Un meilleur cerveau: les synapses

Quand je suis tombé sur l’article ci-dessous, je n’avais qu’une compréhension très limitée des synapses. Sa lecture m’a amené à consulter de nouveau le livre de Maharaja Adhiraj Rajaraam: La physiologie humaine – expression du Veda et de la littérature védique. Pour faire simple disons que la complexité de la physiologie humaine est maintenue par l’activation des cellules nerveuses. Les cellules nerveuses communiquent et envoient des messages pour soutenir le fonctionnement du corps à travers les fentes synaptiques (synaptic gaps), une région de silence. C’est le silence qui donne lieu à la création.

Ce à quoi ils font allusion est ceci: les humains ont environ 100 milliards de cellules nerveuses ou de neurones, mais chacun d’eux se connecte avec 1000 à 10000 autres neurones. Sur l’ensemble de ces connexions, les synapses qui ne sont pas utilisés dépérissent, tandis que l’activité répétée renforce celles actives. Dans certaines zones du cerveau, 50 % des synapses disparaissent. L’élagage des synapses se produit à des moments différents dans le cerveau. Le cortex visuel s’affine à l’âge de sept ans, mais les parties du cortex pré-frontal, qui sont impliqués dans la cognition, ne finissent leur peaufinage seulement qu’après l’adolescence.

La recherche a maintenant déterminé que les changements remarquables se produisent dans le cerveau durant la deuxième décade de la vie. La compréhension que l’adolescence est un moment de profonde croissance cérébrale et de changement est contraire aux idées établies que le cerveau était pour une grande part, pleinement ‘formé’ à la fin de l’enfance.

Entre l’enfance et l’âge adulte les ‘schémas de câblage’ du cerveau deviennent plus complexes et plus efficaces, particulièrement dans le cortex pré-frontal ou le manteau* extérieur frontal du cerveau. Une importante partie des lobes frontaux, et une des dernières zones du cerveau à s’affiner pleinement, est le cortex pré-frontal (CPF). Le CPF est responsable pour de telles compétences comme établir des priorités, organiser les plans et les idées, former des stratégies, contrôler les impulsions et orienter l’attention.

Comme un ordinateur, le cerveau affine la croissance des ‘circuits’ – les connexions neurales qui peuvent accomplir plusieurs tâches simultanément et avec une efficacité toujours plus grande. Le contrôle de l’impulsion, la planification et la prise de décision sont en grande partie des fonctions du cortex pré-frontal qui s’affinent encore durant l’adolescence. La réponse d’adulte aux stimulus tend à être plus intellectuel, alors que l’adolescent est souvent plus ‘au niveau des tripes’. Ceci suggère quoique la variabilité du cerveau de l’adolescent est bien adapté pour faire face aux demandes de la vie d’ado, le conseil des adultes est essentiel alors que ce circuit de prise de décision est en formation. Tout ce que cela signifie est qu’il est possible que la capacité du cerveau à planifier, s’adapter à l’environnement social et imaginer les futures conséquences possible d’action ou de gauger convenablement leur signification émotionnelle, se développe encore pendant toute l’adolescence.

Malgré l’étiquette ‘en construction’, ce qui est le plus important à se rappeler est que les adolescents eux-mêmes sont capable de former leur propre développement cérébrale à travers les choix qu’ils font, ou par le fait de se laisser guider, par leurs parents et enseignants. Par exemple, l’évidence neuro-anatomique suggère que l’apprentissage et les expériences positives aident à construire des cerveaux complexes et adaptatifs.

*manteau des hémisphères = cortex cérébral

Pour plus d’information: http://lecerveau.mcgill.ca/index.php

Bien que cet article ne traite pas de la Méditation Transcendantale, il est intéressant du point de vue de l’éducation et montre à quel point le choix de l’apprentissage et des expériences affectent le développement cérébral.

3 commentaires sur “Un meilleur cerveau: les synapses

  1. Article extrêmement intéressant. Merci. Bien que ce post ne traite pas de meditation, beaucoup de moines, boudhistes notament, sont l’objet d’études ou travaillent conjointement avec les neurosciences. Les IRM permettent de visualiser ce qui se passe et d’avancer. Idem pour l’épigenetique sur lequel j’ai fait un article, qui prouve que l’humain peut intervenir sur sa vie et n’est pas obligé d’être dans le conditionnement passé.
    Reste les maladies comme les schizophrénies qui nécessitent des médicaments pour ne pas sombrer mais qui ont des effets secondaires importants. Nous allons decouvrir beaucoup de choses dans les prochaines années et pas forcément celles auxquelles on s’attend le plus.
    Bien à vous
    Alan

    J’aime

Répondre à Pigraï Flair / La culture a du sens Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s