Le rôle des étudiants dans la création d’un monde en paix

The role of students in creating a peaceful world

1. Dr. Hagelin: Maharishi there is growing participation in these press conferences by editors of University newspapers all over the world. This question in general asks Maharishi what role do students have in creating a peaceful world? 

2. Maharishi: Students have the role of a gardener. The gardener waters the root and supplies nourishment to all the expressions of the sap. The students have to enliven their own consciousness. That is their role in order that the full Cosmic value of life may be used. 

3. Students should gain knowledge in principles and in practice, and then rise to perfection in life as soon as possible. 

Le rôle des étudiants dans la création d’un monde en paix

1. Dr. Hagelin: Maharishi il y a une participation croissante à ces conférences de presse par les éditeurs de journaux universitaires dans le monde entier. Cette question en général demande à Maharishi quel est le rôle des étudiants dans la création d’un monde en paix? 

2. Maharishi: Les étudiants ont le rôle d’un jardinier. Le jardinier arrose la racine et nourrit toutes les expressions de la sève. Les étudiants doivent éveiller leur propre conscience. C’est leur rôle pour que toute la valeur cosmique de la vie puisse être utilisée. 

3. Les étudiants devraient acquérir la connaissance des principes et de la pratique, puis s’élever à la perfection dans la vie le plus tôt possible.

La connaissance livresque

Tiré de la conférence de presse du 11.05.2003

Maharishi: «…la connaissance livresque n’est pas ce qui éduque un homme. Rassembler l’information est une chose mais faire usage spontanément de la créativité totale de la loi naturelle est une autre chose.

Faire usage de la loi naturelle d’une manière spontanée, ceci est le niveau suprême d’éducation. L’autre qualité d’éducation est d’apprendre par les livres. Je me rappelle qu’il y a un proverbe en sanskrit: «La connaissance qui est dans les livres reste dans les livres. Lorsque vous en avez besoin, elle n’est pas avec vous, elle est dans les livres.» La connaissance qui est dans les livres reste dans les livres. Voilà la situation. 

La connaissance reste dans les livres. L’apprentissage par les livres n’est pas l’éducation de classe supérieure. Le déploiement de sa propre conscience à une étendue où la loi naturelle totale sera toujours vive, cela est l’éducation. Cela est l’éducation que vous pouvez développer. Et quelques petites histoires ici et là, c’est d’accord.

Mais l’entière connaissance livresque… c’est pourquoi l’éducation aujourd’hui est dans le désespoir. Aujourd’hui l’éducation est si isolée. Tout lauréat du prix Nobel dans un domaine, ne l’est pas autant dans les autres domaines. L’éducation devrait être de permettre à la personne d’engager spontanément la loi naturelle à réaliser son désir – ceci est l’éducation, le niveau suprême de l’éducation…»

La Connaissance est Structurée dans la Conscience

Hertenstein, Suisse, 10.01.1974

Maharishi: …Ce que nous constatons, c’est que l’ensemble du domaine de l’activité émerge de la connaissance, et que la connaissance ne fait qu’une avec la conscience – la connaissance et la conscience. Et toute la maison de la connaissance, et la connaissance, les deux sont le même contenu. C’est le contenu spirituel de la vie – le contenu absolu et non manifesté de la vie.

La connaissance est structurée dans la conscience et l’évolution de la connaissance est telle, que l’ensemble de la conscience devient la valeur de la connaissance où le connaisseur est la connaissance. Et la base physique de la conscience devient également la conscience. La connaissance et le connaisseur, et le connaisseur dans les deux aspects, la conscience et la physiologie – la valeur physique et la valeur mentale. Les deux valeurs, le connaisseur et la connaissance, ils ne font qu’un.

C’est la perspective totale de «la connaissance est structurée dans la conscience». Cette image complète de la connaissance et de sa relation avec la conscience, si elle semble trop fantastique, c’est parce que la connaissance n’a pas été généralement étudiée en termes de conscience.  Comme si le propriétaire était privé de sa maison, la connaissance était séparée de la conscience. Et c’est la raison pour laquelle la valeur totale de la connaissance n’a jamais été mise en lumière. La connaissance est demeurée obscure tant qu’elle n’avait pas été étudiée en termes de conscience.

La connaissance n’a pas réussi à produire son fruit parce que la base de la connaissance, la conscience, n’a pas été fertilisée ou nourrie. Quand la conscience n’est pas nourrie, il n’y a pas de base pour que le fruit de la connaissance se développe. Et c’est en cela que le système éducatif a continué à faire des compromis avec l’ignorance. Toute cette spécialisation dans un seul domaine… et c’est tout, c’est fini. Ainsi, la connaissance est devenue une sorte de moyen de localisation et non un moyen de réaliser la plénitude au besoin naturel de toujours plus de connaissance qui seule peut être satisfaisante à la vie.

Mais maintenant, avec la connaissance étudiée à la lumière de la conscience, il y a une chance pour que la connaissance acquière cette valeur qui appartient à la conscience, c’est-à-dire l’illimité, l’infini, l’éternité absolue, l’immortalité. Et dès que nous disons immortalité, la physiologie se réjouit immédiatement. Il y a une chance pour que les valeurs physiques toujours changeantes s’élèvent à cette valeur jamais changeante de la conscience. C’est donc cette analyse que le cours sur «la connaissance est structurée dans la conscience» réalisera…