neuro-respiratoire – toutes ces choses sont importantes. Mais parfois il faut être sélectif. Si nous avons un problème neurologique, bien sûr il profitera davantage des exercices d’intégration neuro-musculaire. Si quelqu’un a de l’asthme, il bénéficiera davantage des exercices de pranayama (exercices respiratoires), et ainsi de suite. Nous pouvons être sélectifs.

L’amour, l’intellect et les émotions

Les émotions sont un domaine très important de la santé. Le flot des émotions est toujours dans la direction de plus et plus de bonheur, de plus de subtil, de plus de niveaux de délicatesse, de plus de sattva, de plus de cohérence. Les émotions enflent jusqu’à ce que l’univers soit possédé – ‘Aham Brahmasmi’. Autrement on n’arrêtera jamais de courir après plus. Parce que la vie est dirigée par les émotions – j’aime ceci. Toute activité est gouvernée par les émotions. Comment on traite une personne, est comment on la ressent. Toutes les émotions sont difficiles aussi longtemps que la valeur autoréférente de la conscience n’est pas éveillée. Le chemin le plus efficace pour les émotions est le chemin de la béatitude. Autrement de petites choses stimuleront les émotions et la vie sera toujours hors de l’équilibre. Quand on est de plus en plus éveillé à notre plénitude intérieure, alors établi sur le niveau illimité de la béatitude de manière permanente, les émotions ne peuvent pas être moins que la plénitude. Dans la connaissance réside la plénitude de toutes les émotions.